HABANA

 

 

Le Samu social international et le Samu social gabonais ont prolongé le 19 février, la convention d’accompagnement politico-stratégique signée entre les deux parties depuis le 13 juin 2017.

La directrice générale du Samu social International, Marie Chuberre et le coordonnateur général du Samu social gabonais, Dr Wenceslas Yaba, signant le 19 février l’avenant qui prolonge la convention entre le Samu social international et le Samu social gabonais. © egora.fr

 

Le 19 février dernier, plus de trois ans après la signature de la première convention de partenariat entre le Samu social international et le Samu social gabonais, les dirigeants de ces deux structures ont réaffirmé leurs engagements à poursuivre leur collaboration pour la prise en charge des Gabonais vivant en situation de précarité.

Selon le media en ligne www.egora.fr, Marie Chuberre et le Dr Wenceslas Yaba ont signé l’avenant qui prolonge la convention entre le Samu social international et le Samu social gabonais. Ce partenariat d’accompagnement politico-stratégique précise, entre autres, que le Samu Social International, dans les limites des moyens et financements dont il dispose, s’engage à reconnaître et promouvoir le travail du Samu gabonais, renforcer sa visibilité internationale, en l’associant à toutes ses stratégies de communication et de plaidoyer.

Le Samu social international doit fournir aussi au Samu social gabonais l’expertise technique nécessaire au bon déroulement de ses missions et activités, la formation de son personnel et le soutien dans les recherches de financements.

Le Samu social gabonais s’engageentre autres, à développer des activités de secours et de prise en charge des Gabonais sans abri, en situation de détresse physique ou psychosociale, dans le respect des lois et règlements nationaux et internationaux. Il en est de même  pour la prise en charge des enfants en rupture avec leurs familles, et qui survivent dans les rues des grandes villes du Gabon, exposés aux maladies, aux violences, aux drogues et à la stigmatisation.

Créé en 2017 à l’initiative du Dr Wenceslas Yaba, et financé pour l’essentiel par le gouvernement, le Samu social gabonais a pour vocation de porter l’offre de soins au-delà des structures hospitalières concentrées dans les villes les plus importantes, Libreville notamment. Ainsi, via des antennes mobiles, le Samu social gabonais apporte une offre non seulement médicosociale mais aussi strictement médicale à une population essentiellement rurale et en situation de grande vulnérabilité. De depuis plus de 3 ans, ce sont plus de 700.000 prises en charge gratuites, médicales et médicosociales, qui ont été assurées par le SSG.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    Après l’assassinat de deux personnes au moins merci de nous accorder un peu d’attention…

Poster un commentaire