mdas

Pourquoi et comment les plaintes du président de l’Union du peuple gabonais (UPG) mettent à mal les pouvoirs exécutif et judiciaire.

J.D.D Moukagni Iwangou. © Gabonreview
J.D.D Moukagni Iwangou. © Gabonreview

 
Il a toujours jouit d’une sorte d’impunité naturelle. Aujourd’hui, tout cela semble remis en cause. Le seul fait que l’un des hommes les plus craints du pays de ces 40 dernières années et certainement le plus puissant des 5 dernières soit assigné en justice est déjà en soi une peine. Si, à ce jour, rien ne semble acquis au plan juridique, médiatiquement et politiquement Ali Bongo est déjà jugé.Dans les taxis, bars, cafés et même dans les salons feutrés, les commentaires vont bon train, les uns plus définitifs et tranchants que les autres. Certains flétrissent une supposée tendance à fonctionner au passe-droit. D’autres mettent en cause l’administration et particulièrement les instances décentralisées. Il s’en trouve même qui interrogent le fonctionnement des institutions et singulièrement de l’autorité judiciaire.
Depuis quelques jours, la justice est effectivement l’objet de toutes les attentions. Avec la saisine annoncée de la Haute Cour de justice par le président de l’Union du peuple gabonais (UPG), voici que la judiciarisation de «l’affaire Péan» prend une autre tournure, mélange de juridique et de politique. Unique juridiction pouvant connaître de la situation d’un président de la République en exercice, la Haute Cour de justice est une entité d’exception prévue par la Constitution. On est bien aux confins du politique et du juridique.
Situation inédite à tout le moins : la plainte de Jean de Dieu Moukagni Iwangou vise moins à juger une personne et prononcer une peine qu’à apprécier une situation politique et mettre fin à un mandat en raison de manquements aux devoirs de la charge. Des éclaircissements liés au caractère juridictionnel d’une procédure visant à mettre en jeu une responsabilité politique s’imposent. D’une manière ou d’une autre, l’opinion y découvre les artifices de notre système juridique et institutionnel. Elle prend conscience de l’étendue des pouvoirs et protections particulières dont bénéficie le président de la République. Et par un jeu de balancier, elle exige de l’exemplarité à la première institution du pays. «La République est fondée sur la vertu», enseigne Montesquieu. Pour lui, «l’honneur» et «la crainte» n’ont rien à faire en République. Ils relèvent respectivement de la monarchie et du despotisme.
Vertu, honneur et crainte.
Au demeurant, la triple plainte de Jean de Dieu Moukagni Iwangou peut agir comme un révélateur. Elle tend à interroger la nature profonde de notre Etat. A travers elles, pouvoirs exécutif et judiciaire sont à l’épreuve. Jusque-là, on a évoqué les procédures engagées devant l’ordre judiciaire, leurs éventuelles conséquences et probables destinées. On a même imaginé que tout ceci ne prospèrerait pas, que les plaintes du Front de l’opposition pour l’alternance ou de Luc Bengono Nsi étaient davantage des actes politiques que juridiques. Le président de l’UPG, lui, revient sur les fondements de la République. Il met la justice au défi de jouer son rôle de contre-pouvoir politique. Et entend éprouver l’attachement du président de la République à «la vertu».
Du coup, on se souvient que cette saisine met le procureur général près la Cour de cassation sous pression. On se remémore que le Conseil supérieur de la magistrature désigne les membres de la Haute Cour de justice et qu’il est présidé par… le président de la République. Autant de réalités qui, en République, n’ont rien de rédhibitoires. Et pour cause : bien qu’elle soit une chose très pénible, «la vertu» en politique est un renoncement à soi-même, l’amour des lois et de la patrie, le primat de l’intérêt public sur l’intérêt particulier. En revanche, «l’honneur» édicte des principes tels que l’obéissance au prince. Apprise non pas à l’école mais dans les salons feutrés, cette notion appartient à la monarchie dont elle est un des fondements. Elle ne s’accommode donc que trop difficilement de la République. Il en va de même pour la «crainte», qui relève d’une absence d’éducation et n’a cours que dans les régimes despotiques. Or, jusqu’à preuve du contraire, le Gabon se veut une République.
Le positionnement institutionnel du président de la République fait qu’il soit pénalement irresponsable et que le pouvoir judiciaire ait quelque difficulté à connaître d’affaires le mettant en cause. Et les juges ont trop souvent tendance à se poser en supplétifs du pouvoir exécutif. Mais Jean de Dieu Moukagni Iwangou n’en a cure. Il affirme vivre en République. Et, croit connaître les fondements de cette notion. Si l’opinion s’est toujours émue d’une supposée connivence entre l’exécutif et le judiciaire, l’onde de choc de «l’affaire Péan» ébranlera inévitablement les fondements de notre édifice institutionnel. La suspicion populaire à l’endroit des institutions se généralise. Et la crise de confiance menace le pacte républicain. De nos institutions, d’aucuns attendent désormais une implication vigoureuse voire un engagement. Quel que soit le devenir des actions intentées par le président de l’UPG, l’on peut d’ores et déjà craindre que la justice n’en sorte indemne.

 
GR
 

0 Commentaires

  1. vote mafieux du budget 2014 dit :

    Production prévisionnelle du Gabon en 2014 :
    10 millions de Tonnes de Pétrole
    4,7 millions de Tonnes de manganèse
    1,2 Tonne d’or
    2 millions de m3 de Bois
    Hypothèses :
    1 dollar USD = 480 franc cfa
    1 baril de pétrole = 159 litres de pétrole
    1 baril de pétrole coûte 98 dollars USD
    1 Tonne de manganèse coûte 229 dollars USD
    Estimation pour le calcul des recettes du pétrole pour le gabon en 2014 :
    Recette pétrole= 10 millions x 1000 / 159 x 98 x 480 = 2958 milliards de franc cfa
    or au niveau du pétrole, le gouvernement gabonais ne déclare que 1322 milliards de franc cfa sur la loi de finance présentée à l’assemblée nationale ??? donc plus de la moitié du budget pétrolier n’est pas déclaré ???
    Estimation pour le calcul des recettes du manganèse pour le gabon en 2014 :
    Recette manganèse = 4,7 millions x 229 x 480 = 517 milliards de franc cfa
    Pétrole + manganèse = 2958 + 517 = 3475 milliards de francs cfa !
    Rien qu’avec le pétrole et le manganèse, on est déjà à 3475 milliards de francs cfa de recettes budgétaires.
    Les recettes minières et pétrolières sont mal déclarées à l’assemblée nationale.
    Qui doit légiférer, le peuple Gabonais (Assemblée nationale) ? Le Contrôle d’Etat ou Le Conseil d’Etat ?

    • Pas posssible dit :

      Rectificatif le baril est actuellement à 78 dollars et non 98 dollars comme dit dans votre intervention.

      • Mone Afirikara dit :

        Même à 78 dollars, l’écart déclaration et effectivité se justifie t-il?

        • Big Pimpin dit :

          Votre calcul sous entend que l Etat percoit 100 pour 100 des recettes du petrole, ce qui n est pas exact. L Etat n est actionnaire qu a hauteur de 25 pour cent dans les Grandes societes de la place. Ce qui veut dire que la part qui lui revient est ,au mieux, le quart de ce qui est produit. Il en va de meme pour les autres ressources miniere (avec des taux differents surement)

    • La Fille de la Veuve dit :

      @ vote mafieux du budget 2014,
      Ici nous sommes sur un Site d’information qui se veut sérieux et qui est sérieux. Cessez donc de raconter n’importe quoi et d’intervenir sur des sujets que vous êtes loin de pouvoir maitriser.
      Comment peut-on dire que les recettes pétrolières se calculent en faisant le produit du prix du Baril et de la production. Ce qui correspondrait éventuellement au Chiffre d’Affaire estimé des compagnies pétrolières. Savez-vous au moins faire la différence entre le chiffre d’affaires, les bénéfices et les recettes fiscales ?
      A ce rythme, vous êtes encore pire que ce régime de Cancres que sont les Emergents….

      • magéna dit :

        @La Fille de la Veuve
        Je vous informe que ces chiffres sont souvent présentés chez les élus de façon brute.
        Les députés n’ont pas accès au détail et annexes du budget de l’état gabonais, en sus du fait que le budget est souvent voté manu militari sans permettre aux députés le temps de vérifier que les lignes budgétaires sont vrais. Au ministère de xxx, le budget de l’informatique est très disproportionné, le budget des voyages du président de la république n’obéit à aucune règle, laissé deux semaines aux députés avant de voter ce torchon, fera grandir le Gabon. De plus c’est curieux de constater que depuis le décès de Léon Mba, les lois de finances sont votées souvent à main levée! c’est nécessairement anti-démocratique. Je constate amermement que des infrastructures qui ont été financées en 2010, continuent à l’être en 2015! quel gâchis! Il est le cas des pompes à hydrauliques villageoises qui ont été financées à hauteur de 25 milliards sur l’argent de la BAD en 2010. Ces pompes ne sont jamais livrées et des dotations continues d’être votées aveuglement par les élus. Les gabonais de la brousse demandent aux acteurs politiques de voter une loi, à partir de 2016, pour instaurer un contrôle de l’exercice budgétaire N-1 à entre le 15 décembre et le 15 Janvier de chaque année. Il reviendra aussi de supprimer la Cour des comptes en 2016 qui n’a jamais condamné un gabonais. La direction générale de cette institution soutient que depuis que le gabon existe, elle n’a jamais constaté un détournement puisqu’il n’y a aucune sanction. cette inaction nous amène à supprimer cette institution et à charger une commission parlementaire indépendante pour contrôler l’exécution budgétaire N-1 au gabon de demain. Cette commission s’appuiera sur l’expertise des cabinets d’audits externes.

    • Yiduka dit :

      Petit, ton calcul est peu juste; on peut penser que ces recettes s’obtiennent par enchantement… As-tu pensé ne fût-ce qu’aux salaires que doivent payer les entreprises qui exploitent ces matières premières, aux machines et aux pièces achetées… Rassure-toi, les recettes déclarées à partir des chiffres que tu donnes ne sont pas fausses. Je crains, en revanche qu’elles soient même un peu top optimistes…

    • mwane dimbu dit :

      Donc confirmation de PEAN sur le Pillage du Gabon. Qui ose encore douter? Dans d’autres cieux c’est source de révolution. L’assemble Nationale unicolore ne peut pas demander les comptes et ses décisions restent subjectives.

    • Gee McGoop dit :

      Il faut dissocier le cost oil (cout pour produise in baril et profit oil qui est la part que l’etat et son partenaire vont se partage. Dans certain cas Le cost oil peut representer jusqu’a 70% du prix de vente. Dans les 30% restant (profit oil) la part de l’etat peut-etre de 60 a 80% en fonction des accords qui ont ete signe entre l’etat et son partenaire. Donc le calcul ci-dessus represente simple la richesse brut.

  2. Dr Jacques Janvier Rop's Okoué Edou dit :

    J’aimerais, de manière solennelle, dire mes félicitations au seul et vrai leadership de l’UPG, Mr Moukagni Iwangou, pour l’acte de bravoure, de courage et de détermination qu’il vient de poser en saisissant la Haute Cour de Justice quant aux forfaitures et impostures de Mr Ali Bongo, aidé en cela par certains gangsters qui trônent à la CC, à la Cenap et ailleurs.
    Comme on dit dans le Grand Nord (Woleu Ntem), O ne Fam, grand frère. Je vous observe et éprouve une grande admiration pour vous. Et ensemble, vous au Gabon et nous dans la diaspora, nous allons maintenir la pression sur ce régime cannibale, voleur et incompétent des Bongo qui maintient le petit peuple gabonais dans les ténèbres depuis belle lurette. La patrie ou la mort, nous vaincrons!

  3. Le Villageois dit :

    M. Mourani Iwangou, c’est très clair à mes yeux et je pense que beaucoup de concitoyens seront d’accord avec moi que vous n’avez pas « truqué » vos diplômes. Vos actions s’inscrivent dans le concret. C’est tout à votre honneur. Chapeau !

  4. Pala dit :

    Mouk,
    Il faut les prendre à leur jeu.
    Ilfaut signer cette plainte au nom de Moukagni Iwangou. Ne met pas le titre de président de l’UPG sinon ils vont te faire tourner en bourique disant que le congrès qui t’a désigné président a été invalidé. Jusque pour que cette plainte ne soit pas balayée du revers de la main, neleur donne pas cette occasion. Signe cette plainte en tant que simple citoyen. Merci.

  5. Minko dit :

    Demander à nos frères Juristes Camerounais qui est Mr MOUKAGNI-IWANGOU !
    C’est une référence en Afrique Centrale , chers lecteurs et lectrices de Gabon Review ..!!!!
    Un Ami Camerounais me fit cette confidence ; » Weeeeehhhh mon frère ! Ce Gars Ci ( en parlant de Mr Moukagni -Iwangou ), C’est QUELQU’UN ….. J’étais ….. Heuuuuuu FIÈRE , FIÈRE , FIÈRE …

  6. charly dit :

    Que les Bongo n’en doute pas, »grâce » a Ali, ils vont tout perdre bientôt, tel les « Bokassa » ou les « Mobutu », oui de un jour, ils chercheront 10 000 Fcfa, et il n’y aura plus rien. Ce jour est proche, nous placé un biafrais a la tête du pays, est la goutte d’eau de trop de l’humiliation des gabonais. Que CHRISTIAN BONGO, notre frère GABONAIS, le seul BONGO encore respecté au GABON, prenne position, en se démarquant du Biafrais, et tente de sauver l’avenir de sa famille.

  7. le kibaguiste dit :

    respect pour moukagni, et honte à ben moubamba le corrompu.

  8. Mbangou dit :

    Ali a le tresor et toutes les clefsdes caisses du pays. Il a l’armee et les armements, la Radio et la tele, les juges et les tribunaux, la constitution et sa cour et en face de lui, les Gabonais, politiquement amorphes, inactifs et analphabetes. Puis l’opposition qui n’a que la bouche. Continuez de parler.

    • eternite dit :

      @Mbangou,
      Vous ne nous apprenez rien sur les capacités de nuisance de votre « champion » …mais que proposez vous pour le contrecarrer, mis à part le mépris pour le peuple que vous exprimez dans vos écrits… rien de bien innovant..
      Mais, la vérité est en marche… et les « inactifs » comme vous dites, chasseront bientôt celui qui se prend pour ALI PACHA

  9. gee dit :

    mais qui va avoir le courage de garder ses plaintes entre ses mains?ils sont soumis au chef.cette plainte se trouve honnêtement dans un placard deja

  10. akewa dit :

    Ce Monsieur est a Respecter.Voici l’UPG que nous connaissons au Gabon et voici la pertinence, l’intelligence et la lumière de l’UPG le fondateur lui même de sortait pas pour venir débattre de tout et de rien comme le fait aujourd’hui Moinsieur MOUBAMBA qui est entrain de donner l’image d’un partie affamé à L’UPG.C’est triste.Bravo à toi grand frère nous te soutenons.

  11. LE PEUPLE GABONAIS dit :

    Je suis fière de toi Monsieur le président. Par ce acte, vous démontrez que vous étiez à l’école de Pierre MAMBOUNDOU.
    La lutte continue jusqu’à la victoire finale.
    Merci

  12. mwane dimbu dit :

    Les magistrats PDGistes, à vous la parole.

  13. La gaboma dépassée dit :

    Moukagni, ne nous déçoit pas ohhhhhh!!!!

  14. COMBATTANT dit :

    Felicitation président battez vous pour le gabon ce votre patrie!!! pouchasser le biafrei sa fin est proche..

  15. D.G dit :

    Donc au PDG il n’y a pas d’intellectuels pour venir contrer Monsieur MOUKAGNI-IWANGOU. Ou bien l’adage qui dit plus bête comme un pédégiste tu n’en trouveras pas, trouve ici tout son sens. Je me souviens encore que son vivant aucun pédégiste n’affrontait Mamboundou que ce soit sur un plateau radio-télévisé ou dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Que tous ces grandes têtes viennent parler avec l’homme.

  16. KILIMANDJARO dit :

    Monsieur Moukagni Iwangou, comme mes devanciers dans l’analyse de votre article et de l’acte que vous venez de poser, je vous adresse respectueusement mes chaleureuses félicitations.
    Justement, vous venez le poser un acte très salutaire aux yeux de certains gabonais épris de changement véritable dans notre pays, c’est une bonne chose. Je puis vous dire que mon regard est porté sur vous depuis votre présence à la FEGAFOOT jusqu’à ce jour où vous avez effectué un glissement volontaire dans la politique parce que mécontent de votre éviction à la FEGAFOOT pour malversation financière, sauf mauvaise observation de ma part. Vous êtes dans votre élément du droit et on ne peut pas vous contester cela. Vous avez aussi des très grandes qualités bien connues, tout ça c’est bien. Mais moi j’ai une simple question à vous poser. Vous qui sortez du champ de la juridiction gabonaise et qui êtes de la corporation, pensez-vous que votre plainte prospèrera ?
    Dans la même veine, vous avez travaillé comme conseiller juridique avec le défunt président de l’UPG, Monsieur Pierre Mamboundou et nous avons vu combien de fois ce Monsieur s’est battu sur le terrain juridique au Gabon, cela n’a rien donné du tout. Pensez-vous vraiment que votre plainte là, fera quelque chose ou bien vous voulez seulement faire parler de vous comme nouveau leader politique. Par ailleurs, si vous étiez élu à la FEGAFOOT est-ce que vous devriez faire de la politique aujourd’hui ? Arrêtez de distraire les gabonais. Kiakiakiakiakia…………………………….

    • Moukagni-Iwangou dit :

      Cher Monsieur, En vous rappelant simplement que je suis le rédacteur des statuts et règlement intérieur, qui ont servi à la légalisation de notre Parti, l’UPG, je vous informe que mon engagement politique précède très largement mon arrivée dans le monde du football.
      C’est en parfaite connaissance de cette vérité que le Pouvoir en place a décidé de ne pas me laisser prendre le contrôle de la FEGAFOOT, qui est un instrument politique pour Ali Bongo.
      Bienveillante à l’égard du Pouvoir, qui le lui a bien rendu, la FIFA a donné un habillage à la manœuvre.
      Toutes mes actions seront conduites par le citoyen Moukagni-Iwangou

  17. Un homme, un vrai! Sans être Upgiste, si le Front désigne ce monsieur comme candidat en 2016, je le lui donne mon vote les yeux ouverts. À celles et ceux qui pensent que cet acte serait un coup d’épée dans l’eau je dis ceci: nous savons que notre justice est loin d’être indépendante. Mais en estant en justice de la sorte, c’est le nom de l’usurpateur-faussaire qui est une fois de plus porté à la connaissance du monde entier comme étant un bandit de haut vol ne méritant pas d’être à la tête de ce pays. Déjà que la communauté international à la famille Bongo dans son viseur pour délinquance financière et autres. Les Acrombessi-Bongo sont fichés par toutes les polices du monde. Et quand on sait la puissance de cette main invisible qui intervient dans la politique africaine, Alain le sans-papier-faussaire et ses acolytes n’ont vraiment pas de quoi se pavaner. La fin est plus que proche. Les gabonais dans leur écrasante majorité n’en peuvent plus de cette famille qui les prend pour des chiens. Et nombreux comme moi sont prêts à donner de leur vie pour cette cause. Là on ne dira plus que c’était seulement la communauté internationale, l’Histoire retiendra que les gabonais n’acceptaient plus d’être abusés de la sorte, et que même un peuple pacifique peut dire assez, stop !

