GR

 

Convaincu de la motivation des professionnels de santé au bénéfice desquels il a créé et annoncé le paiement d’une «indemnité Covid-19» et comptant sur les lots de matériel médical acquis ou offerts par des partenaires internationaux depuis ces deux derniers mois, Ali Bongo assure que le système sanitaire gabonais est outillé face à la pandémie.

Ali Bongo, le 21 mai 2020. © Com. présidentielle

 

Comme pour répondre aux craintes de certains, exprimées notamment sur les réseaux sociaux depuis la fuite d’un patient atteint du Covid-19 du CHUL, la diffusion d’une vidéo dans laquelle d’autres malades admis dans la même structure hospitalière disent être maltraités et le nombre sans cesse croissant des personnes déclarées positives au virus, Ali Bongo s’est montré confiant quant à la qualité du système sanitaire gabonais. Lors de son allocution, dans la nuit du 21 au 22 mai, le président de la République s’est montré convaincu de ce que la situation est sous contrôle et que les professionnels du secteur sont irréprochables dans leur travail.

Aussi, soutient-il que dans sa riposte contre le Covid-19, dont le nombre de cas confirmés a dépassé 1 500 pour 6 provinces au total, à Libreville comme à l’intérieur du pays, «notre système sanitaire est outillé face à cette pandémie qui est croissante». Ali Bongo estime en effet que «même si le virus continue de se propager, notre système sanitaire est tout à fait prêt». Il en veut pour preuve que «le nombre de décès reste limité. Et celui des guérisons est chaque jour plus élevé». Ce qui, pour lui, «est une bonne nouvelle».

S’il se montre si confiant, c’est aussi parce qu’Ali Bongo compte sur les lots de matériel médical acquis pour certains par l’État gabonais et pour d’autres offerts par des partenaires internationaux depuis ces deux derniers mois. Le chef de l’État n’a d’ailleurs pas caché son enthousiasme de voir le lancement effectif, dès le lundi 25 mai, des activités du nouveau laboratoire d’analyse baptisé du nom du Pr Daniel Gahouma, le pédiatre décédé récemment du Covid-19 dans l’exercice de ses fonctions. La nouvelle structure installée au sein du Palais des sports de Libreville, qui rentre dans la stratégie de riposte du Gabon contre le Coronavirus, réalisera jusqu’à 10 000 tests de la Covid-19 par jour, annonce Ali Bongo.

 
GR
 

8 Commentaires

  1. Rotoin Gervais dit :

    La France est championne dans le jeu des marionnettes. Mais la dissimulation n’est pas forcément du goût de tout le monde. Surtout pas d’un peuple qui vit ce spectacle depuis fort longtemps.

    Dommage que le peuple gabonais n’est pas solidaire du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. Un peuple divisé, déchiré ne peut pas réaliser son vœu : libérer ke pays. C’est l’union qui fait la force.

  2. Gayo dit :

    Y-a-t’il encore des gabonais qui font confiance à ce démogue paresseux qui depuis 11 ans au pouvoir se laisse flatter et rouler par des feynman tels que Accrombessi, Alhianga, Bibie Bi Nze, Akbar, etc?

  3. Isabelle dit :

    Ali Bongo est mort. Laissez tomber votre mensonge d’un Ali Bongo encore en vie. Si vous aimiez vraiment ce pays, la vérité sortirait de votre bouche. Et comme il n’y a que mensonges depuis le décès de l’usurpateur et assassin Ali Bongo, c’est que vous n’aimez pas le Gabon. Vous aimez la richesse du Gabon, mais pas le peuple gabonais.

    Mais vous avez oublié une chose: la vraie richesse d’un pays, ce n’est pas ses ressources naturelles, c’est son peuple.

    • Fille dit :

      @Isabelle, si c’était le cas, pourquoi donc le silence des opposants gabonais ? Ils ne sont tout de même pas aussi lambda que nous. Si ce que vous avancez est vrai et que toute la classe politique y compris l’opposition se tait, que c’est à dire ?
      Je sais, je pose des questions concrètes qui agacent mais tout de même ? Comme l’opposition n’affirme ni n’infirme, on va continuer encore longtemps avec cette diversion ? A mon avis si l’opposition ne dit mot, c’est qu’Ali est bien vivant. Vous ne pouvez pas enterrer quelqu’un vivant par des rumeurs. Si mensonge il y a, l’opposition est complice. Vous pensez cela possible ?
      Merci GabonReview que j’aime bien de ne pas supprimer mes questions qui n’insultent personnes. D’ailleurs vous devriez nous pondre une des vos envolées lyriques sur le sujet et faire taire tous ceux qui sont dans le flou. Vous savez, quelques gabonais ont encore le cerveau en place. Prenez soin de vous.

      • Dibokwe Albert dit :

        Je suis camerounais, c’est la même chose actuellement au Cameroun. On nous cache la mort de Paul Biya. Vous ne connaissez pas encore bien ce qu’on appelle francafrique. Une vraie mafia. Je vous jure.

  4. Voilà dit :

    Qui fait dire au président que la situation est sous contrôle ? Est-ce parce qu’on a déployé du matériel tape à l’œil ou parce qu’ils croient là-haut que nous avons oublié que des malades ont réussi à échapper à leurs conditions d’hospitalisation déplorables, que des médecins se plaignent toujours de leurs conditions de travail qui les exposent aux risques de contamination de la maladie, puisqu’ils manquent d’équipement de protection… Doit-on comprendre que c’est dans ces conditions que la situation est sous contrôle ? Car, à la fin, les autorités gabonaises roulent pour quelle population, celle des gabonais ou celle des bailleurs de fonds ? Puis, on souhaiterait entendre à présent une autre musique : celle des guérisons par dizaines dans la journée. Or, de cela, rien ! On en est encore à inaugurer des centres dépistage alors qu’on ne sait pas dans quelles structures hospitalières les « dépistés positifs » de ces centres seront hébergés. Le problème de lits reste entier.

  5. Celestin dit :

    Mr Griffin Ondo Nzuey, vous croyez vraiment que ce type vit encore ? Car, perso, même s’il n’est pas mort totalement, il l’est au moins par le cerveau. Autrement dit: mort cérébrale. Ali Bongo n’est plus qu’un légume.

  6. Père de Dieu dit :

    Dieu Mon Fils me fait savoir que :

    – Ceux qui ont écrit le discours « d’Ali » prennent les gabonais pour des tarés.

    Voilà un laboratoire de dépistage du Covid 19 préfabriqué dans un gymnase fixe à Libreville et qui aura une capacité de 10 000 tests par jour, qui doit servir tout le Gabon et toute la sous-région. Le nom donné à ce laboratoire préfabriqué est celui de l’illustre médecin, Professeur Daniel Gahouma. Laboratoire unique dans la sous-région; « Ali » devait donc donner son nom comme il l’a fait pour l’aéroport de Port Gentil qui n’est même pas aux normes internationales.

    Ils ont omis de lui faire dire le protocole : déplacement de la population vers Libreville ? prélèvements sur les populations sur l’ensemble du Gabon et dans la sous-région et envoi à Libreville ?

    Quelle que soit la méthode :

    les moyens de transport, les équipes et équipements spécialisées, toute logistique qui en découle sont-ils mis en place?

    Quand le Togo met en place des laboratoires de dépistage mobiles et quand des tests individuels sont crées et vendus en pharmacie ailleurs.

    – Fait ton possible pour sauver le Gabon et la sous-région Mon Fils.

    Père.

Poster un commentaire