HABANA

 

Avouant avoir été informé comme tout le monde, par communiqué, de la décision de l’ONU de retirer momentanément le contingent gabonais de la Minusca à la suite d’allégations d’exploitation et d’abus sexuels, le président centrafricain Faustin Archange Touadéra a également confirmé, mercredi 13 octobre, les éléments du rapport d’enquête préliminaire selon lesquels aucune plainte des cinq victimes supposées n’a été enregistrée jusqu’à ce jour.

Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra, le 13 octobre 2021, à Libreville. © Com. présidentielle

 

Comme l’affirmaient déjà il y a quelques jours le ministre de la Défense nationale et le porte-parole de la présidence de la République, qui se basaient sur les éléments du pré-rapport de l’enquête, mercredi face à la presse, à Libreville, Faustin Archange Touadéra a clairement exprimé ses doutes quant à la culpabilité des soldats du contingent gabonais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca). Le président centrafricain a en effet confirmé qu’aucune des cinq victimes d’exploitation et d’abus supposés n’a déposé plainte à ce jour.

«Nous avons écouté le communiqué des Nations unies au sujet des allégations d’abus sexuels, mais aujourd’hui nous ne sommes pas au fait des éléments résultants de cela. Les entités centrafricaines n’ont pas vraiment eu d’éléments d’appréciation ni de plaintes de la part des victimes. C’est pour cela que nous devons poursuivre les investigations, puisqu’il s’agit quand même de nos compatriotes centrafricaines», a-t-il déclaré.

Disant être en droit d’avoir des informations plus précises de la part de l’ONU dont il a jugé la décision excessive, l’homologue d’Ali Bongo estime que «s’il y a des allégations, il faut quand même que des responsabilités soient dégagées et qu’il ait des réparations pour les victimes, mais à ce niveau, réaffirme-t-il, nous n’avons aucune information».

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Goita dit :

    je me doutais bien que cette histoire n’était pas claire, car depuis l’arrivée de FAT au pouvoir en RCA les africains ont pu comprendre que l’ONU est un instrument que la France utilise en Afrique pour ses projets machiavélique. La RCA est un pays souverain ou pas?
    comment le président de la RCA n’est pas au courant? l’ONU a t’elle le droit de bypassé un état souverain?
    En vérité, la France a construit son modèle économique sur l’Afrique en trois axes:
    1. Piller les matières premières de l’Afrique en imposant les présidents contre la volonté du peuple
    2. Empêcher une industrialisation du pays en apportant une sois disant aide (AFD)
    3. Contrôler l’économie avec une monnaie nazie (FCFA)
    4. Faire d’elle une base arrière au cas ou elle serait menacée par une guerre ( 2eme guerre mondiale a titre d’exemple)
    L’Afrique de l’ouest l’a compris ( Mali, Sénegal, Guinée) mais en Afrique Centrale on se sert du ras le bol du peuple pour des agendas perso tout en gardant le même maitre.
    Dieu vous voit

  2. Gayo dit :

    La France à la manoeuvre pour faire sauter un président qui ne fait plus ses affaires comme elle l’a toujours fait en RCA. La RCA a fait quoi à la France pour que jamais elle ne rénonce à lui faire autant de mal malgré toutes ces descenies de graves souffrances pour un peuple. Que tout les Africainanistes soucieux de notre libération soutiennent cet homme courageux et intelligent par tous les moyens.

  3. Gayo dit :

    Qu’est ce qui peut justifier cette décision inulatérale de la minusca? Comparaison n’est pas raison mais le mal que peut faire ces militaires venus protégers n’est rien comparé à ce qu’aurait fait les rebellions.

Poster un commentaire