  18. GHESSEMU dit :

    Nous réalisons avec le récul nécessaire que M.MOUKAGNI était la tête pensante (le gourou) de l’UPG du temps du défunt Pierre MAMBOUNDOU.
    Les Gabonais t’observent avec beaucoup de fierté pour ton courage et la porté de ton acte, de tes sorties politiques, etc…
    Comme a dit un prédécesseur, il serait mieux de signer la plainte en qualité de simple citoyen au risque de la voir débouter pour défaut de titre (en rapport avec le rendu du tribunal sur la Présidence de l’UPG).
    MOUBAMBA Ben joue la partition du régime, on le voit depuis sa conférence de presse de la chambre de commerce en 2009 où il avait dit: « son vrai adversaire c’est Ali, vu qu’ils s’appelent tous Ben ».
    Le peuple a soit d’alternance, nous devons mettre fin au système retrograde des Bongo.
    ONIANE ferait mieux de se taire au lieu de venir nous servir ce qu’il a fait à la RTPDG, ce week end. Vu comment il a été traité en 2009, je me demande s’il ne souffre pas du syndrôme de STOCKOLM…

  19. Mbadingh-Ngumb dit :

    Je voudrais ici remercier madame Roxane Bouenguidi pour cet article de haut vol. Merci d’avoir fait connaitre aux gabonais et gabonaises la plainte du président de l’UPG. Par cet article et bien d’autres actes que pose notre président JDD Muckagni-Iwangu, le peuple gabonais commence peut-être à comprendre que c’est lui le vrai successeur du Président PMM. Ben Moubamba et compagnie ne sont là que pour distraire les gabonais et gabonaises car ils doivent justifier auprès de leur maître (BOA) l’argent qu’ils reçoivent.

  20. FOKORO dit :

    A l’analyse de l’acte posé par Monsieur Moukagni Iwangou en portant plainte contre Monsieur Alain Bernard Bongo, j’incline à penser que ce Monsieur était vraiment à la bonne école avec pour Maitre, le Président Pierre Mamboundou puisqu’il en fait la parfaite démonstration. Monsieur Moukagni, je vous demande de foncer et n’ayez pas peur, n’ayez pas peur. Aujourd’hui vous faites l’actualité et vous avez des très grandes capacités pour faire face à n’importe quelle situation.
    Le Front uni vous sert surement de tribune aujourd’hui, compte tenu de la situation conflictuelle à l’UPG, mais en homme éclairé et en bon démocrate, je vous conseille de parler avec vos frères d’Awendjé. Dans la vie, il n’y a pas de problèmes insolubles. Il faut éviter d’écouter ceux qui ne sont là que pour diviser. MOUBAMBA et vous même, sans oublier les autres cadres du parti, vous constituez une véritable bombe capable de faire sauter le PDG. Et ça, le PDG le sait très bien, c’est pourquoi, il fait tout pour diviser l’UPG. Et cette situation les arrange !
    S’il vous plait, approchez vos frères de l’UPG et discutez entre vous. Il n’y aura pas de plus fort ou de plus faible, mais c’est votre parti qui gagnera. Nous le peuple attendons ça.

    • Loundou dit :

      Quand l’heure est à l’unisson des forces, pour faire échec au Pouvoir monarchique, Moubamba divise l’opposition, et ne pense qu’à lui-même.
      Moukagni est un patriote convaincu, qui sait s’oublier, pour l’intérêt collectif. Il y a de toute évidence deux trajectoires qui s’opposent fondamentalement.
      Plutôt que de vous en prendre à Moukagni, qui avance dans l’estime du Peuple, parlez plutôt à Moubamba, qui avance dans l’estime de la veuve.

      • cabris mort dit :

        Loundou tu as vu juste à propos de Moubamba qui se dit héritier de PM, oui il a raison dans un sens,puisqu’il hérite de son ex femme augustine Balouki, sauf que PM ne savait pas qu’il allait etre assassiné pour lui léguer sa femme!!!
        sur le plan politique son pseudo héritage n’est qu’une imposture qui lui coutera très chère le moment venu.Il ne connait mm pas la ligne politique de l’UPG pour prétendre diriger ce Grand Parti et la fameuse veuve pense qu’elle va livrer l’UPG à son amant, c’est peine perdu car l’esprit de cette formation politique est avec celui qui a formalisé l’existence de ce parti.qu’elle se contente de lui livrer son corps. de vous à moi cette femme confirme dans ses agissements, qu’elle a été une erreur de parcours pour ce Grand Homme qu’à été PM, après l’avoir écouté à la télé, elle n’a visiblement pas profité de son séjour dans l’hexagone pour se perfectionner.Elle mérite bien Moubamba. Au fait quel est son background? visiblement elle ne maitrise pas les enjeux politiques en confondant héritage familial et héritage politique. Un Conseil qu’elle s’efface pour laisser la politique aux initiés

    • Moukagni-Iwangou dit :

      Cher Monsieur,
      Je ne suis pas le problème dans la crise que traverse l’UPG. A la vérité, votre appel s’adresse à mes frères d’en face, qui ne font pas l’économie d’une injure à mon égard, et pire, qui me dénient toute qualité dans ce Parti auquel j’ai voué 25 ans de ma vie!

