TATIE

Un système de communication générale (téléphone, télévision, Internet) sans-fil, de fabrication africaine dénommé Polyvalent wireless communication systems (PCWS), brevetée depuis 2004 grâce au génie créateur d’un chercheur togolais, le Dr Victor Agbegnenou, fait depuis peu ses preuves en situation réelle à Auger Saint Vincent, à 50 km de Paris. La technologie équipe déjà l’université de Ouagadougou et le siège de l’UEMOA. Une invention qui promet des lendemains meilleurs pour le continent noir.

Victor Kossikuma Agbégnénou

Victor Kossikuma Agbégnénou invente le “PWCS”


Issue des technologies du groupe Thales, le PCWS utilise les hyperfréquences et se présente comme «une fibre optique à travers les airs». En termes pratiques, il permet des appels locaux (dans la zone de couverture d’une antenne) potentiellement gratuits. «Le point fort de PWCS, c’est qu’il offre non seulement une solution en matière d’internet à haut débit, mais aussi trois autres services : la téléphonie locale gratuite, la télévision numérique et la radio», explique Victor Agbegnenou, directeur général de la start-up Ka Technologies qui développe ce système.

«Le PWCS est une « technique de ligne » de vue. Cela signifie que le signal est transmis entre deux antennes celle d’un émetteur et celle d’un récepteur et que le message ne passe entre ces deux points qu’en l’absence d’obstacle, comme un bâtiment ou un relief. En cas d’obstacle, on ajoute un relais. Le récepteur est ensuite relié à l’utilisateur par câblage, optique ou non. L’abonné, muni d’un décodeur peut alors bénéficier d’une offre triple play. Chaque récepteur peut également devenir un émetteur relais, ce qui permet la création d’un réseau dense et ce jusqu’au dernier kilomètre, souvent très cher à raccorder en fibre optique», explique son promoteur Lebon Ngounou, qui dirige la société camerounaise IdreamGroup en charge de commercialiser cette technologie en Afrique.

Reconnu comme étant l’alternative la plus économique du marché pour résorber la fracture numérique en assurant une capacité et des débits comparables à ceux de la fibre optique pour un coût jusqu’à 10 fois inférieur, le PWCS permet de gérer le dernier kilomètre du réseau de distribution, le plus coûteux en infrastructures. Une borne intègre en amont tous les types de données (issues du satellite, de la fibre optique, du fil cuivré ou des faisceaux hertziens). La redistribution dans les foyers s’effectue ensuite sans fil, via des bandes de fréquences. Plus besoin de paraboles individuelles ni de multiples abonnements. Fini les installations onéreuses pour la connexion à internet et pour la télévision chez les particuliers.

Pour leur promoteur, la technologie radio nécessite peu de temps d’installation, contrairement à la fibre qui doit prendre en charge la réalisation de tranchées et donc le coût de travaux en génie civil. D’autre part, les antennes, qui ne mesurent «pas plus de 18 centimètres», sont disposées sur des infrastructures déjà existantes et ne nécessitent que rarement la construction de tours. Cette infrastructure peu coûteuse permettrait ainsi d’amener le très haut débit dans des zones peu peuplées et de garantir un accès universel à peu de frais.

Par contre selon Victor Agbegnenou, «les Africains trainent les pieds, d’une part, à cause de leur incrédulité face à une invention africaine (sic). D’autre part les dirigeants ont signé avec des équipementiers occidentaux des contrats qu’ils ne comprennent pas, et préfèrent jouer la prudence quand ce n’est pas de l’hostilité ouverte

De ce fait, il exhorte les Africains à regarder la science comme tout le monde la regarde, et à faire ce qui doit l’être pour résoudre nos problèmes: «l’Afrique doit comprendre qu’elle ne peut compter que sur la matière grise de ses enfants, et qu’il n’y a pas d’aide qui puisse la sortir de sa situation».

