GR

 

Le conseil d’administration de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) s’est réuni le 26 juin à Owendo. Le tour de table a approuvé et arrêté les comptes de l’exercice 2019, qui font notamment ressortir un résultat net de plus 664 millions de francs CFA, en hausse de 74% par rapport à 2018.

L’Oprag a réalisé un résultat net de 664 millions de francs CFA en 2019, soit une hausse de 74% par rapport à 2018. © D.R.

 

Réuni le 26 juin à Owendo, le conseil d’administration de l’Office des ports et rades du Gabon (Gabon) a approuvé et arrêté les comptes de l’exercice 2019. Il en ressort notamment un résultat net de plus de 664 millions de francs CFA, en hausse de 74% par rapport à l’exercice 2018.

Jean-Pierre Lasseny Duboze. © D.R

Représentant 49% des revenus de l’Oprag, l’escale des navires et le trafic des marchandises a enregistré une hausse de 2% en 2019. Ce qui s’est traduit par une note positive de 69 milliards de francs CFA, en hausse de 20% par rapport à l’exercice précédent, lié en partie liée à la mise en activité du nouveau terminal géré par GSEZ.

Le conseil d’administration a également posé un regard sur l’impact de la pandémie du Covid-19 sur l’activité portuaire et la gestion de l’Oprag. «Nous n’avons pas de chiffres pour quantifier de façon précise l’impact de la pandémie sur les activités des ports, car la crise est toujours d’actualité», a souligné le Président du conseil d’administration (PCA) de l’Oprag. «Nous ne pouvons pas dresser un bilan à l’heure actuelle, mais toujours est-il que nous avons observé un ralentissement de certaines activités comme l’import-export», a affirmé Jean-Pierre Lasseny Duboze.

Pour surmonter les contrecoups de la crise sanitaire, la direction générale de l’Oprag a présenté au conseil d’administration qui l’a adopté, un plan d’adaptation. Celui-ci vise à «mettre en œuvre des mesures de gestion de prudence, sauvegarde, pour renforcer et optimiser les recettes de l’Oprag pendant cette période de baisse d’activités ; et, réduire les dépenses qui ne paraissent pas indispensables au bon fonctionnement de l’autorité portuaire», a conclu le PCA.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire