TATIE

Le Gabon et la Banque islamique de développement (BID) ont signé, le 15 octobre, un pacte d’associés pour la mise en place d’une nouvelle stratégie de financement des projets stratégiques dénommée Regional infrastructure supranational entity Gabon (Rise Gabon).

Le ministre de l’Economie et de la Relance présentant le document signé donnant naissance à Rise Gabon, le 15 octobre 2020, à Libreville. © Ministère de l’Economie

 

«Aujourd’hui, c’est une nouvelle ère qui vient d’être inaugurée par la création de ce fonds qui va s’appeler Rise et qui est une collaboration entre la BID et le Gabon». C’est en ces termes que le ministre de l’Économie et de la Relance, Jean-Marie Ogandaga, a salué, le 15 octobre, la signature du pacte d’associés pour la mise en place de cette nouvelle stratégie de financement des projets stratégiques, Rise Gabon (Regional infrastructure supranational entity Gabon).

Selon le ministre de l’Économie, la signature de ce pacte avec l’institution bancaire islamique est «la concrétisation des actions de politique économique du chef de l’État, Son excellence Ali Bongo Ondimba, qui a noué un partenariat avec la Banque islamique de développement ; un partenaire au développement qui accompagne le Gabon dans certains projets».

Rise Gabon, précise le ministère de l’Économie et de la relance, «aura pour but de financer les étapes initiales des projets considérés comme stratégiques et financièrement rentables, dans le cadre des plans de remontée de la chaîne de valeur et d’optimisation de la compétitivité des filières à fort potentiel, et ce, en mobilisant les ressources nécessaires à l’investissement sur les marchés financiers internationaux».

Concrètement, il s’agit de «la création d’un instrument de financement innovant». «Pourquoi ? Parce que jusqu’à présent, nous avons les financements classiques (Aller s’endetter auprès d’un banquier, auprès d’une institution…), mais là, c’est quelque chose de nouveau. C’est la création d’un fonds qui va garantir tous les investissements au Gabon, avec pour objectif d’accroitre la valeur ajoutée locale», a fait savoir le ministre de l’Économie et de la Relance qui ajoute que cet instrument permettra de «mettre en place des conditions qui fassent en sorte que la transformation des produits locaux profite aux Gabonais et qu’il y ait davantage de création d’emplois».

La signature de cet accord s’est faite en présence du ministre délégué à l’Economie, Nicole Roboty et du ministre en charge des Affaires étrangères, Pacôme Moubelet Boubeya.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire