GR

Cinq ressortissants chinois ont été enlevés le 6 juillet au cours d’une attaque lancée par des pirates contre un navire battant pavillon singapourien, au large du Nigeria.

Cinq ressortissants chinois ont été enlevés le 6 juillet au cours d’une attaque lancée par des pirates au large du Nigeria. © D.R.

 

Le Golfe de Guinée vient une nouvellement fois d’être victime d’actes de piraterie maritime. Cinq ressortissants chinois ont été kidnappés par des hommes armés, lors d’une attaque contre un porte-conteneurs. «Le 2 juillet, un cargo naviguant sous pavillon de Singapour a été attaqué par des pirates au large du Nigeria et cinq marins chinois ont été kidnappés», a déclaré le ministère des Affaires étrangères chinois.

Selon les premiers éléments livrés par la société de surveillance des mers Dryad Global, l’attaque a «précisément eu lieu au large du Bénin». Le même jour, précise Dryad Global, des «pirates avaient également pris d’assaut un bâtiment pétrolier off-shore au large du Nigeria (sud-est), et enlevé neuf employés nigérians».

S’il dit n’avoir aucune trace de ses ressortissants, l’ambassade de Chine au Nigeria affirme «avoir mis en place les procédures d’urgences et demandé au Nigeria de prendre des mesures nécessaires pour retrouver ses ressortissants», a expliqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Devenus récurrents, les actes de piraterie maritime dans le Golfe de Guinée inquiètent de plus en plus. Selon Dryad Global, 78 enlèvements ont été enregistrés dans cette partie du monde depuis le début de l’année. Un chiffre en très nette augmentation par rapport à l’année dernière, relève la société de surveillance.

D’une superficie de 2,35 millions de kilomètres carrés, le Golfe de Guinée est une partie de l’océan Atlantique qui s’enfonce en coin vers le centre du continent africain. Situé au sud-ouest de l’Afrique, il englobe le Liberia, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Benin, le Nigeria, le Cameroun, la Guinée équatoriale, Sao Tome et principe, l’Angola, le Congo, la République démocratique du Congo (RDC) et le Gabon.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    Encore ! les états de la zone sont incapables de créer une force internationale
    pour défendre la libre circulation maritime ! honte à nous !
    Déléguons aux Chinois cette mission et offrons leurs une base militaire sur nos côtes.

Poster un commentaire