Les agents de l’Agence nationale de l’urbanisme des travaux topographiques et du cadastre (ANUTTC) ont relancé leur grève «illimitée», lundi 24 juillet, pour réclamer, entre autres, le paiement de deux mois d’arriérés de salaire.

Le siège de l’ANUTTC fermé, le 24 juillet 2017. © D.R.

 

Ils avaient déjà déserté leurs bureaux le 11 janvier dernier pour réclamer le paiement de leur salaire de décembre 2016. Lundi 24 juillet, rebelote ! Les agents de l’ANUTTC ont décidé de bloquer toutes les entrées du siège sis au carrefour Boulingui à Oloumi (Libreville). Le motif est quasiment le même qu’il y a six mois : le paiement d’arriérés de salaire.

Cette fois, il s’agit du paiement de deux mois de salaire que les agents n’ont pas vu passer. Une situation que les fonctionnaires de cette structure ne connaissent déjà que trop bien. Ils ne seraient pas officiellement reconnus en tant que fonctionnaires détachés à l’ANUTTC au niveau du ministère de la Fonction publique.

En janvier 2017, un agent faisait remarquer que, bien qu’étant détaché dans cette agence, il leur avait été signifié que c’est désormais l’ANUTTC qui devait se charger de leur verser leurs salaires, et que leur transfert s’était fait «sans solde». Une confusion qui avait fait naître des tensions entre la direction générale de l’Agence et les fonctionnaires.

Deux mois après, la tension ne semble toujours pas être tombée. En plus des deux mois d’arriérés de salaire, les agents réclament l’amélioration de leurs conditions de travail, la régularisation des cotisations à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS). Plus curieux, ils réclament également l’attribution de parcelles de terrain.

 
 

3 Commentaires

  1. venerable de la loge dit :

    Pour dire vrai, ce fameux Grand Maître ( l’amis de lionel Messi) doit être rétrogradé au degré apprenti. Maîtrise t-il vraiment le symbolisme de l’équerre et du compas ? J’en suis pas certain . Excusez moi , mais c’est ma pensée.

    J’ai dit…

  2. Dieudonné yalah nzembi na ybamba dit :

    99,95% de suffrage électoral dans le Haut-Ogooué, pour achever le pays comme ça. PATHÉTIQUE !!!!!!
    Malgré tout ça, on dit que le pays va bien.

  3. gaboma dit :

    La CNAMGS qui peine à payer les prestations des structures hospitalières et les pharmacies, les agents des agences (administrations double) d’Ali Bongo qui n’ont pas de salaire. L’émergence est maudite. En fin de compte plus d’échecs que de réussite en 7 ans de mandat de sieur Ali Bongo. Quand pendant 42 ans d’échecs catastrophiques du père, c’est la fils que vous voulez mettre. Dieu n’est pas idiot lorsqu’il fait payer l’iniquité d’un père sur les fils, d’autant plus qu’il a été dans les gouvernements de son père. Et vous humains vous pensez qu’il n’y aura aucune conséquence à faire succéder un père médiocre par un fils cancre. Dieu connait la dimension du lien qui lit un père et son fils, une dimension que nous humains avons peut-être du mal à mesurer. Pour que Ali Bongo puisse corriger les erreurs de son père, il aurait fallu qu’il le renie et soit le premier procureur contre les abus du père. Mais aucun fils ne peut renier son père à ce niveau. Alors récoltons ce qu’à semé la stupidité de ceux qui ont pensé, qu’il fallait remplacer Omar par ses enfants après ces 42 ans de catastrophe.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW