TATIE

Au cours de son allocution, lundi 16 novembre, lors de la cérémonie d’ouverture de la table ronde de la Cemac sur les projets intégrateurs à Paris, le président de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC), Fortunato-Ofa Mbo Nchama, a assuré aux potentiels investisseurs que la totalité des 11 projets présentés est rentable.

le président de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC), Fortunato-Ofa Mbo Nchama, le 16 novembre à Paris (France). © Com. Cemac

 

Fortunato-Ofa Mbo Nchama l’assure, l’Afrique centrale «est un diamant brut qui doit encore être poli pour donner tout son éclat». Aussi, à la suite de sa présentation des différents atouts dont dispose la sous-région, le président de la BDEAC a-t-il invité les investisseurs à se ruer sur les offres qui leur sont faites dans le cadre de la table ronde de la Cemac sur les projets intégrateurs en cours depuis ce lundi 16 novembre, à Paris, en France.

«Le moment est propice pour y investir, être les pionniers de ce développement qui se construit et dont le retour sur investissement est garanti. Ce développement inclusif comporte des avantages comparatifs tant pour la sous-région Cemac que pour tous les investisseurs qui viendront y opérer», a-t-il soutenu lors de son discours, tout en assurant aux potentiels investisseurs que l’institution bancaire dont il a la charge «reste disposée à travailler avec tous les partenaires qui manifesteront leurs intérêts pour le financement multiforme des projets dans notre sous-région». Il l’assure, la BDEAC «maîtrise parfaitement son environnement».

Pour continuer de rassurer les potentiels investisseurs du bon parti que représentent l’Afrique centrale et ses 11 projets intégrateurs, Fortunato-Ofa Mbo Nchama promet qu’«il s’agira de bâtir un partenariat gagnant-gagnant pour toutes les parties», et que la BDEAC «prendra toute sa place dans la structuration, la promotion, le financement et l’exécution de ces projets intégrateurs».

Pour ce faire, «la BDEAC a d’ores et déjà entamé un travail minutieux de conseil auprès des gouvernements, pour le montage de certains projets sous forme de partenariats public-privés. Elle poursuivra ce travail aux termes des présentes assises, jusqu’à la mise en œuvre desdits projets. Elle entend contribuer au drainage des ressources financières nécessaires à la réalisation de ces projets intégrateurs prioritaires du PER. (Et) pendant la phase d’exécution du programme, la BDEAC continuera à assister les gouvernements, comme à son habitude», s’est engagé le patron de la BDEAC, qui appelle à «la construction d’une complète et notoire intégration en Afrique centrale».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire