GR

 

Le Syndicat national des travailleurs du secteur social (Synatrass) est monté au créneau le 30 mai pour réclamer au Premier ministre de réparer les injustices dont sont victimes les agents du ministère des Affaires sociales. Ils exigent le paiement de la Prime d’incitation à la performance 2015 et de l’indemnité Covid-19 promise par le président Ali Bongo. Sans quoi, ils pourraient entrer en grève.

Le Synatrass invite Julien Nkoghe Bekale à réparer les injustices sociales. © D.R.

 

Depuis l’annonce par le président Ali Bongo, d’une indemnité Covid-19 dédiée aux personnels de santé ainsi que le paiement de leur Prime d’incitation à la performance (PIP) 2015, le feu couve sur le front social. Des menaces de grève se multiplient par des agents de l’Etat qui se disent excédés par des injustices sociales. Des sorties révélatrices d’un climat de mécontentement explosif mis en berne par la pandémie qui sévit dans le pays.

S’il y a 2 mois, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale demandait aux partenaires sociaux de mettre un terme aux mouvements d’humeur pour combattre le virus, aujourd’hui ceux qui avaient consentis cet effort se disent lésés et soufflent sur les braises du front social. Parmi eux, le Syndicat national des travailleurs du secteur social (Synatrass).

Au cours d’une conférence de presse le 30 mai, ce syndicat a dénoncé des injustices par rapport au paiement de la Prime d’incitation à performance (PIP) 2015 et de l’indemnité Covid-19 promise par le président Ali Bongo. A propos de cette indemnité, le Synatrass dénonce «un rapport biaisé fait au président sur la situation réelle de la lutte contre cette pandémie dans notre pays».

Épousant l’idée de la centrale syndicale Dynamique unitaire (DU) sur la nécessité d’octroyer une prime spéciale aux acteurs de premier plan dans la lutte contre le Covid-19 au Gabon, le Synatrass estime que «ces personnels ne sont autres que ceux des Affaires sociales et de la Santé». «Qui peut minimiser les risques encourus par les agents du ministère des Affaires sociales qui, depuis le 14 mars 2020, parcourent tous les quartiers de Libreville embrassant ainsi la maladie sans protection aucune, sans un sou. Et que dire de ces nombreux bénévoles qui ont décidé d’apporter leur pierre à l’édifice dans le cadre de la Banque alimentaire», s’interroge le syndicat qui appelle au bon sens du chef de l’Etat.

«Excellence monsieur le président de la République, chaque compatriote a besoin de voir ses efforts pour la Nation être reconnus et encouragés par vous qui incarnez la première institution du pays» a déclaré Roger Ondo Abessolo, secrétaire exécutif du Synatrass. Pour réparer ces injustices, le syndicat invite le Premier ministre Julien Nkoghe à prendre en compte les agents du ministère des Affaires sociales pour l’indemnité Covid-19. Il souhaite également que le paiement de la PIP soit effectif dans les prochains jours. Le cas échéant, il se réserve le droit d’entreprendre toutes actions nécessaires à l’aboutissement de ces revendications.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire