TATIE

Patron de l’un des départements ministériels les moins considérés, et donc les moins privilégiés en termes de dotation budgétaire, Michel Menga M’Essone espère que la Loi des finances de l’année 2021 consacrera au ministère de la Culture et des Arts des moyens financiers conséquents pour lui permettre de matérialiser ses différents projets dont le coût est estimé à près de 4 milliards de FCFA. Une enveloppe encore jugée insignifiante. 

Michel Menga M’Essone, ministre de la Culture et des Arts. © D.R.

 

Objet de critiques acerbes de la part des acteurs culturels, particulièrement depuis le début de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, le ministère de la Culture et des Arts s’est révélé incapable de proposer une aide aux artistes gabonais durant les huit derniers mois, ceci pour une raison simple : il ne dispose pas d’assez de moyens financiers. Et visiblement, ce n’est pas près de changer.

La semaine dernière, face aux députés membres de la Commission des Finances, du Budget et de la Comptabilité publique, Michel Menga M’Essone n’a pas manqué de regretter l’insuffisance du budget alloué à la Mission interministérielle Culture, Arts et Éducation populaire depuis de longues années et encore en 2020 qui, selon lui, l’empêche de remplir parfaitement ses obligations et de matérialiser ses projets. Pour lui permettre de se rattraper, le ministre de la Culture et des Arts comptait sur une meilleure dotation budgétaire en 2021.

Seulement, au regard du projet de Loi des finances (PLF) actuellement en examen à l’Assemblée nationale, l’enveloppe consacrée à la promotion de la Culture a encore été allégée. Or, Michel Menga M’Essone souhaite poursuivre en 2021 la mise en œuvre du plan d’action élaboré par son département qu’il affirme avoir déjà soumis à l’appréciation du président de la République et de la Première ministre. L’objectif de ce plan d’action, explique-t-il, est de «réorganiser le ministère de la Culture et des Arts afin de l’adapter à l’environnement actuel».

Selon le membre du gouvernement, pour permettre au ministère de la Culture et des Arts de remplir ses missions, il lui faut un budget plus conséquent. Mais pour l’heure, il devra se contenter des 3,9 milliards de francs CFA inscrits dans le PLF 2021.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Mbeda Mboma dit :

     » l’un des départements ministériels les moins considérés  »

    Voila les aberration du Gabon,

    la Culture et les Arts sont moins considérés au Gabon,

    Mais paracerque le ministre lui même n a aucune idée du rôle qu’il doit jouer. est ce que ce ministère a déjà confectionné une feuille de route pour hisser « la Culture et les Arts » et haut niveau au Gabon.

    comme au Gabon c’est l’argent seulement que l’on voit, donc on accuse les budgets mais ce ministère a proposé quel solutions pour notre « Culture et Arts » au Gabon?????

    la pierre Mbigou est valorisée par les sénégalais en plein centre de Libreville; payer 2000fcfa aux gabonais cette pierre de Mbigou Taillée est revendu a des centaines de franc cfa par des étrangers en plein Libreville;
    le ciciba est squatter par des badaud, les musées sont inexistant, les sites archéologiques sont abandonnées, la musique, le théâtre, jadis valorisées dans les écoles et les centre culturels sont devenus l’ombre d’eux mêmes …
    non mais sans blague quel projection concocte ce ministère pour nos  » Arts et Culture » dans ce pays.
    la valeure de quelque est donnée par la persone qui a en charge cette chose maintenant si nous sommes aveugle sur la valeur des  » Arts et Culture » au Gabon c est pas la meme choses chez les vrais gens comme au senegal, au kennya, en afrique du SUD.

Poster un commentaire