HABANA

Le 29 décembre sans surprise, le Parlement, réuni en congrès, a adopté le projet de loi portant révision de la Constitution de la République gabonaise. Sur 229 votants, 204 étaient pour et 25 contre. Aucune abstention n’a été relevée. C’est la huitième révision constitutionnelle dans le pays après la conférence nationale.

© Gabonreview/shutterstock

 

Le Gabon va avoir une nouvelle Constitution. Le Parlement, réuni en congrès ce 29 décembre, pour statuer sur le projet de loi portant révision de la Constitution de la République gabonaise, s’est exprimé en faveur de ce texte.

En plus de s’intéresser à la vacance de la fonction présidentielle, la nouvelle mouture accorde désormais au président de la République une immunité à vie. En clair, à mains levées, un vote de confirmation a été exprimé par les deux chambres du Parlement après leurs adoptions séparées, le 24 décembre (pour l’Assemblée nationale) et le 26 du même mois (pour le Sénat).

Au nombre de 229, députés et sénateurs, réunis à l’Assemblée nationale, ont estimé qu’il fallait que le texte passe. Pour ainsi dire, 204 parlementaires ont voté pour (soit 89,10% des suffrages), et 25 (soit 10,9%) ont voté contre. Aucune abstention n’a été relevée.

Selon Faustin Boukoubi, président de l’Assemblée nationale, par ailleurs président du congrès, pour que le texte soit adopté il fallait juste les 2/3 des voix (153 des voix), soit le minimum correspondant. «En conséquence, en tournant mon regard vers madame le Premier ministre, je voudrai confirmer que le congrès réunissant les deux chambres du Parlement a adopté la loi portant modification de la Constitution», a-t-il déclaré. «Cette loi portera un numéro qui sera indiqué ultérieurement par les services compétents», a indiqué le président du congrès. «La révision de la Constitution est donc acquise à l’issue de ce vote», a-t-il rappelé, félicitant le Premier ministre, Rose-Christiane Ossouka Raponda, qui a défendu ledit projet. «Ce fut, madame, le Premier ministre, non seulement un projet de l’exécutif mais c’est vous personnellement qui l’avez porté»,

«Par ce vote favorable au projet de loi initié par le président de la République, chef de l’Etat, vous avez pris toutes vos responsabilités devant l’histoire et devant la Nation», a déclaré le chef du gouvernement.

«A cet égard, vous avez démontré que la Constitution était une œuvre inachevée et qu’elle devait épouser les circonstances imprévues et les mutations que peut connaître l’environnement, tant que niveau national que sur le plan international», a estimé le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka. Selon celle-ci, le projet a été initié par le président Ali Bongo qui trouvait le moment opportun, car a-t-il dit, «c’est quand il fait beau et non quand il pleut qu’il faut réparer la toiture».

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Quel est le PROJET DE LOI DES BONGO-VALENTIN QUI N’EST JAMAIS PASSÉ ? CESSEZ DE NOUS PRENDRE POUR DES CONS. CE QU’IL NOUS RESTE À FAIRE POUR METTRE FIN À VOTRE DUPLICITÉ, C’EST LA RÉVOLUTION.

    CAR POUR DE L’ARGENT, PAUVRES DÉPUTÉS QUE VOUS ÊTES, VOUS ÊTES CAPABLE DE VENDRE VOTRE ÂME AU DIABLE. VOUS VOUS EN FOUTEZ COMPLÈTEMENT DE L’AVENIR DE VOS ENFANTS ET PETITS ENFANTS. A NTARE NZAME !!

  2. Serge Makaya dit :

    Je vais vous interpréter autrement le « citation » de Rose Christiane Ossouka qu’elle voudrait attribuer à un mort (feu Ali Bongo). Rose Christiane Ossouka en disant que (à moins que cette horrible citation vienne de Sylvia Valentin ou plus précisément de Jean Yves Le Drian, patron du Quai d’Orsay), je cite: »C’est quand il fait beau et non quand il pleut qu’il faut réparer la toiture », voudrait tout simplement dire ceci:

    C’EST QUAND LES GABONAIS SONT VRAIMENT MABOULES (INDOLENTS) ET NON RÉFLÉCHIS OU FÂCHÉS QU’IL FAUT FAIRE PASSER NOS PROJETS SATANIQUES.

    Alors, peuple gabonais, tu as j’espère tout compris ? Arrête de DORMIR (d’être maboule, d’être manipulé, d’être indolent…), c’est le TEMPS du RÉVEIL ou de la RÉVOLUTION pour libérer TON PAYS (car tu n’en a qu’un SEUL). A NTARE NZAME !!

  3. Serge Makaya dit :

    « …la constitution était une oeuvre inachevée… », dixit Rose Christiane Ossouka. Pauvre femme !! Donc aux USA par exemple, qui subissent aussi les mutations de l’environnement, ont-ils modifiés leur constitution depuis seulement un siècle ? Idem pour cette même pourriture de France qui se cache derrière cette manipulation de notre constitution, a-t-elle modifiée sa constitution depuis lors ? A Ntare Nzame !!

    Ce n’est pas feu Ali Bongo ni Valentin Sylvia ni 3M qui sont derrière cette manipulation de notre constitution. C’est bien la France, croyez-moi, les frères et soeurs gabonais. En disant ça, je ne cherche pas non plus à crédibiliser 3M ou Sylvia Valentin (qu’elles aillent en ENFER puisqu’elles pactisent avec Satan (France) qui se déguise très souvent en Ange de lumière. A Ntare Nzame !!

    LA FRANCE FAIT CACA SUR NOS CONSTITUTIONS AFRICAINES. ELLE A FAIT ÇA A PLUSIEURS REPRISES AU GABON, AU TCHAD, RÉCEMMENT EN CÔTE D’IVOIRE. ET EN AGISSANT AINSI, ELLE NOUS MONTRE TOUT SIMPLEMENT QU’ON N’EST RIEN DEVANT ELLE SI CE N’EST QUE DU CACA À SES YEUX.

    RÉVEILLEZ VOUS MES FRÈRES ET SŒURS DU GABON. DORMIR JOUE DE TRÈS MAUVAIS TOURS. A NTARE NZAME !!

  4. SERGE MAKAYA dit :

    JETEZ UN COUP D’ŒIL ICI (lien ci-dessous).
    IL FAUT CESSER DE JOUER AVEC NOTRE CONSTITUTION SVP.

    https://www.legigabon.com/revisions-constitutionelles-context

Poster un commentaire