Victor Kossikuma Agbégnénou

Citoyen Togolais d’une quarantaine d’année. Il est vétérinaire de formation, diplômé de l’Académie de Moscou et de l’École supérieure de Maisons-Alfort en France. Ce docteur des animaux, déjà dépositaire de quatre brevets d’invention dans le domaine médical, a de quoi être fier de sa nouvelle trouvaille en télécom, le “PWCS” qui fait de lui le père du système de télécommunication le plus ambitieux de ce début du 21e siècle.

 
GR
 

12 Commentaires

  1. Le citoyen libre dit :

    Felicitation Dr et nous esperons que tous les Africains en beneficierons de cette technologie.

  2. SAMUEL P. dit :

    Merveilleux…Voici une initiative, qui nous interpelle.Cette trouvaille en Télécoms est louable, et interpelle le Ministre chargé des NTIC. Au Cameroun, actuellement sont en vente des portables de qualité fabriqués au Cameroun, à des prix imbattables(X/phone);sortons de l’obscurantisme et de la superstition et soutenons nos génies. Pourquoi entretenir l’ignorance ? Osons et brisons les chaînes…

  3. ALOWOU AYAWO MICHEL dit :

    Libreville, le 08 juin 2012.

    Mr Victor Kossikuma AGBEGNENOU,
    Mes félicitations et ma bénédiction. Votre invention honore non seulement vos compatriotes togolais dont je suis, et tous nos frères africains et noirs. Nous ne devons pas être à la traîne du monde, aidez-nous à regarder les autres en face. Merci. Michel ALOWOU

  4. KUDJO A. J. dit :

    Felicitatons Docteur
    Votre invention prouve une fois encore que les africains sont capables de realiser des choses merveilleuses. Il faut arreter de penser que nous sommes les parents pauvres de l’evolution technologique. La telecommunication est toujours chere pour nous, et j’espere que cette invention profitera bien à tous tes freres africains. Il est temps que nos gouvernants te viennent en aide pour la realisation de ton ambition pour l’Afrique.
    Bonne chance.

  5. Jules Ndiaye dit :

    J,ai découvert cette grande invention africaine au hasard de mes recherches sur google.J,en suis fier en tant que Sénégalais et Africain et félicite ce brillant togolais,panafricaniste.
    Je suis persuadé qu,il nous faut créer un site d,information panafricain pour promouvoir ce genre d,informations.
    La véritable bataille de l,afrique après celle des indépendances est la bataille de l,information par laquelle les puissances coloniales et occidentales maintiennnent leur domination.
    Il y a beaucoup d,inventions et initiatives africaines à promouvoir et à faire partager
    AUJOURDHUI qui détient L,INFORMATION,détiens LE POUVOIR

  6. Faiçal dit :

    Voilà, l’un des plus gros problèmes de l’Afrique, c’est la crédulité, la bêtise de ses habitants. Il suffit que n’importe quel africain prétende avoir inventé un truc que tout le monde y croît sans aucune vérification. Le pire, c’est que des journaux et sites d’information comme celui-ci à travers l’Afrique ont repris l’affaire sans même vérifier la véracité des faits.
    Le minimum aurait été d’aller vérifier sur la base de données mondiale des brevets (http://patentscope.wipo.int/) s’il existe un brevet décrivant une technologie nommée PWCS ou alors un brevet déposé par un certain Victor Kossikuma Agbégnénou. Bien sûr, il n’y en a pas. Cette vérification m’a pris seulement 2 minutes. Je ne comprends pas pourquoi nos journalistes se sont contentés de relayer bêtement l’information. Aucune information sur sa soi-disant start-up Ka Technologies, aucune interview, juste une SEULE photo sans légende, on ne sait pas où elle a été prise, on ne sait même pas qui est sur la photo mais tout le monde en a déduit que c’est Victor Kossikuma Agbégnénou. C’est dingue !!!.

    • GUY M dit :

      Au contraire l’un des problèmes de l’Afrique et du monde en général ce ont les personnes présomptueuses comme vous. Toujours les premiers à dénigrer. Vous croyez vraiment que vous êtes plus intelligent et plus malin que tous ceux qui ont eu accès à cette information ? Ainsi en « 2 minutes » comme vous le dites si bien vous avez pliez le dossier. Vous êtes bien stupide monsieur.

      Il y’a plein de liens fiables et même des vidéos sur internet où ce monsieur parle son invention. Je ne vous les donne pas justement parce que vous êtes stupide et prétentieux. Je vous invite juste à affiner vos recherche et songer au fait que vous êtes très très loin d’être plus intelligent que tous ceux qui ce sont penché sur le cas de Victor Agbégnénou ou encore de Lebon Ngounou.

    • Kessedoufia dit :

      Mr faicail, vous êtes le plus stupide que je n ai jamais croisé de mon existence,croyer moi vous n êtes pas l illuminé que vous pensez être,merci pour vos lacunes

  7. lumière dit :

    Je ne vois pas en quoi Faiçal joue les prétentieux. LE minimum pour un intellectuel c’est de vérifier de s’assurer qu’il est en face d’une innovation avant de l’adopter et la vulgariser. Moi je pense qu’il faut cesser de réfléchir en africain euphorique et aigri qui saute sur toute occasion comme si son existence ne doit se justifier que par une réponse à une inégalité entre blanc, occident et noir. Il faut penser mondialisation (prendre sa position sur l’échiquier mondial) tout en trouvant des solutions aux problèmes africains.

    Sinon que les premières informations sur cette inventions remontent à plusieurs années mais pourquoi cela n’évolue pas. On ne s’improvise pas businessman parce qu’on a fait une invention. Ce sont les finances qui gouvernent le monde, il faut les convaincre avec cette invention en apportant toute les preuves de sa viabilité de son originalité et au moins ils pourront la financer et la vulgariser. Qui en Afrique va financer cette invention?

  8. Elie Lawson dit :

    Bonjour Monsieur j’aimerais rentrer en contacte avec vous. lawson.elie@yahoo.fr

  9. ZAN BI de Gabiafla dit :

    Tres bonne initiative, mais vous nous laissez sur notre fin, car nous autres aimerions avoir les contacts pour de plus amples renseignements, j’en ai besoins, s’il vous plait, merci a tous.

  10. ISSA MOUANDA dit :

    Félicitation l’Afrique à travers ses scientifiques et carte rouge à travers ses politiciens.L’Afrique actuelle appelée KAMA par nos ancêtres à besoins de tous ces fils et filles pour son développement et pour le bonheur et l’épanouissement de chacun de ses fils, de chacune de ses filles et de l’ensemble de sa population. Mais les Politiciens Africains actuels au lieu de les rassemblés les divises et les tues. D’où l’Afrique à besoin d’un autre système de choix de ses dirigeants politiques qui est la géniocratie. Oui l’Afrique à besoin des génie pour le gouverner. Un génie n’est pas forcement un créateur ou un inventeur ou un créateur ou inventeur n’est pas forcement un génie. Le Génie est identifié par les tests scientifiques de mesure de l’intelligence et le créateur par ses création, ivention ou inovation. L’Afrique a tellement besoin de ces deux genres d’hommes et des femmes pour mettre fin aux médiocres politiciens tyrants, dictateurs et téroristes qui ne font que militariser l’Afrique et non de la civilisée. Et nous disons non aux partenaires au développement qui appuient ses tyrants dans le choix des technologie couteux qui ne font qu’appauvrir l’Afrique exemple le projet de la Fibre optique soutenue par la Banque mondiale bien que l’Afrique n’a pas besoin de cette techologie. Un fils de l’Afrique vient de sauver l’Afrique et l’Afrique dit non au projet de la fibre Optique que le reste de ce financement soit verser pour le développement du système des télécommunications PWCS, à l’éducation, à la santé et au bien être de la population Africaine.

Poster un commentaire