      • nayina maureen dit :

        Monsieur le Président
        N’écoutez pas le glou-glou des égouts
        vous ètes un Monsieur, on vous a toujours vu aux cotes de Pierre MAMBOUNDOU
        BRUNO MOUMBAMBA EST CONNU POUR CES gréves de la faim
        et pour sa caution à la sorcellerie politique….Vous ne jouez pas
        dans la mème équipe que lui
        et s’il vous plait, ne répondez plus aux messages de certains énergumènes, nous nous chargerons d’eux, ne vous abaissez pas à leur niveau, laissez les nous, comme on dit au quartier
        « affaire de bandit se régle entre bandit »

        • Dupuis dit :

          c’est vraiment dommage que certains gabonais soient si désespérés pour croire à un illusionniste comme Moubamba.Il n’y a pas très longtemps, ce phénomène qui brasse l’air comme personne d’autre prétendait que Manf10 était son pire ennemi, en réalité il a voulu duper les UPG-istes. aujourd’hui son plan savamment planifié avec la veuve heureuse est en train de dévoiler la grotesque supercherie. Depuis le début, c’est l’émergent de la ngounié forte qui est à la manœuvre, le bouffon de service Mboumba nziengui Mathieu, qui est obligé de se soumettre au diktat familial obéit au doigt et à l’oeil aux injonctions de Manf10 via la veuve et maitresse de moubamba en échange de quelques waris qui leur permet de rouler carrosse. désormais dans ce parti de la famille(PDF) on ne connait plus l’austérité . Devinez pourquoi? la réponse est simple,tous les sus-cités ont la mission de faire disparaitre L’UPG. A bon entendeur salut

  21. eternite dit :

    Merci Monsieur Moukagni-Iwangou, votre connaissance des instances judiciaires du Pays, vous permettent de taper la Haute Juridiction d’Exception pour intenter une action judiciaire envers le Président (cela évitera que les autres se déclarent incompétentes pour traiter vos plaintes).
    Ensuite, la finalité de cette plainte sera un jugement pour haute trahison du Président, bonne idée, bonne initiative… maintenant, votre action va édifier le monde local et international, que la justice gabonaise, préserve les interets d’une famille, d’un clan et non du peuple gabonais.

  22. boutala dit :

    Nos institutions sont mises devant leur responsabilité. Cela pose en effet un problème de défiance du citoyen vis à vis de ses institutions. Doit il faire confiance aux institutions qui protègent ceux qui à ses yeux semblent n être que des faussaires ou encore comment désormais respecter des institutions qui elles mêmes restent le parangon de la désinvolture et du laisser aller? Cela nous inspire une comedie sous les tropiques dans laquelle le policier ripoux et voleur tente d arrêter son complice. Allez savoir. Ce qui est sûr c est que cette affaire va assurément laisser des traces sur nos institutions. Le dilemme serait donc classer l affaire et se ridiculiser devant l opinion ou bien plu ré le droit et redorer son blason

  23. boutala dit :

    Lire le droit voudrais dire en fin de texte.

  24. Dikeku dit :

    le talent de Moukagni dans l’écriture des réfléxions juridiques est reconnu. Il faut faire preuve d’objectivité! la capacité à federer au delà du clan des supporters est malheureusement faible Mr le « Président »! A quand votre demarche pour refaire l’UPG unifié? Ah vous continuez de penser que ceux restés à Awendje c’est miniscule goutte d’aeau dans l’océan que vous représentez! Mais ce que nous voyons sur le terrain semble dire le contraire! Au lieu d’apparaitre toujours avec des hommes qui ont pillé le Gabon, milliardaires reconnus devant l’éternel par la seule magie de la gabégie, vous feriez mieux de creuser dans votre sillon dans le parti. Ah vous êtes à l’aise en compagnie de vos traditionnels supporters! Mais sachez que si vous voulez qu’on vous prenne au serieux vous devez d’abord consolider vos forces! Les autres ont les milliards que tu n’ as pas! Sans la reunification de l’UPG, les écrits que tout le monde apprécie dans le net sont insuffisants pour vous donner l’étoffe que doit avoir un vrai Président de l’UPG. Je suis un pauvre yype sans grande instruction! Conseil cadeau! Je dis et repète aucun de tes nouveaux n’aime et n’aimeras l’UPG, vous le savez très bien pour avoir été, la nuit avec le Président Pierre MAMBOUNDOU.

    • Moukagni-Iwangou dit :

      Cher Monsieur,
      Lorsque, comme au Burkina Faso, ceux qui ont dirigé le pays rejoignent le combat et montrent de l’entrain pour faire bouger les lignes, je me retrouve.
      Lorsque ceux qui doivent lutter pour l’alternance affichent une complaisance coupable avec le Pouvoir, je ne me retrouve pas.
      Dans ce contexte, vous leur trouvez des excuses, et vous me réservez tous les reproches.
      Je respecte votre point de vue mais je ne le partage pas.

  25. moutou dit :

    Le tout n’est pas de reconnaitre la bravoure de monsieur MOUKAGNI. Le combat est pour les 95% de la population pris en hotage. Moukagni est un LEADER mais sans votre soutien il ne sera jamais fort.
    Ce n’est pas en vous cachant derrière les pseudonymes, mais plutôt faire preuve de courage pour chasser les bongo.
    Ah bien heureux ceux qui seront temoins de la libération de notre PAYS.

    • reflexion dit :

      Si nous étions dans un pays normal, il suffirait d’élection libre pour se débarrasser des Bongo!! je crois que le vote est anonyme? on ne donne pas son identité lorsqu’on vote!!! pourquoi reproché à des personnes qui donne leur opinion sans leur identité? étalé la votre pendant qu’on y ait, avec adresse et numéro de téléphone.Merci

  26. philippe vouette dit :

    Pourquoi on parlotte autant ?
    Pourquoi ne pas organiser une grande marche pacifique pour exiger qu’ALI s’en aille ….
    Il n’a pas gagné les élections présidentiel de 2009 donc il est de ce fait illégitime …
    Pourquoi tourner autour du pot ?
    Nous nous plaignons des détournements massif, des crimes rituels, des assassinats, des biens mal acquit, des falsifications de documents, d’association de malfaiteurs, de conflit d’intérêts, de mauvaise gouvernance …des fuites de capitaux
    Nous assistons A l’immobilise de l’appareil judiciaire, du sénat, de l’assemblée ….TOUT est IMMO BILE
    Aujourd’hui nous assistons A la destruction d’un état, d’une nation … Notre NATION …Pourquoi ?
    POUR L’ARGENT …..LES INTERETS…..LES HONNEURS….au détriment du plus grand nombre….
    Le GABON devait resplendir de par ses infrastructures, de par le bien être de sa population ….au lieu de cela nous sommes la risée de la sous région …
    Le plus triste c’est de voir des gens (Des Gabonais) soutenir ALI, de venir A la télé témoigner la main sur le cœur qu’ALI est le fruit de Feu OMAR et de KAMA …
    Même l’histoire du pays est falsifiée et tant de gens soutiennent cela …C’est parfois triste que de se dire que des GRANDS pour qui nous devons respect, et dévotions viennent A la télé, mentir A la face du monde et des Gabonais …
    Il faut que nous arrêtions tout cela ….ce Gouvernement doit déposer le bilan …
    Moi Je suis prêt et Vous ?
    Cordialement,
    Philippe Vouette

  27. manondzo dit :

    C’est justement là la grande question: au lieu de vociférer à longueur de journées devant votre écran, MARCHEZ et DELOGEZ l' »ILLEGITIME », sinon choisissez un à la hauteur pour 2016, et en attendant économisez votre souffle!

  28. Math dit :

    J aurais voulu que Monsieur Iwangou puisse utiliser ses compétences juridiques pour porter plainte contre Eyeghe Ndong pour trahison du Gabon(cf sa lettre de mendicité à un Chef d Etat voisin), contre Paulette Missambou pour détournement des fonds alloués au titre des fêtes tournantes au lieu de s égarer dans le sensationnel.

    • nayina maureen dit :

      Donc on peut trainer quelqu’un en justice pour mendicité
      as tu la correspondance qu’EYEGHE a adressé à ce chef d’Etat africain ? Sors la moi,
      tu ferais mieux de te préoccuper de la mendicité des enfants Bongo qui incapables de construire la dernière demeure de leur
      père après tout ce qu’il a fait pour eux, tout l’argent amassé durant son règne, trouvent le moyen d’aller quémander, pardon, faire la manche
      dans les pays voisins…En tant que gabonaise j’ai honte, vraiment en dehors de Cchristian et des autres , les enfants cheris de BONGO, ALI et PASCALINE sont des enfants maudits, je ne suis pas de ton bord, mais demandez un peu de retenue à ces enfants cupides…Laisses Paulette tranquille, et l’argent qu’Accrombesi le beninois détourne tous les jours que le BON DIEU fait, tu vas demander des comptes pour ces milliards?

    • moukouambo dit :

      la plainte concernant les fêtes tournantes ne doit pas concerner uniquement mme Missambou ,mais tous ceux qui ont géré ces « sous »; c’est à dire ceux qui étaient ministres ,agents comptables depuis même président Bongo père.au lieu que ça soit Mr Iwangou qui porte plainte , vous pouvez demander à la cour des comptes et à la commission contre l’enrichissement illicite , les résultats et conclusions sur ce chapitre.

  29. Dikeku dit :

    Loundou moukagni n’est connu que des internautes de l’UN deguisés et ses quelques supporters qui se comptent au bout des doiggts. estime du peuple parcequ’il accompagne ses parraisn milliardaires§ c’est discutable! En marchant avec ceux qui on saccagé le Gabon comme Myboto, Ping, Eyeggue, Missambo, Mba Obame, il se parfume à leur mauvais parfum d’anciens destructeurs du Peuple, pour lequel ils n’ont fait aucun repenti. Ils gardent toujours « leurs milliards » pour eux et n’ont rien avoir avoir avec le Peuple. Ils disent se battre pour le peuple! Chiche!

  30. guidouma dit :

    Math et tous les autres,
    Notre combats c’est le PDG, les BONGOS, DABANY, ASSELE, Leon MBA qui ont vendus ce pays. Car voir la fille de Leon MBA triché avec avec l’Histoire du PAYS, c’est une HONTE!!!!!!!. Je felicite la famille Paul Marie YEMBIT, premier vice president de la république qui n’a pas accepter la falcification de l’hisoire de notre pays pour de l’argent. M. MOUKANI-IWANGOU de part votre courage, nous vous disons merci car ce pays compte encore des INTELLECTUELLES. Aujourdh’ui vous faites parti de l’histoire de ce pays. N’abandonner pas le combat nous sommes derriere vous, c’est le PEUPLE qui juge, car ces hommes d’AWENDJE refusent la lumière comme disait PLATON dans le mythe de la caverne. Nous suivons votre parcoure depuis longtemp. Les peaux de bananes que les PD-Gistes et les BONGOS ont voulu vous glissez, les embrouilles que le nouveau DOCTEUR MOUNDOUNGA vous a causé. omme de Justice vous avez demissionné de l’ECOLE de la MAGISTRATURE. C’est bien la machine est lancée soyez pret pour le combat, car la victoire est proche.

  31. guidouma dit :

    LES YEMBIT n’ont pas vu le jeune Alain BONGO comme les Familles MBA, NGUEMA dans leurs jeunesse? Voici une famille qui est resté digne malgré les problemes qu’ils rencontrent. MERCI LES YEMBIT pour cette leçon de patriotisme infligée AUX Léon MBA et Richard NGUEMA.

  32. doukdouk dit :

    auditionner NZOUBA NDAMA, levez l’immunité; ensuite Boundono, sinon laisser tomber, ce n’est que de la provocation

  33. NIDU DUREMBU dit :

    Auditionnez Nzouba Ndama, et Boudono, mais n’oubliez pas aussi Missambo, Myboto, Ping, et Eyegue afin force revienne à la justice car ils ont toujours mangé à la table des sorciers ayant bouffé les enfants du village.

  34. NIDU DUREMBU dit :

    Cabris mort trève d’injures envers veuve MAMBOUNDOU qui n’a rien avoir avec les déboires du « président » du terrain de basket d’Awendje! Dire qu’elle n’ a pas merité Pierre MAMBOUNDOU qu’en sais tu? un amour de collège, qui a eu son parcours normal avant que le destin ne vienne perturber une communion installlée au cours du temps qui a permis à ces deux êtres de fonder une famille: 5 enfants qui ne sont guère des imbéciles. Cabris mort toi tu es l’amante de qui toi? Toi quians l’ombre du Président a semé la honte et dans l’ombre sème le faux à côté du « président » du terrain de basket! Un peu de respect pour cette maman! Un peu de hauteur dans le débat! Veuve Mazmboundou aimante de Moubamba comme tu es aimanate du « Président » quelle hérésie! Dommage que votre débat soit réduit à cela, au seul niveau des jupes! Allez!

  35. Magunga nembe dit :

    Un Jour la vérité éclatera sur nous tous! Un jour on saura qui est qui. Moukagni et Moubamaba sont liés par les liens du mariage! A quand la paix des braves pour aller à l’essentiel. Pour y arriver Moukagni doit s’éloigner un moment de sa cohorte d’amis qui font de l’extremisme une grande valeur politique, Moubamba doit laisser s’écarter de ses cortisans fanatiques très nompbreux malheureusement qui lui font avaler des histoires qui n’encouragent pas à l’unité des fils et filles de l’UPG. Bravo « présiden » pour cette plainte, au lendemains très incertain! Car les mêmes causes risquent de produire les mêms effets! ils sont là jusqu’ à ce que quelque chose se passe…. mais il faut « Président » compter sur Dieu, dommage que tu n’aimes pas prier et tu ne sais même pas prier, et pourtant, cest là la clé du salut!

  36. Magondo le fédérateur dit :

    Qui peut vous denier toute appartenance d’action même invisible et de coeur pour l’UPG? Personne sauf ceux qui ne vous voyez pas à cause de votre activité d’homme de l’ombre. Mais « Président » peut être votre demarche pour arriver au « manaengui » de l’UPG a été un peu tirée par les « nangas ». Cette demarche qui vous a conduit à ignorer la procedure pourtant écrite dans les textes que vous avez pourtant écrits? Bon mais ça , les partisans du « passage en force » qui ont soutenu votre action en conquête du pouvoir vous ont vraiment conseillé! Et pourtant! Où sommes nous vos bonnes intentions pour faire briller l’UPG à ont du mal à se réaliser car l’UPG marche avec deux têtes: une awendje, une autre dans la nature, SDF avec pour corrolaire une dispersion inacceptable. Et comme vous n’êtes pas le problème, mais le paradis puis que l’enfer c’est c’est « la minorité »( sic!) d’awendje, alors pas d’initiative en réconciliation de votre part§ Et pourtant vous êtes « le président » qui devait rassembler même les les méchants d’awendje! Ok on t’applaudit à Sobraga pour… un temps, après ce sera le resac! UPG pour le peuple, la lutte contiue avec tous les upgistes anciens comme nouveaux, pour la conservation de l’empire!

Poster un commentaire