N’étant toujours pas entrés en possession de leurs bons de caisses, plusieurs agents publics ont observé un sit-in au ministère de la Fonction publique, le 6 août à Libreville.

Sit-in des fonctionnaires chez Ali Akbar Onanga Y’obeghe, le 6 août 2018. © D.R.

 

La colère née de la mise sous bon de caisse des agents publics de l’Etat a éclaté au grand jour, le 6 août à Libreville. Plusieurs dizaines de fonctionnaires ont manifesté au ministère de la Fonction publique, où ils ont dressé des barricades pour réclamer leurs bons de caisses, non perçus à ce jour.

Depuis le début de distribution du précieux sésame en effet, le 17 juillet à Libreville, beaucoup d’agents se plaignent de la longue attente. Lassés, les agents concernés ont laissé éclater leur colère au ministère de la Fonction publique.

Pour se faire mieux entendre, les manifestants ont brandi des banderoles flanquées de messages édifiants. «Libérez les bons de caisse, les travailleurs ne sont pas des esclaves. Où sont passés nos bons de caisse ?», peut-ont lire sur une banderole. Une grosse épine dans les pieds du ministre Akbar Onanga Y’obeghe ? Pas sûr.

En effet, la tutelle semble sereine. Selon le directeur de cabinet du ministre de la Fonction publique, les fonctionnaires ont simplement manqué de patience. D’autant que «la commission de recours a déjà siégé et les de conclusions seront rendues publiques dans quelques heures», a expliqué Aimé Brice Sackyss.

De sources internes indiquent qu’un communiqué sera publié dans les prochains jours pour édifier les agents ayant introduit des recours. Affaire à suivre.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

1 Commentaire

  1. itsiembou dit :

    Je ne sais pas si notre Gabon-là va-il encore changer un jour. Je me souviens qu’au début de cette opération, il était question des agents de l’estuaire. Cependant, ceux qui le disaient, ignoraient que notre administration présente plusieurs défauts. Je connais un ami fonctionnaire qui est allé à deux reprises à la solde pour changer sa domiciliation malgré tous les papiers que celui-là avait présenté et l’assurance qui lui a été donnée, rien n’avait été fait par les supers agents de la solde. Quand vous regarder de très près, aucun agent de ce super ministère n’est affecté par cette situation déplorable.
    Ces agents qui travaillent à l’intérieur du pays ne méritent pas une telle humiliation, oui c’est une humiliation. Parmi eux, on retrouve les politiciens de tout bord politique.
    L’honnêteté intellectuelle voudrait qu’on reconnaisse publiquement que cette opération est un fiasco total comme tous les autres précédents d’ailleurs. Dites la vérité qu’aucun bon de caisse de ces agent n’a même jamais été édité.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW