TATIE

En lice pour l’obtention d’un des quatre sièges vacants au Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies (ONU), pour un mandat de 3 ans, le Gabon a obtenu un siège malgré la contre-campagne des voix dissidentes. Le 13 octobre, le Conseil des ministres ne s’est pas privé de se féliciter de cette élection.

Le Gabon a obtenu un siège au Conseil des droits de l’homme de l’Onu. © D.R.

 

Le Gabon a obtenu un siège au Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies (ONU). Bien que des voix dissidentes aient appelé à ne pas voter pour le pays qui, selon l’indice de liberté dans le monde en 2020, est un «Etat pas libre» avec un score de 22/100 dont 3/40 en droits politiques et 19/60 en libertés civiles, le pays a été élu le 13 octobre pour un mandat de 3 ans (2021-2023). Le Conseil des ministres du 13 octobre s’en est d’ailleurs félicité.

«Le Conseil des ministres s’est félicité du leadership du président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, au vu de l’approbation, par les instances de l’Union africaine et des Nations unies, de la candidature du Gabon à siéger à la Commission des Droits de l’Homme de l’Onu», peut-on lire dans le communiqué final. En lice pour l’obtention d’un des quatre sièges vacants, le Gabon était candidat dans la catégorie Etats d’Afrique.

Au cours de cette élection où seule l’Arabie saoudite a été recalée, 15 pays ont rejoint le groupe fermé des gendarmes des droits de l’homme dans le monde :  la Bolivie, la France, le Malawi, le Mexique, le Népal, le Pakistan, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, l’Ukraine, la Grande-Bretagne, la Chine, le Cuba, la Russie et l’Ouzbékistan. Ces pays y compris le Gabon, occupent les 15 sièges qui étaient en jeu dans ce conseil qui compte 47 membres. Un tiers des sièges sont renouvelés chaque année.

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Écrivez plutôt que le Gabon obtient son siège au Conseil « des humains manipulés » par les « puissances » de ce monde. Si les droits de l’homme n’existe pas en Afrique CFA, la France a une responsabilité à cela. C’est bien elle qui envoyait ses bourreaux assassiner nos vaillants opposants de l’époque (juste au début des pseudos indépendances de nos états). C’est elle qui maintient les dictateurs dans sa zone CFA. C’est elle qui a assassiné notre frère Kadhafi qui voulait d’une monnaie africaine. SVP, peuples d’occident, arrêtez votre hypocrisie.

  2. bassomba dit :

    Je l’avais dit, après avoir accordé des droits aux homosexuels (dépénalisation), le Gabon ne pouvait que rentrer au conseil des droits de l’homme.

  3. Abdallah dit :

    L’ONU contribue également à la maltraitance des gabonais

  4. Sozi Shawaka dit :

    Par achat des voix pas impossible .Les NU sont le centre de la pestifération nauséabonde du développement de l’Afrique,son souffre douleurs.

  5. C’est élection est un « Non Événement »; le monde entier Sait que les droits de l’homme ne sont pas respectés au Gabon. Encore un feu de paille qui ne va pas tarder à s’éteindre.

Poster un commentaire