Réagissant à un article de Gabonreview publié le 6 mars, intitulé «La Comilog sous pression de la CGC», la directrice générale du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Liliane Nadège Ngari, a tenu à faire des précisions sur cette «affaire», dans un courrier parvenu à la rédaction ce 8 mars 2018. Le blocage serait plutôt le fait de Saga-Bolloré.

La directrice générale du CGC assure n’avoir bloqué aucun bateau de la Comilog et qu’il n’existe ni «tension» ni «bras de fer» entre ces deux entreprises (Illustration). © D.R.

 

«La Comilog sous pression de la CGC», c’est sous ce titre que Gabonreview a publié le 6 mars un article relatif au «litige» qui opposerait la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) et le Conseil gabonais des chargeurs (CGC), à propos d’une taxe réclamée par ce dernier. Interrogées à ce sujet, les deux parties avaient refusé de se prononcer sur la question.

Ce 8 mars, la directrice générale du CGC a fait parvenir un courrier à la rédaction de Gabonreview, à travers lequel elle explique qu’il n’y a pas de tension entre le CGC et la Comilog. Le blocage viendrait plutôt d’un prestataire de la compagnie minière.

Si la direction générale du CGC indique qu’il n’y a aucun problème avec l’entreprise minière, elle affirme cependant l’effectivité d’une «taxe» sur le transport de minerais. En effet, «le CGC réclame en ce moment la perception d’une commission, dénommée Commission sur le droit de trafic (CDTS) à tous les transporteurs maritimes des cargaisons de minerais en contrepartie de leur participation au trafic de marchandises généré par le commerce extérieur de la République gabonaise, en application des dispositions de l’article 10 de l’ordonnance 009/PR/2014 du 20 août 2014 portant encadrement du trafic de fret généré par le commerce intérieur et extérieur de la République gabonaise».

Selon le CGC, aucune disposition de ce texte ne lui permet de réclamer une quelconque commission à la Comilog qui n’est pas un transporteur maritime.

«En effet, seuls les armateurs, c’est-à-dire le consignataire de la Comilog en la personne de Saga-Bolloré est assujetti au paiement des droits de trafic sur les cargaisons de minerais au même titre que tous les autres consignataires ou transporteurs exerçant au Gabon et qui paient naturellement cette commission sans manifester une quelconque résistance», explique la direction générale du CGC, assurant que «le blocage actuel des cargaisons de la Comilog ne saurait être le fait d’un supposé conflit» entre ces deux structures.

Liliane Ngari précise que le CGC n’a procédé à aucun blocage des cargaisons de la Comilog avec laquelle il n’a, au demeurant, aucune relation directe dans ce dossier. Selon la directrice générale du CGC, c’est Saga-Bolloré qui bloque, en rade, le navire contenant les cargaisons de la Comilog pour défaut de paiement des frais de consignation, au profit de plusieurs entités de la chaîne de transport et non pas au seul profit du CGC.

 
 

11 Comments

  1. ossami dit :

    Quel pays le Gabon!!! Si ce n’est un ou une Ngari, ce sont les Bongo, Mpouhot, Mayanga, Maganga-Moussavou, Assélé, la liste est très longue. Et dire que tout ce beau monde est né des parents qui ont été ministres dans ce pays sans qu’ils n’apportent rien du tout sinon l’intrique pour s’éterniser au pouvoir.
    Dans l’armée, la police, la gendarmerie, c’est le même phénomène. Ce sont les enfants, neveux, qui sont prêts à remplacer leur parents comme cela risquera de se passer au CEDOC où un neveu pourra remplacer son oncle longtemps homme fort de cette maison. Quel pays géré de père en fils d’oncle à neveu,!!!!

    • Gabomama dit :

      Et la conséquence c’est une stagnation de du pays. La réalité montre que les pays les plus dynamiques économiquement et socialement sont les pays qui garantissent la justice sociale et économique. Aussi longtemps que le domaine politique et économique, (qui malheureusement, au pays des Bongo, est le premier domaine à garantir des revenus mirobolants et plusieurs avantages notamment dans le tissu économique, l’existence de Delta Synergie et la qualité des plus grands actionnaires de la Seeg à côté de l’état en temoignent ) seront entre les mains d’une minorité de personnes et de familles, jamais le Gabon ne se développera. La première richesse d’un pays c’est la qualification des hommes qui tiennent son économie et sa gouvernance et ce n’est pas avec l’ultrapolitisation et l’ultra monarchisation de ce pays avec comme élites les Ali Bongo et Ngari qui doivent tout à leur nom et confisquent la place des plus meritants d’entrent nous et qui ont les vraies capacités sont au banc de touche que le Gabon va sortir de ses ténèbres. Dans les pays où règnent des gouvernants riches on arrive à fabriquer des familles infiniment riches comme les Ngari en appauvrissant la population. Dans les pays où les dirigeants ont la génosité des dirigeants les inspirent à être juste et équitables envers le peuple on n’arrive pas à fabriquer des familles de politiciens aussi riches que les Bongo et les Ngari parceque l’argent sert avant tout à rendre le plus grands nombre heureux que de chercher à toujours donner aux mêmes familles qui veulent tout posséder et ne se rassasié jamais, ne connaissent quoi c’est quoi le partage dont l’alternance politique est un pilier et un garant.

