HABANA

 

Même si personne n’ose le dire, la rencontre de Montpellier a prétention à signer l’acte de décès de la Françafrique.

Sous prétexte de stabilité politique, la France a fabriqué puis soutenu des dictatures. A travers des intermédiaires officieux, elle a aidé à la confiscation de plusieurs victoires électorales, déniant aux peuples le droit à l’alternance démocratique. Il s’agit maintenant de sortir de la logique du profit à tout prix pour renouer avec les valeurs et principes. © Montage Gabonreview

 

Prévue à Montpellier du 7 au 9 octobre prochain, cette rencontre nourrit officiellement une ambition : «Offrir un nouveau cadre de réflexion et d’action aux nouvelles générations.» Même si personne n’ose le dire, elle a prétention à signer l’acte de décès de la Françafrique, ce système «hostile à la démocratie, (générateur d’une) confusion des genres et (d)’ une familiarité domestique louchant vers la privauté», selon la définition de François-Xavier Verschave. Normalement, la réflexion devrait tourner autour de quatre points : la politique occulte conduite par la cellule africaine de l’Elysée ; la pertinence de l’assistance technique ; l’ingérence, politique ou militaire, dans les affaires intérieures des Etats et ; les liens financiers entre certains régimes et les partis politiques français.

Pratiques peu honorables 

Censé «redynamiser les relations entre l’Afrique et la France», ce sommet est présenté par son principal organisateur, Benoît Verdeaux, comme «nouveau.» D’abord en raison du profil des participants : des «forces vives (c’est-à-dire) la société civile, les entrepreneurs» d’un âge tournant «autour de 30-35 ans» et peu engagés «dans l’action politique.» Ensuite par les thèmes en débat : l’éducation et l’enseignement supérieur, notamment les mobilités ; l’entrepreneuriat et l’innovation ; la construction d’un «imaginaire commun (…) par le renforcement (des) liens mémoriels» ; le rôle de la France dans la transition climatique et ; la «refondation de (l)’aide au développement au profit d’une relation partenariale.» Enfin par le format : 66 ateliers préparatoires organisés par le politiste camerounais Achille Mbembé à travers 12 pays et, un engagement d’Emmanuel Macron à «répondre très directement et sans filtre» aux questions relatives à la démocratie. En clair, la France espère «inventer la co-construction» en se gardant des «attitudes de surplomb.» Elle entend parvenir au «dialogue réel» en renonçant aux «exercices de démonstration de puissance.» Séduisant ou lénifiant ? L’avenir tranchera…

Abondamment documentée, la relation France-Afrique se singularise par ses aspects néocoloniaux. Comme le rappelle l’ancien président de l’association Survie, dès après les indépendances, «un système a été mis en place pour continuer comme avant.» Fonctionnant en réseau, il a permis la captation des richesses au bénéfice de l’ancienne puissance coloniale et de quelques élites africaines, pompeusement appelées «amis de la France.» Tout cela s’est traduit par l’usage de pratiques peu honorables : élimination de personnalités jugées gênantes ou trop éclairées, reconnaissance des résultats de scrutins notoirement truqués, interventions militaires… Sous prétexte de stabilité politique, la France a fabriqué puis soutenu des dictatures. Sous le manteau de la lutte contre le communisme, elle a accompagné des régimes moyenâgeux. A travers des intermédiaires officieux, elle a aidé à la confiscation de plusieurs victoires électorales, déniant aux peuples le droit à l’alternance démocratique. Il en a résulté un «sentiment anti-français», particulièrement au sein des générations post-indépendances.

Renouer avec les valeurs et principes

Face à un tableau si peu reluisant, le Nouveau Sommet Afrique-Afrique aura une lourde tâche : combler les lignes de fracture nées de l’incapacité de Paris à s’adapter aux défis de l’époque. Pour l’heure, les actes démentent les discours. A en juger par la bienveillance à l’égard d’un Paul Biya ou d’un Denis Sassou Nguesso, réélus au terme de parodies d’élections, les «amis de la France» peuvent continuer à s’accrocher au pouvoir, confisquant les destins de peuples entiers. A considérer le soutien d’Emmanuel Macron à la junte militaire conduite par Mahamat Idriss Déby, leurs rejetons peuvent espérer leur succéder, y compris en triturant les constitutions ou en usant de la force armée. Or, pour «répondre aux interrogations de la jeunesse», il faut aborder la question de fond : la gouvernance démocratique. Pour «créer un espace de dialogue orienté vers l’avenir», il faut y apporter des réponses concrètes. Attendue sur point, la France ferait mieux de ne pas se débiner.

Pour autant, il ne saurait être question de légitimer l’interventionnisme français. Encore moins de lui donner une nouvelle forme ou de nouvelles missions. Il s’agit plutôt de sortir de la logique du profit à tout prix pour renouer avec les valeurs et principes. L’Etat de droit, la transparence, l’inclusion et la responsabilité ne doivent plus être de gros mots. Ils doivent devenir les boussoles de la relation France/Afrique. Aux relations entre personnalités françaises et «amis de la France», il faut substituer des échanges entre peuples. Dans l’identification des besoins ou des points d’application des accords, les acteurs non étatiques doivent jouer les premiers rôles. A ces conditions, le Nouveau Sommet Afrique-Afrique pourrait ouvrir une ère du renouveau. Vingt-et-un an après La Baule et le célèbre discours de François Mitterrand, il peut être temps d’aller au-delà des bonnes paroles.

 
GR
 

18 Commentaires

  1. Rembourakinda dit :

    J’ai soutenu le candidat E. Macron en 2017,en pensant naïvement que sa jeunesse allait le pousser à définir une nouvelle dynamique, dénoncer les accords Leonins que le colonialiste De Galle nous avait imposés. Ma déception à été terrible, Ali Bongo et Macron bras dessus dessous. Je m’abstiendrai de voter de nouveau pour lui, car ils sont tous aussi racistes, colonialistes que leur mentor, le général. C’est à nous par nos luttes de libérer notre continent. La lutte continue.

    • Goita dit :

      Akewa Rembourakinda vous avez parfaitement resumé la situation. De quel droit Macron convoque une sois disant diaspora pour discuter de l’Afrique sans les chefs d’etats? Qui lui a donné mandat? Ou sont nos geopoliticiens pour donner leur avis? Ceci montre tout simplement l’emprise et la condescendance de la france sur nos pays. Antoine Glaser l’a dit dans son livre, le piege africain de macron.
      A la mort de kadafi, Ping a ete le seul homme courageux a denoncer cet act indigne perpetre par sarkozy, tout est dit dans son livre. Ensuite, il a fait une grave erreur si on s’en tient aux propos de Privat Ngomo ,il attendait la france pour prendre le pouvoir mais il a ete berné. Chers freres et soeurs, la balkanisation de l’Afrique est en cour, 1885 bis. Le peuple doit se lever comme un seul homme pour changer les choses et chasser cette france qui est sur le declin pour que nous puissons enfin construire notre pays. Ali Bongo n’est que le probleme endogene sans compter les negres de service qui bossent pour la france.

  2. Serge Makaya dit :

    C’est le même baratin depuis toujours. Retenez une chose: l’Afrique ne va jamais décoller tant qu’elle restera attachée à cette francafrique.

    Au passage, je soutiens toujours les décès des présidents du Gabon et du Cameroun. Le Quai d’Orsay nous imposera leurs nouveaux valets quand ils auront enfin trouvé ces hommes. Au Gabon, les Bongo sont toujours bien dans cette liste de potentiels futurs présidents (ou plutôt marionnette).

    Vous voulez être vraiment LIBRES ? Debarrassez-vous de cette francafrique et vous verrez l’Afrique décoller.

  3. Serge Makaya dit :

    Depuis quand avez-vous vu une armée étrangère s’installer dans un pays pour soi disant défendre les habitants de ce pays ? L’armée française est au Gabon pour défendre « ses intérêts » (qui, en réalité, ne sont pas ses intérêts, mais les intérêts ou richesses des gabonais que la France pillent depuis deux siècles déjà).

  4. Fiona Fiona dit :

    Gabonreview. Pourquoi validez vous les commentaires de Serge Makaya ? Il ne dit que des bêtises, il détourné tous les débats de leur sens et il passe son temps à faire campagne pour les Bongo. Il se croit malin mais tout esprit aiguisé comprend que c’est un envoyé des réseaux qu’il fait semblant d’insulter.
    Franchement si vous voulez maintenir les echanges à un bon niveau, demandez à ce Serge Makaya d’éviter le hos sujet systématique

    • Serge Makaya dit :

      Merci. J’ai compris.
      Au revoir.

    • Gaston dit :

      Oui, vous avez peut-être raison. Mais ce monsieur ou cette dame sous le pseudonyme de Serge Makaya, lui cherche à nous avertir sur les manigances de la francafrique qui n’est toujours pas terminée. Je suis d’ailleurs de son avis en ce sens que cette même francafrique ridiculise tout un Continent depuis plus de 60 ans de pseudo indépendance. Vous voyez bien qu’on est pas libre. Que fait une armée étrangère chez nous ? N’oubliez pas qu’elle s’est installée au Gabon suite au coup d’État contre Léon Mba.

      C’est certainement bien de rester fidèle au thème de l’article. Mais si tout ça n’était que de la poudre aux yeux ? Nous voulons aller encore à la présidentielle de 2023 qui, probablement, sera de nouveau une mascarade. Et en 2030, on va continuer à croire que cette fois ci c’est la bonne, et ce ne sera toujours pas la bonne. N’y a t’il pas nécessité (urgence) de se dire (entre gabonais) que cesse cette comédie qui perdure au détriment du peuple gabonais ? Pourquoi les français n’ont pas laissé les putschistes s’emparer du pouvoir en 1964 ? Pourquoi s’est elle opposé au coup d’État au Mali et à, par contre, approuvé celui du Tchad ? Posez-vous les vrais et bonne question svp. Si l’Afrique noire est mal partie depuis les indépendances, elle n’est pas seule responsable de son mauvais départ. La France y est pour 90 %

  5. Le Patriote dit :

    Chers compatriotes, ne soyez pas dupes. Croyez-vous que par enchantement la France va déclarer « les peuples africains libres » à l’occasion d’un sommet organisé à quelques mois des élections présidentielles françaises ? Bien sûr que non. C’est de la poudre aux yeux. Quelqu’un disait « la France sans le Gabon c’est comme une voiture sans carburant « .

    Battons nous pour conquérir notre liberté. Un sage africain avait paraphrasé Reine Malouin en disant : « la liberté ne se donne pas, elle s’arrache ». Bientôt les élections présidentielles en France, c’est le moment d’organiser des marches à Paris. Ainsi, le thème sur la françafrique va s’inviter dans les débats et le peuple souverain français pourra élire celui qui fera en sorte que les pays africains se développent et que les africains n’envahissent plus la France.

  6. diogene dit :

    sommet France-Afrique car la grammaire qui se fout des états d’âme fait passer le monosyllabique avant le bisyllabique !(titre)
    Après cela dégénère en sommet Afrique-Afrique, vous vouliez surement dire sommet France-France !

    « A en juger par la bienveillance à l’égard d’un Paul Biya ou d’un Denis Sassou Nguesso, réélus au terme de parodies d’élections »
    je ne sais pas pourquoi il manque un petit rien entre le Cameroun et le Congo !
    le Gabongo bien sur !
    Ne trempez pas votre plume dans la peur vous finirez par y perdre la raison!

    Il s’agit plutôt de sortir de la logique du profit à tout prix ? Mais personne ne veut de cela ni d’un coté ni de l’autre…
    qui a parlé de développement raisonnable ? de production de qualité plutôt que quantité astronomique de merdes inutiles voire nuisibles?
    de l’arrêt des produits non raffinés à l’exportation ?

  7. Diaspamicale dit :

    Vous tous, n’avez rien compris.

    Il ne s’agit ni de l’Afrique, ni de la France, mais simplement de Macron.

    En cadrant les invitations aux 30-35 ans, il s’adresse aux binationaux éduqués en France. Il cherche à les attirer avec du rêve pour avoir leurs votes aux élections présidentielles de 2022. C’est tout !

