TATIE

Le député du Parti démocratique gabonais (PDG) a été retrouvé mort mercredi dans sa salle de bain. En attente des conclusions de l’enquête qui a été ouverte dans le grand silence par les autorités judiciaires de Libreville, les théories les plus farfelues sont défendues sur les réseaux sociaux où le décès par pendaison de l’ancien journaliste a du mal à passer.

Guy-François Mounguengui-Koumba, 5e secrétaire à l’Assemblée nationale, de son vivant. © D.R.

 

Guy-François Mounguengui-Koumba est décédé vraisemblablement dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 mai. Le corps sans vie du député PDG du 1er siège du 5e arrondissement de Libreville a été retrouvé dans sa salle de bain, à moitié nu. Il se se serait donné la mort par pendaison, à première vue. Dans le grand silence, une enquête aurait été lancée par les autorités judiciaires de la capitale pour faire la lumière sur ce qui apparaît encore comme un suicide, mais devant lequel certains émettent des doutes, notamment sur les réseaux sociaux.

En attendant les conclusions de l’enquête de la police judiciaire, de nombreuses théories plus ou moins farfelues sont en effet diffusées depuis plusieurs heures sur les réseaux sociaux. Si certains évoquent un geste posé à la suite d’une dispute conjugale ou d’un chagrin vécu par le défunt, d’autres y voient un assassinat déguisé en suicide ou encore un règlement de compte.

Au-delà des raisons ayant conduit à son décès, Guy-François Mounguengui-Koumba laisse un grand vide au sein de sa famille biologique, politique et même dans la corporation. Ancien journaliste à la RTG (aujourd’hui Gabon 1ère), dont il était un des célèbres présentateurs du JT, il a travaillé aux côtés de Jean François Ntoutoume Emane en tant que conseiller en communication. Au moment de son décès, il occupait le poste de 5e secrétaire à l’Assemblée nationale.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Voilà dit :

    Qu’est-ce qui t’est arrivé, mon cher ami ? Que le Seigneur t’accueille dans sa demeure ; et, de même, que la terre te soit légère. Merci pour ta gentillesse.

Poster un commentaire