TATIE

Plus de 300 anciens agents de l’Agence gabonaise de presse, l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructure, de l’Ogaprov, de l’Anageisc et d’Africa n°1 exultent de joie pour avoir perçu leurs droits sociaux après plusieurs années d’expectative.

L’Etat a payé plus de 3 milliards de francs CFA au titre des plans sociaux et arriérés de salaire de plus de 300 agents de 5 entreprises. © Gabonreview

 

Les déflatés de l’Agence gabonaise de presse (AGP), l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructure (ANGTI), de l’Office gabonais de production de viande (Ogaprov), de l’Agence nationale de gestion des infrastructures sportives et culturelles (Anageisc) et les agents d’Africa n°1 passent à la caisse depuis plusieurs semaines pour percevoir leurs dus.

Il s’agit en effet de plus de trois milliards de francs CFA payés par le Trésor public à ces compatriotes qui, pour certains, avaient perdu l’emploi à la suite de la suppression de certaines agences en conseil des ministres, dans le cadre d’un plan d’assainissement des finances publiques, et pour d’autres, accusaient plusieurs mois d’arriérés de salaire du fait d’une gestion calamiteuse au sein de leurs entités.

Cette liquidation des droits sociaux de ces Gabonais est le fruit de la ténacité de ces déflatés, mais aussi de l’engagement du président de la République à soulager ces familles gabonaises en situation de détresse économique et sociale, en pleine crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus. Bien que confronté à des difficultés de trésorerie dues à la double crise du pétrole et du coronavirus, l’État entend poursuivre ce processus de liquidation pour d’autres compatriotes, dans le cadre de l’exécution de plans sociaux.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire