" " Musique : Andréa Esso Zibi sort de sa chrysalide à Kigali | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |
mdas

Jeune Gabonaise de 25 ans, Andréa Esso Zibi a décidé de lancer sa carrière musicale à Kigali, où elle prépare un Master en Gestion de Projet. Orientée rap et R&B, cette passionnée de musique, depuis l’âge de 7 ans, ambitionne de «divertir les gens» à travers son art.

Andréa Esso Zibi a décidé de lancer sa carrière musicale à Kigali, où elle prépare un Master en Gestion de Projet. © The News Time

 

Arrivée au Rwanda en 2018 pour poursuivre ses études, Andréa Esso Zibi a cédé aux sirènes de sa passion. Amoureuse de musique depuis l’âge de 7 ans, la jeune Gabonaise, aujourd’hui âgée de 25 ans, a décidé de lancer sa carrière à Kigali.

«Je suis venue au Rwanda en septembre 2018, pour poursuivre mes études. Je suis actuellement en train de faire un Master en Gestion de Projet à l’Université de Kigali. Cependant, en août 2019, j’ai décidé de me lancer dans une carrière musicale à partir d’ici. J’ai toujours été attiré par la musique de tous les genres, la Soul, le Hip-hop, le R&B et le Jazz, entre autres», a confié l’artiste en herbe à The News Time.

Andréa Esso Zibi dit avoir été influencée par des monuments de la musique américaine comme Beyonce, Aretha Franklin et Mariah Carey. «J’admirais leurs talents exceptionnels et leurs incroyables performances scéniques qui ont conquis le monde entier. J’ai donc réalisé que je voulais faire la même chose, divertir les gens grâce à ma musique», a-t-elle confié.

Pour ses débuts, la jeune Gabonaise, orientée rap et R&B, compte à son actif cinq chansons traitant de la spiritualité et de la conscience, avec la jeunesse en ligne de mire. «Mon public cible est la jeunesse. Des gens qui aiment le bon hip-hop, les sons américains et le R&B à l’ancienne. Je chante surtout en anglais avec un peu de français. Donc si vous voulez comprendre tous les messages cachés derrière mes chansons, vous devez comprendre l’anglais (et le français)», a-t-elle déclaré.

Celle qui a grandi à Nzeng Ayong, dans le 6e arrondissement de Libreville, n’oublie pas les études, même si sa passion finit toujours par prendre le dessus. «J’ai toujours été une bonne étudiante. Cependant, je suis vraiment passionnée par la musique. Alors, je trouve toujours le temps d’écrire de belles chansons dès que je suis inspirée, puis je me dirige vers le studio pour enregistrer», a-t-elle avoué.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire