TATIE

Dans une lettre ouverte publiée 2 août, un conseiller municipal de Mimongo du Parti démocratique gabonais (PDG) interpelle le ministre des Travaux publics sur l’état du réseau routier dans le département de l’Ogoulou (Ngounié). Selon Claude Médard Pangou, le réseau routier y est caractérisé par «les bourbiers volcaniques, les collines glissantes, les ponts de l’incertitude, les ravins de la mort, etc.».

Claude Médard Pangou interpelle le gouvernement sur l’état de la route dans le département de l’Ogoulou. Ici, un aperçu de l’axe Mouila-Mimongo en saison des pluies. © D.R.

 

Informée d’une hypothétique visite du ministre en charge des Travaux publics dans le département de l’Ogoulou, dans la Ngounié, la ville de Mimongo en profite pour attirer l’attention du membre du gouvernement sur certaines réalités. Dans une lettre ouverte publiée sur Facebook le 2 août, Claude Médard Pangou, conseiller municipal de Mimongo pour le compte du Parti démocratique gabonais (PDG), a notamment interpellé Léon Bonda Balonzi sur l’état du réseau routier dans le département.

«Je suis persuadé que cette visite, si cela est avérée, aura pour principal but de faire le constat sur l’état de la route», a affirmé Claude Médard Pangou dans sa lettre ouverte. Ce dernier regrette cependant que cette visite ne se passe pas en saison de pluie. «Monsieur le Ministre, en cette période de saison sèche, le réseau routier apparaitra à vos yeux un peu plus accessible. Ce qui ne sera qu’un leurre (…) Par exemple, les deux heures environ de route que vous ferez probablement entre Mouila-Mimongo vous donneront l’impression d’un voyage aisé, alors qu’en saison de pluie, nos braves et téméraires routiers font six heures de route, sinon plus, et parfois en y passant des nuits à la belle étoile à cause des bourbiers et autres collines glissantes», a-t-il ajouté.

«Bourbiers volcaniques», «ravins de la mort»

Claude Médard Pangou. © Facebook

Le département de l’Ogoulou est composé de cinq axes routiers. Il s’agit de Mouila-Mimongo-Carrefour Iboundji (route Koulamoutou), Mouila-Mimongo-Dibassa (route mbigou), Mouila-Etéké-Massima, Mouila-Etéké-Ovala et Lébamba-Bilengui-Yéno. Des tronçons routiers tous en piteux état, encore plus en saison des pluies. Claude Médard Pangou a ainsi espéré que les techniciens et ingénieurs du ministre des Travaux publics l’édifieront sur «l’arsenal technique nécessaire à l’éventualité du financement de ces travaux routiers».

Natif de Mimongo, Claude Médard Pangou espère également que la visite de Léon Bonda Balonzi ne se limitera pas à cette localité, afin que ce dernier puisse voir «la route devenue piste de sanglier, les bourbiers volcaniques, les collines glissantes (patinoire d’automobiles), les ponts de l’incertitude, les ravins de la mort, etc.», dans tout le département de l’Ogoulou.

Exaspérées par l’état de la route, les populations de Mimongo avaient organisé en novembre 2019 un mouvement pacifique de protestation pour attirer l’attention des pouvoirs publics. Un mouvement qui avait notamment irrité les cadres PDG de la localité. «Votre visite, mais surtout les retombées de celle-ci, va donc susciter à nouveau de l’espoir et un regain de confiance à l’endroit du gouvernement et du président Ali Bongo», a conclu Claude Médard Pangou.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Vous ne voulez pas de changement de régime. Vous vous complaisez dans la médiocrité. Alors estimez-vous heureux d’avoir les Bongo-Valentin qui vont devenir vos MAÎTRES, et vous serez leurs esclaves. A Ntare Nzame !! Pitié!!

  2. Ulys dit :

    Voici un véritable route de l’émergence. Félicitations à Ali Bongo !!

  3. Faustin Mombo-M dit :

    Bjr Claude Médard,je viens à intervenir en rapport avec ton texte et la photo ci joint. Claude! Claude. nous avions vu le jour dans ce département. département dont les ressources tant du sous sol que du sol ne sont plus à commenté. il n’y a que les enfants que nous mettons au monde aujourd’hui qui doivent chercher à connaitre l’histoire de notre département et ses alentours. NOTRE DÉPARTEMENT EST RICHE.je mets au défit qui peu me démentir. de surcroit moi Mombo je suis né à ETEKE. dis moi! qui est notre premier ennemi? Claude, ne cherche pas loin. sommes nous comme les fangs qui ont pour intérêt commun le développement de leurs localités avec l’apport de l’État ou pas. non loin de là. tous les différents dirigeants de notre localité de puis après l’indépendance jusqu’aujourd’hui ont pour devis accéder en manipulant les populations et après diviser pour mieux régner; après ces étapes se servir au bénéfice personnel. MÊME LA GÉO POLITIQUE TOURNANTE DE FEU PRÉSIDENT OMAR BONGO n’a pas payé dans le département de l’Ogoulou. que veux tu que les jeunes gouvernants actuels de ce pays fassent? si notre 2e devis est chacun pour soit Dieu pour tous. mon frère, mon frère je t’interpelle au passé. au moment ou les autres ethnies influençaient les autorités de ce pays par les associations nous on combattait les nôtres. tu te rappel du CAJO; association qui n’avait rien avoir avec la politique. c’était tout simplement un regroupement des jeunes pour égayer le Chef lieu du département. aussi à long terme inciter nos ainés qui étaient cadres politique à faire attention aux problèmes du département. pour être en phase avec ton souci la route faisant partie des priorités. car ne dit on pas que la route est un facteur primordial pour le développement des contrés (localités). bon écoute Claude en ce moment c’est un peu dure le problème c’est les politiques vont te parler de l’économie (crise) du pays. mais étonnant que ça fait prêt 50ans on est toujours en CRISE. ajouter à la pandémie actuelle on te dira l’État s’investit à résoudre la problématique du COVIS-19. demain Dieu seul sait quelle est la prochaine raison échappatoire nous diront ils!!! je te reviens plus tard si tu émets un notre sujet. prend soin de toi.

Poster un commentaire