GR

Accusé de cambriolage, un compatriote de 25 ans a récemment succombé dans la capitale économique du Gabon à la suite d’un lynchage populaire pour lequel plusieurs personnes ont été écrouées pour homicide volontaire.

A la suite du lynchage d’un jeune cambrioleur présumé, trois habitant de la zone dite Île Mandji ont été écroué à la prison centrale de Port-Gentil pour homicide volontaire. © L’Union/Sonapresse

 

La justice populaire semble encore avoir de beaux jours devant elle au Gabon où les évènements malheureux du 24 janvier 2020 continuent de hanter plusieurs familles. À Port-Gentil, ce sont des habitants de la zone dite Île Mandji qui ont décidé de se faire justice, à la suite de la tentative de cambriolage dont a été accusé Olsen Nguema Nze au domicile de madame Annie B.T., dans la nuit du 1er au 2 mai dernier, rapporte ce mardi 19 mai le quotidien L’Union.

Surpris par la principale occupante de la maison aux environs de 4 heures du matin, le jeune compatriote de 25 ans aurait été neutralisé par les enfants de cette dernière avant d’ameuter le voisinage. Ligoté à l’aide d’une corde à linge, Olsen aurait été «tabassé» par les riverains jusqu’à en perdre connaissance. Il sera déclaré mort peu après avoir été conduit inconscient par ses bourreaux au Centre hospitalier régional de Ntchegue.

Au terme de la procédure judiciaire, trois personnes âgées entre 23 et 39 ans ont été inculpées pour homicide volontaire et placées sous mandat de dépôt à la prison centrale de Port-Gentil. Ni la locataire du domicile supposément cambriolé ni son bailleur n’ont été inquiétés parce que n’ayant pas pris part au lynchage du jeune Olsen.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. moundounga dit :

    Bjr. La loi rien que la loi. Amen.

Poster un commentaire