HABANA

 

Comme un diamant qui a besoin d’être poli, Nono, le jeune gabonais envoyé par Bet241 en « Tennis-Etude » en France écrit son histoire sur les courts. Inscrit dans l’une des plus prestigieuses écoles de tennis au sud de la France, il a été sélectionné pour le tournoi des Petits As. Sorti de Tarbes avec une Wild Card, il pourrait, au bout de ses sacrifices, s’imposer comme la pépite gabonaise du tennis. Agé de 13 ans, il est en mesure de se qualifier pour la prochaine édition des Petits As et pourquoi pas être, dans l’avenir, le premier gabonais au Roland Garros.

Nono, Darlain Christopher Koumba de son vrai nom, est résolument sur la bonne voie. © D.R.

 

Alors que le tennis africain et gabonais en particulier tente de se faire une place, Nono se fait petit à petit un nom. Agé seulement de 13 ans aujourd’hui, il est l’un, sinon l’espoir du pays. En «Tennis-Etude» dans l’une des plus grandes académies européennes de tennis de France, le prodige fait admirablement ses classes. Il a participé, le mois courant, au tournoi des Petits As. La compétition qui est à sa 39e édition, est considérée comme le mondial de tennis des moins de 14 ans. Le championnat se veut une référence absolue du tennis international des jeunes de 12 à 14 ans. Il a vu passer des grands joueurs comme Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic et bien plus qui continuent de déployer leurs talents à Roland-Garros. Nono sera-t-il un jour le premier gabonais à Roland-Garros ? Pourquoi pas.

En haut, Nono et son coach aux Petits As. En bas, le petit Nono (au centre) a depuis lors, laissé pousser ses cheveux. © Gabonreview

Sa belle histoire continue de s’écrire, son « public » fonde en lui de grands espoirs et sa qualification au tournoi des Petits As n’en a que plus de pouvoir évocateur. Pour arriver à Tarbes, il a dû faire ses preuves d’autant plus que « Les Petits As » attire des jeunes champions venus des 4 coins du monde. Dans un univers où l’Afrique subsaharienne n’est que très peu représentée, il a été classé parmi les 64 derniers. Il a perdu contre le 15e mondial, un Autrichien âgé d’un an de plus que lui. Une belle prouesse pour le jeune gabonais qui a démarré sa transition vers le monde professionnel depuis 2 ans seulement et qui s’en est sorti avec une Wild Card. Autodidacte, quand il a commencé à jouer, il récupérait les balles perdues au Club Saoti de Libreville et utilisait des bidons d’essence en guise de raquettes. Aujourd’hui, il a eu de bons résultats dans les tournois. Ce qui lui permet d’avoir un bon classement. S’il est qualifié, il refera les Petits As en janvier 2022 lors de la prochaine édition.

De son vrai nom Darlain Christopher Koumba, Nono a embrassé sa carrière grâce à Pierre-Jean Pieri, PDG de Bet241, lui-même passionné de tennis. «Je l’ai vu jouer avec ces bidons d’essence par hasard et j’ai trouvé qu’il avait une certaine dextérité. Puis, je l’ai vu jouer sur un court et je me suis aperçu que Nono avait un très bon niveau», confiait-il à Gabonreview lorsque Nono s’envolait pour la France. Pierre-Jean Pieri en reste fier : «On ne s’est pas trompé parce qu’aujourd’hui il participe aux Petits As». Jamais un Gabonais n’avait participé, en effet, aux Petits As et Bet241 qui continue de prendre en charge le jeune prodige est convaincu que Nono est sur la bonne voie. «Percer au tennis est peut-être plus difficile que percer au football. Mais c’est un petit génie», soutient le patron du Bet241. Pour lui, «Nono est un diamant brut qu’il faut tailler».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire