mdas

Sur le terrain dans l’optique de traquer les commerçants véreux, la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) essaie tant bien que mal de faire appliquer la mercuriale lancée le 1er octobre dernier. Malgré cette nouvelle grille des prix, la flambée des prix fait de la résistance. Pis, certains opérateurs économiques continuent de pratiquer des prix illicites.

Certains opérateurs économiques continuent de pratiquer des prix illicites. © Gabonreview

 

Sur plus de 2000 commerçants visités depuis le lancement de la nouvelle mercuriale, le 1er octobre dernier, la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) fait savoir que plus de 700 ont été convoqués suite aux constats dressés essentiellement pour pratique de prix illicites ou dépassements de prix et défaut d’information du consommateur par le non-affichage des prix. Une démarche qui n’aide pas les consommateurs, d’autant plus que cette situation contribue à exacerber la vie chère dans le pays.

Or, la mercuriale entendait apporter un souffle nouveau au panier de la ménagère qui subissait une inflation galopante. Dans certaines échoppes, les prix homologués ne sont pas clairement affichés. Dans d’autres, les opérateurs économiques ont gardé leurs prix élevés, notamment pour les produits de grande consommation. Ce qui affecte encore le coût du panier de la ménagère.

Qu’à cela ne tienne, la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes, estimant avoir contrôlée à ce jour, plus de 2000 opérateurs dans le Grand Libreville, estime qu’un peu plus de 700 commerçants ont été convoqués suite aux constats dressés essentiellement pour pratique de prix illicites ou dépassements de prix et le défaut d’information du consommateur par le non-affichage des prix. 

Selon le quotidien l’Union du 22 novembre 2022 qui rapporte ces chiffres, «les dépassements de prix, pour la plupart, sont établis dans les zones excentrées ou difficiles d’accès». 

Face à cette situation, cette direction fait savoir qu’elle poursuivra ses opérations sur le terrain.  Elle assure que sur la période de validité de la mercuriale, elle œuvrera à «la protection des consommateurs, en menant un ensemble de contrôles et d’enquêtes touchant tous les acteurs impliqués dans l’importation et la commercialisation des 48 produits de la mercuriale avec un accent particulier auprès des quartiers sous-intégrés».

Si elle laisse entendre qu’elle continue et intensifie ses contrôles sur la vente de l’huile Cuisin’or afin de pousser les commerçants à respecter les prix homologués, la DGCCRF précise que ses services compétents interviennent partout où sont implantés les opérateurs économiques. Par ailleurs, au-delà de la surveillance du marché qui se fait actuellement, «une opération spéciale quartiers sous-intégrés» est en préparation. Le 8 085 reste ouvert pour dénoncer tout commerçant véreux faisant de la surenchère.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire