" " Voiries urbaines : Pourquoi Ali Bongo demande au gouvernement d’«accélérer la cadence» | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |
mdas

 

L’agacement du président de la République vient principalement du fait que, près de deux ans après ses deux précédentes descentes sur le terrain à Libreville et à Owendo, seule la moitié des chantiers lancés en vue de la réhabilitation des routes dans les deux communes a déjà été achevée, alors qu’une seconde phase de l’opération est prévue d’ici à 2023.

Ali Bongo en visite dans certains quartiers de Libreville, le 10 mai 2022. © Facebook

 

Effectuées en novembre 2020, les visites de terrain d’Ali Bongo à Libreville et à Owendo auraient dû permettre le lancement de la phase 2 du programme prioritaire de réhabilitation et d’aménagement d’autres routes dans les deux communes. Près de deux ans après, s’il se réjouit de ce que «certaines portions ont été améliorées», le président de la République ne regrette pas moins que «d’autres laissent encore à désirer», y compris pour les quartiers dans lesquels il s’est rendu mardi 10 mai en compagnie de quelques membres de son cabinet. «J’ai demandé au gouvernement d’accélérer la cadence», a-t-il posté sur sa page Facebook à la suite de cette nouvelle virée dans les artères de la capitale du Gabon.

Cinq jours avant la visite de terrain du chef de l’État, L’Union s’était déjà interrogée sur l’avancée des travaux censés être une priorité pour le gouvernement, d’autant plus qu’à la suite des visites du Président, la Première ministre Rose Christiane Ossouka Raponda avait elle-même, le 12 novembre 2020, «demandé que la cadence des travaux soit accélérée et les normes de qualité strictement respectées». 18 mois après, le quotidien estime que sur les 11 marchés dédiés à la phase 1 du programme, 6 seulement sont achevés à ce jour. Il s’agit des zones comme Mindoubé, « Ça m’étonne », Melen Rails, derrière l’hôpital militaire, Bangos, le Centre Jean-Violas, l’IJIS, Soduco-Acae, etc.

Mais nos confrères alertent toutefois sur les zones où «beaucoup reste encore à faire», notamment pour les tronçons Rio-Feux tricolores de la Peyrie et Poste d’Akébé-STFO. Dans les quartiers Bambouchine, à Plaine-Orety, IAI, derrière l’ENS, les populations attendent aussi de mieux circuler. Gageons que ce nouveau rappel à l’ordre d’Ali Bongo sera suivi d’effet.

 

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Cap caravane dit :

    Residents du quartier agondje cap caravane encore appelé la Cambuse

    Les ruelles doivent également être aménagées. Nous invitons les gouvernants
    à ne pas oublier ce quartier en pleine construction.

  2. Moussavou dit :

    Prenez en compte la voie qui mène au lycée public de Bikélé qui est très dégradée en ce moment. Pourquoi avoir construit un si grand lycée sans que la route qui y mène ne soit achevée?

Poster un commentaire