HABANA

 

Dans la nuit du 4 au 5 juillet 2021, une famille habitant le quartier Dourouni, dans le premier arrondissement de Mouila dans la Ngounié, a eu de grosses sueurs froides. En pleine nuit, un troupeau d’éléphants a fait irruption dans la plantation autour de la maison, saccageant toutes les cultures au passage. Une affaire revivifiant le conflit homme-faune déjà à l’origine de nombreuses protestations dans le pays.

Une vue des plantes détruites par les pachydermes, dans la nuit du 4 au 5 juin 2021, à Mouila. © Paterson l’oiseau

 

Dans la nuit du 4 au 5 juillet dernier, à Dourouni, quartier du premier arrondissement de la commune de Mouila, une famille a passé «un sale quart d’heure» du fait de l’arrivée inopinée de pachydermes autour de son habitation. En effet, profitant d’une coupure d’électricité ayant plongé cette zone dans l’obscurité, les éléphants ont détruit toutes les cultures autour de la maison. Une situation fortement décriée par la population qui remet au gout du jour le conflit homme-faune ayant déjà été la source des manifestations, notamment à Mékambo dans l’Ogooué-Ivindo.

Selon un témoin, «le samedi dernier restera une date inoubliable pour Alain Mombo». Un troupeau d’éléphants est arrivé à partir de une heure derrière le domicile de l’infortuné, détruisant au passage ses bananiers et plusieurs autres cultures vivrières.

Il ne s’agit pas de la première fois que des animaux arrivent en ville, à Mouila. «Il y a quasiment deux ans, poursuit le témoin, un buffle, puis un singe étaient arrivés jusqu’à la grande route bitumée». «Ils avaient fini dans les marmites des riverains», souligne le témoin avec un brin d’humour.

Le fait remet au goût du jour la problématique homme – faune. Désormais, soulignent plusieurs sources à Mouila, à Dourouni, les populations vivent la peur au ventre, car ce n’est pas la première fois que des pachydermes arrivent très près des habitations. La population s’en remet au gouvernement d’autant plus que des lois protègent les pachydermes. «Les Eaux et Forêts, venez prendre vos enfants. Ils sont plus protégés que les humains», ironisent certains.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. cyrtiburce moundounga dit :

    Bjr. Qu’on ne s’y méprenne pas on parle bien d’un premier arrondissement, donc viabilisé et urbanisé. Avec tout ce que cela comporte comme services de base: écoles, hôpitaux, postes, banques, églises etc.. et voila que des pachydermes envahissent l’habitat. Surtout qu’un témoignage relais évoque aussi l’intrusion des singes et autres buffles. Cela signifie que la barrière naturelle que suscitait la crainte des hommes face aux animaux est désormais rompu. Attention il ne s’agit pas ici d’un « égarement » comme pourrais le penser certains mais d’une appropriation progressive d’un environnement qui leur sied. Simple avertissement DOUROUGNI est a environ 5km du lieu dit « pko ». Attention!!!Amen.

Poster un commentaire