    • Mabiala dit :

      Tout à fait d’accord, ce pays est leur propriété personnelle, les autres citoyens (pourtant capables et compétents) n’ont pas ce sang bleu qui permet d’accéder a ces distinguées fonctions. Le pays est géré comme on dit chez nous. Une D-G qui n’est pas capable de résoudre le problème mais sait à qui est la faute devrait rentrer au village aller piler le manioc au lieu de forcer le talent.

  2. Eternite dit :

    Les mêmes causes produisent les mêmes effets…parents incompetents et enfants cooptés…le resultat est sans appel, gestion calamiteuse, abus de biens sociaux et népotisme…
    vive votre pays que vous meprisez..

  3. Gabomama dit :

    Pays méprisable

  4. Ngouss Mabanga dit :

    t’es assise là à cause de ta compétence ou à cause du nom de ton père…

  5. Bruno Mombo dit :

    Il n’y a rien dans ce que dit Madame Ngari dans cet article qui nécessite autant de commentaires désobligeants. Madame Ngari n’est pas fille Ngari par choix, mais par la volonté du Seigneur. Donc il est dommage de lui en tenir rigueur. Le Népotisme est une réalité dans tous les pays du monde. Comment expliquez vous qu’en l’espace de 25 ans, les Etats Unis d’Amérique, qui se targue d’être le pays de la démocratie,aient eu deux President Bush et aient failli avoir deux Presidents Clinton? Lorsque vous étudiez la composition du Congres et du Senat américain, vous verrez que plus de 40% sont des descendants d’anciens parlementaires. Cette logique s’applique également en Asie, en Amérique Latine, et dans la quasi totalité des pays africains. Nous vivons dans une société ou l’accès a l’information et aux décideurs permet a ceux qui y sont exposes par chance, et non par choix, d’améliorer leurs chances de réussite, tout simplement. Mais a eux de savoir saisir cette chance, et en l’occurence, Madame Ngari a saisi la sienne.

    Pour ce qui est de ses competences. Sur quelles bases jugez vous qu’elle est incompétente et qu’elle n’a été nommée que par favoritisme? Connaissez vous les actions qu’elle mène au sein du CGC? N’a t’elle pas travaille en tant que simple Agent pendant près de 10 ans au CGC avant d’être nommée DG? N’a t-elle pas récemment réussie a faire nommer un jeune Gabonais de 41 ans a la tete de l’Union des Conseils des Chargeurs Africains? Cela montre bien que ses competences sont plus reconnues hors du pays par ses pairs que dans son propre pays, et c’est bien dommage.

    Nous savons très bien que les DG d’entités publiques ne sont pas responsables a 100% de toutes les difficultés de gestion qu’ils rencontrent car il arrive souvent qu’ils ne bénéficient pas forcement de tous les moyens pour assurer une gestion optimale. Ce n’est pas pour la dédouaner, elle a certainement fait des mauvais choix par moment, mais soyons quand meme lucides et n’attaquons pas des personnes qui ne demandent a être jugées que sur le travail, et notamment sur les facteurs qu’ils contrôlent. Le reste, c’est de la pure dénonciation sans fondement et de la critique facile.

    Encourageons la a bien ou mieux faire plutôt que de la critiquer.

    • Eternite dit :

      Monsieur Mombo,

      Vous avez raison a certains points quand vous mettez en avant la composition des parlements des pays démocratiques dont vous parlez où effectivement certains membres sont issus des “familles” politiques”..mais de grace, évitez nous cette mascarade intellectuelle, qui veut que dans notre pays, la compétence à primer sur le Nom !!
      Nombreux sont les enfants de ces ” messieurs et dames” qui ne sont là aux affaires que pour leurs noms…et rien d’autre!
      Justifier comme vous le faites pour cette dame qu’elle à une ancienneté de 10 ans en tant qu’Agent, suffit à garantir son poste, est un peu fort de “café” car il y avait bien des competences avant elle qui auraient pu occuper ce poste.
      Enfin, juste une question pour vous : l’actuel DG du budget est medecin de formation mais est ce par sa competence ou son nom qu’il se retrouve à ce poste? l’actuel DG de la CNSS est médécin militaire, est ce par sa compétence ou son nom qu’elle se retrouve à ces postes?
      Je comprends la mesure qui est la votre de ne pas remettre en cause la compétence de nos dirigeants, mais dans notre pays.. le NOM à plus de valeur que la compétence et nous voyons ou cela nous a conduit.

      • Okoss dit :

        MonSieur Mombo a certainement bénéficie de la fameuse Bourse présidentielle ou ces fils a Papa étaient envoyés dans le monde entier avec mention doit reussir
        Le but étant de gérer tout le pays. Des années plus tard ces fils a papa sont aux commandes, meme ceux qui ont appris des les Mapanes de Dakar , Abidjan , Paris Londres new york
        Cher Mombo ce fardeau qu est le Gabon va peser de plus en plus lourd et vous allez vous meme détaler comme des rats fuyant le navire en détresse

  6. John-Brick dit :

    Les Ngari, l’une des familles les plus maboules du Gabon. Rien qu’en les regardant on n’arrive pas à déceler une étincelle l’intelligence dans leur regard. Bande de voleurs!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW