mdas

 

Cheville ouvrière de la promotion et du développement du sport et de la culture au Gabon, l’Office national de développement du sport et de la culture (ONDSC) fait partie des grands artisans de réussite du Marathon Gabon Arise 2022. Au terme de deux jours de compétition, du 19 au 20 novembre à Libreville, le directeur général de cette structure s’est prêté aux questions des journalistes. Joannick Ngomo Obiang aborde, dans l’entretien ci-dessous, le développement du sport, le soutien aux fédérations et aux athlètes, quelle que soit la discipline, ainsi que les échéances à venir.  

Le directeur général de l’Office national de développement du sport et de la culture, Joannick Ngomo Obiang, très actif lors du 8e Marathon du Gabon. © ONDSC-Gabon

 

Quelle appréciation faites-vous au terme de cette huitième édition du Marathon du Gabon ?

Joannick Ngomo Obiang : Pendant deux ans, nous avons été peinés de voir qu’il n’y avait pas d’activités sportives ici à Libreville. Je pense que tous les sportifs du Gabon sont très contents. Ils sont réjouis. Vous pouvez le voir sur leur visage. Ils se réjouissent du fait que le sport a repris sa place et qu’on a eu une journée magnifique.

Que retenir au terme de ce marathon du Gabon ?

Ce qu’il faut retenir principalement c’est le mot «plus». Plus de coureurs, plus de médailles pour les Gabonais, de meilleurs temps. Et la cerise sur le gâteau, c’est la présence de son Excellence, monsieur le président de la République, chef de l’État Ali Bongo Ondimba, sportif numéro un du Gabon, qui nous encourage tous les jours, le ministre et moi-même, à faire encore plus pour tous les sportifs et tous les athlètes gabonais, quelle que soit la discipline et quel que soit le temps qu’on peut passer à les aider. Aujourd’hui, on a l’impression que c’est l’aspect financier qui est important. Que non!, il faut aussi l’aspect moral, l’aspect physique et psychologique. Parce qu’il faut qu’on dépasse le plafond de verre qui fait que certains sportifs gabonais se disent que c’est très compliqué pour eux, par exemple dans cette course où il y a des Kényans, des Érythréens, des Éthiopiens. Non, ils ont tous des pieds comme des Gabonais. Ils courent, les Gabonais courent aussi.

Cette édition se referme effectivement avec une forte participation des athlètes gabonais. On parle-là de l’équipe nationale de la discipline. Quels sont les liens entre votre structure et la Fédération?

L’Office de développement du sport comme son nom l’indique est là pour le développement du sport. Cela veut dire qu’on est là pour accompagner toutes les Fédérations sportives notamment lorsqu’elles répondent au cahier de charge du ministère. Car, on ne peut pas avoir quelque chose et son contraire à savoir: ne pas respecter les règles fondamentales du ministère, du gouvernement de la République gabonaise, et en même temps demander des subventions à ces mêmes ministères. L’Office est là aujourd’hui pour accompagner toutes les fédérations et associations qui s’arriment aux normes et qui épousent la vision du président de la République, qui promeut le sport gabonais.

© ONDSC-Gabon

La course est aujourd’hui labellisée …

Elle est labellisée Gold comme toutes les autres courses pédestres au Gabon. Je laisse la primeur de la surprise à qui de droit. Mais, je peux vous dire que dans les prochains mois, les athlètes et sportifs gabonais seront agréablement surpris. 

Le premier Gabonais sur le 42 Kilomètres est 18e. Peut-on espérer un meilleur accompagnement de l’Office pour que lors de la prochaine édition ils puissent améliorer leur score ?

Comme je l’ai dit, nous n’avons pas attendu pour les aider. Les hommes mentent, mais les chiffres ne mentent pas. Je vous invite à aller voir les athlètes gabonais et leur demander à quel point ou comment l’Office leur vient en aide et les accompagne. Nous les avons accompagnés à Franceville et ici. C’est pareil pour la Tropicale. Nous allons accompagner les cyclistes. J’adore le football, mais ce n’est pas le seul sport sur terre. Il y a 22 fédérations sportives au Gabon, et tous les athlètes gabonais ont le même passeport que Pierre Emerick Aubameyang, qu’Anthony Obame. Ils représentent tous un même pays qu’est le Gabon. Je m’évertue alors à faire en sorte que quelque soit la situation, quelque soit le sport, à faire en sorte que ces athlètes gabonais aillent dans les meilleures conditions possibles à toutes les compétitions auxquelles ils participent.

Fini avec les courses, place à la Tropicale ? Est-ce qu’on y pense à l’Office ?

On y pense depuis très longtemps parce que depuis la dernière Tropicale, on s’est mis en association avec la Fédération qui  a bien voulu nous transmettre ces doléances, ses états de besoins. Actuellement, en association avec le ministre des Sports, monsieur Franck Nguema, nous travaillons à les entraîner, à leur faire participer à un camp à l’étranger pour qu’ils puissent être prêts le jour-j à la Tropicale et qu’ils puissent fièrement représenter le vert-jaune-bleu, le Gabon.

 

 
GR
 

1 Commentaire

  1. […] Marathon du Gabon : Le regard de Joannick Ngomo Obiang est apparu en premier sur Gabonreview.com | Actualité du Gabon […]

Poster un commentaire