    Macron est un tristement cynique calculateur électoraliste. Il n’a rien à faire de la France qu’il vend en pièces détachées à longueur de journée. Alors si vous pensez qu’il se préoccupe d’autre chose que de lui-même, vous vous trompez.

    Ne cherchez pas des relents colonialistes, il n’en est pas assez malin, par contre, concernant le chapitre de l’égoïsme son nom est en haut de la page.

    C’est tout ce qu’il y a à comprendre concernant ce forum, il n’en sortira rien… uniquement de l’attrape-nigaud pour se faire réélire ! Le tout payé par le contribuable francais c.-à-d. de l’abus de confiance. Macron est un simple escroc du village lavé et brossé avec un costume neuf.

    Macron c’est Machiavel.

    Je suis convaincu qu’Eric Zemmour, qui a l’inouï avantage d’être intègre, honnête et reconnu pour son franc-parler fera un grand bien à la France, mais aussi aux nations proches de la France. Le Z arrive. Enfin, nous espérons, lui-même fils d’immigré, il représente étonnamment la France que l’on aimait.

  8. newpowereuropa dit :

    « Tout flatteur vit au dépend de celui qui l’écoute »
    Macron ne veut pas abolir la françafrique, il veut lui donner un nouveau visage. Le FCFA qui est un des piliers du système françafricain rapporte des centaines de millions d’euros par mois au trésor public français… Pensez vous vraiment que Mr Macron se passerait d’une telle manne? La France est un « colosse » aux pieds d’argile. Son développement repose sur le pillage des richesses du sous sol africains (avec au passage le soutien aux dictatures qui garantissent ses intérêts), les voix des pays africains à l’ONU, des multinationales françaises qui font leur plus gros chiffres d’affaire en Afrique…
    Mr Macron règne sur un empire (France + 15″ex » colonies) qui est nourri par la françafrique (5 piliers: FCFA, bases militaires, francophonie, AFD, soutien aux dictatures) au détriment des peuples africains. Si la françafrique disparait, la puissance française s’écroule . Toute personne avisée comprendra aisément que Mr Macron ne sciera jamais la branche sur laquelle il est assis. Dans tous les cas, il ne sera pas le président de la 5eme république qui aura causé la chute de l’empire français.
    A bon entendeur…

  9. Lavue dit :

    Et si les Africains eux-mêmes voulaient toujours de la FraceAfriaue
    ?
    Le jour qu’un président Français va s’initier aux sociétés secrètes africaines
    Alors là Francafrique aura cessé. Tous ceux que l’Afrique
    Francophone à d’élites est membres de la franc-maçonnerie, de la rose croix
    , des machins mis en place pour aliéner les élites africaines
    Et aujourd’hui c’est tout le monde qui en fait partie. Les gens sont
    Perdus là dedans. Initiés par les maîtres Blancs dans des choses
    Qui leur sont totalement étrangers sur le plan culturel, ils
    Ils deviennent les relais des Blancs pour asservir leurs semblables.
    L’hom Noir est un imbécile qui ne connaît pas la fierté d’être Africain
    Tant qu’on n’apprendra pas à redevenir nous-mêmes, on sera toujours dans ce système qui nous a conduit il plusieurs siècles à vendre nos frères aux Blancs.
    L’ homme Blanc Français sait très bien qu’il y aura toujours de Noirs idiots
    Pour l’aid à réaliser ses desseins de domination. Malheureusement.

  10. La gazelle bleue dit :

    A la veille des élections, le disque dur sort. Le Gabon est trop en retard depuis 1967 comparativement à tous les pays de la sous région.

    Tournons la page pour l’intérêt du Gabon et de la France.

    Le Gabon a besoin de la France.
    La France a besoin de la Gabon.
    Passons au développement et abandonnons les mallettes.
    Pour moi quoi.

  11. Jean .jacques dit :

    Votre haine un a un va mourir comme des chiens thrs tjrs dans votre cinisme. Certains vivent en France ne pensent qu’ils sont importants.une bande des criminels.

Poster un commentaire