HABANA

 

Alex Abaou, de nationalité philippine, et son complice gabonais ont été mis aux arrêts, le 8 septembre à Mouila. Tous deux employés dans une société forestière, les indélicats étaient en possession de quatre pointes d’ivoire destinées au commerce illicite.

Les deux présumés trafiquants après leur arrestation, le 8 septembre à Mouila. © Conservation Justice

 

Belle prise à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié, où deux présumés trafiquants d’ivoire, un sujet Philippin et son complices gabonais, viennent arrêtés. Les faits se sont déroulés le 8 septembre autour de 13 heures dans un lieu où les concernés s’étaient fixés rendez-vous. La préparation d’une transaction illicite d’ivoire étant parvenue aux agents de la Police Judiciaire (PJ) en poste dans ville, une équipe d’intervention s’est vite constituée. Le groupe mixte était composé d’agents de la Police Judiciaire et des Eaux et Forêts, appuyés par des membres de l’ONG Conservation Justice.

Déployés sur le lieu indiqué, les agents ont tout de suite procédé à l’interpellation d’Alex Abaou, de nationalité Philippine et Jean Baptiste Mezeme Mba, un Gabonais, tous deux employés de la société forestière Mont Pelé Bois, située à 12 Kilomètres de Moabi. Ils étaient en possession de quatre pointes d’ivoire destinées au commerce illicite. Les deux présumés trafiquants ont été placés en garde à vue dans les locaux de la Police Judiciaire de Mouila en attendant le transfert sur Libreville et leur présentation devant le Parquet Spécial pour répondre des faits de détention et de tentative de vente d’ivoire sans autorisation préalable des administrations compétentes. Les mis en cause risquent jusqu’à dix ans de prison ferme.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Cher Gabonreview,

    Les informations que vous véhiculées sur votre plateforme sont lues par tous.

    De ce fait, je vous invite à vérifier les faits avant de nuire à la réputation d’honnêtes citoyens Gabonais.

    Avez-vous oublié de mentionner que ce jeune Gabonais, marié, père de 07 enfants vient de signer un contrat(c’est un chauffeur poids lourd formation,+ de 10 ans d’ancienneté) qui date de moins de 02 mois avec la société Mont Pélé? et que Mr M.M était dans ses fonctions d’agent de liaison lorsque son patron lui a demandé de marquer un arrêt pour que ce dernier(son patron) récupère un sac dans une autre voiture à mi-chemin?

    A sa place, auriez-vous demandé le contenu du sac à votre patron?

    C’est dommage que vous affirmez les faits sans faire des investigations.

    Sachez que c’est la vie d’un père de famille, d’une femme et 07 enfants et d’une pauvre mère que vous êtes entrain de détruire.

    Bonne continuation.

    • La Rédaction dit :

      La rédaction de Gabonreview relaie ici un communiqué de l’ONG Conservation Justice, qu’elle ne saurait remettre en cause, pas plus qu’elle ne saurait remettre en cause vos précisions ou qu’elle ne saurait remettre en cause un communiqué de WWF ou du Programme des Nations unies pour l’environnement. Sans doute devriez-vous vous adressez à Conservation Justice pour un commuiqué de restitution ou de rectification.
      Nous avons voilé les visages des concernés parce qu’ils sont présumés innocent jusqu’à ce qu’un tribunal ait établi la preuve de leur culpabilité. Nous en sommes là.

Poster un commentaire