La situation actuelle du Gabon inquiète l’instance africaine. Elle y dépêchera une délégation dans les prochains jours, en vue de tenter un début de médiation entre les deux parties.

Le président en exercice de l’Union africaine. © aws.la-croix.com

Le président en exercice de l’Union africaine. © aws.la-croix.com

 

Après s’être officiellement prononcée sur la crise post-électorale au Gabon, l’Union africaine (UA) a annoncé, le 6 septembre, qu’elle y enverra une délégation «dans les plus brefs délais», pour tenter un début de médiation entre les camps Ali Bongo et Jean Ping. «C’est une question urgente et je pense que la délégation de haut niveau sera envoyée très bientôt», a déclaré le porte-parole de l’UA.

Selon Jacob Enoh Eben, les discussions seront vraisemblablement dirigées par le président tchadien Idriss Déby, le président en exercice de l’UA. En effet, le chef de l’Etat tchadien avait promis d’«assister les parties gabonaises dans la recherche d’un règlement rapide à la situation postélectorale (…) avec l’appui des pays de la région et des partenaires concernés». L’Union africaine va intervenir au Gabon «dans le respect strict des dispositions constitutionnelles et légales» de ce pays, avec les «instruments pertinents de l’UA en matière de démocratie et d’élections», avait assuré Idriss Déby.

La délégation devrait rencontrer les différentes parties prenantes à la crise. Des consultations sont cependant toujours en cours entre les membres de l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et les différentes personnalités de la scène politique gabonaise, pour déterminer la composition exacte de la délégation, ainsi que sa mission.

Au moment où la France réclame, à l’instar des Etats-Unis et de l’Union européenne, le recomptage des voix bureau par bureau, l’UA demande par contre qu’on respecte la loi gabonaise qui veut que les contestations se fassent auprès de la Cour constitutionnelle.

 

 
 

13 Commentaires

  1. Ari dit :

    Idriss Deby n’est pas lui-meme en odeur de saintete en ce qui concerne le respect des valeurs democratiques dans son pays le Tchad LOL!!! Bien pathetiques ces dirigeants africains, en arriere par rapport aux aspirations de liberte de leurs peuples.

  2. Lounda dit :

    Des aveugles qui veulent conduire un autre aveugle. Que peut on attendre d un idriss deby lui même mal élu ? Et dit bon aurait envoyé des mercenaires soutenir notre bébé Doc Gabonais. Le seul langage des dictateurs reste la violence et la force. Alors !!!! Il faut agir de la même manière avec eux .

  3. Brice IVOMBO dit :

    C’est peine perdue avec des gens comme Idriss Déby lui-même soutenant Ali BONGO. Le recours à la Cour Constitutionnelle serait une erreur monumentale de la part de l’Opposition qui n’obtiendra pas gain de cause. C’est sera aussi une grosse déception du peuple de la part des leaders de l’Opposition car ils nous ont dit qu’ils iraient jusqu’au bout. Nous voulons que cette parole soit une réalité en 2016!

  4. Rhody Junior dit :

    Kié Gabon… C’est l’UA qui va te sauver? Qui a t elle sauvé avant? La Lybie? La Centrafrique? Le Mali? La RDC? Le Congo? Qui?

    Vos observateurs ont pourtant dit que l’élection était clean (99,93% non mais dis donc!) affirmez donc cette victoire honteuse qui ecorcherait la bouche à tout ceux qui n’ont pas l’argent de Bongo dedans (et c’est un fait tous ses soutiens sont ceux qui mangent son argent… Quel genre d’homme est il donc? ).

    Ils faut une mission internationale et complète… Ali a pensé qu’il gagnerait, il a invité l’UE, non seulement il savait pas qu’il était impopulaire mais en plus ils savaient pas que ces témoins de l’intérieur verraient ses magouilles. Quel dirigeant mon Dieu quelle vision?

  5. okazaki dit :

    A partir du moment où on parle de médiation cela sous entend que les règles de droit préalablement établis sont inopérantes. L’UA ne peut pas ramer à contre courant des exigences de l’ensemble de la communauté internationale à savoir un recomptage bureau par bureau, qui n’est certes pas prévu par la loi, mais qui n’est pas non plus interdit! Venez m’expliquer comment on arrive à avoir un taux de participation de 99,93% dans toute la province

  6. imagine2016 dit :

    j’ai pas confiance en l’UA, je crois plus en l’UE
    Comment faire confiance en Deby lui -même décrié pour les mêmes raisons au Tchad, Sassou idem….une bande de dictateurs, de tricheurs qui viennent faire la leçon à un autre dictateur?
    Je me contente de ce qu’a dit la mission européenne, le reste c’est du déjà vu, déjà entendu.

  7. mackifide dit :

    Nous voulons bien trouver une solution à la situation actuelle au Gabon. C’est bien beau que l’Union Africaine envoie des médiateurs, mais surtout pas des médiateurs qui sont Présidents mal élus dans leurs pays respectifs; je citerai très particulièrement le Président du Tchad et Celui du Congo Brazzaville . Il serait souhaitable que les présidents du Sénégal et du Bénin qui sont de très bons exemples de Démocratie en Afrique Francophone soient médiateurs dans le cas du Gabon.

  8. OBALI dit :

    Des tricheurs de haut niveau venant régler des problèmes de triche!

  9. Toto dit :

    Les observateurs africains ont dit que tout s’est bien passé. Que veut dire ”tout” selon ces gens?

    Et maintenant, c’est au tour de l’amorphe UA, dont le président actuel est un dictateur qui maitrise la coupure d’Internet, de venir ajouter sa sauce. Ils ont quoi de bon à proposé?

  10. KOSSOU dit :

    Tout se joue au GABON avec l’UA. Nous allons évaluer le vrai visage de cette institution à la solde de l’EUROPE.Quelle décision?!!!! Que dirons ceux qui prétendent soutenir GBAGBO et bouder la puissante CPI de l’occident. Wait and see. En 2010, le sieur PING a refusé le recomptage des voix en CI alors qu’il était président de la commission Africaine. Or donc, les voix se recomptent en Afrique? AYONS LES INSTITUTIONS FORTES POUR DES HOMMES FORTS ET UNE AFRIQUE FORTE.Si l’on n’y prend garde, le GABON fera sa mue ou sa guerre selon la vision Française.L’UA financée à 80% par l’Union Européenne peut-elle sauver l’Afrique?!

  11. KOSSOU dit :

    En effet, quand cela est bon pour la FRANCE, on peut recompter sinon pas de recomptage car celui qui a gagné a déjà gagné. Ce serait lui causer des préjudices.Oh! Honte; les tueurs de l’Afrique…Pour moi, c’est une élection à reprendre au vu et au su de tous.

    • l'ombre qui marche dit :

      Mon frère
      Je suis d’accord avec toi l’UA et non PING avait refusé qu’on recompte les voix en Côte-d’Ivoire mais est ce que c’était vraiment l’UA qui avait pris cette décision? l’UA avait refusé qu’on bombarde la Libye mais que s’est il passé? au passage je te rappelle qu’ALI BONGO avait voté la résolution de l’ONU autorisant le bombardement de ce pays africain! la France en ce moment là avait comme président SARKOZY président de droite celui là même qui avait reconnu ali Bongo comme président avant même que notre fameuse cour constitutionnelle ne proclame les résultats définitifs sincèrement la cour constitutionnelle pouvait elle contredire la France? ceci pour dire que l’UA financée à 80% par l’UE n’a pas beaucoup de marge de manoeuvre face à l’UE nous africains qui aimons toujours parler de notre souveraineté mais nous sommes incapables de financer notre fameuse UA! cette France que le camp d’ali accuse d’ingérence oublie que sans SARKOZY ali n’aurait jamais dirigé le Gabon! ali et ses partisans font preuve d’ingratitude? mal lui en prit même la droite française demande le recomptage des voix dans le Haut-Ogoouée province prise en esclavage par les Bongo Ondimba de LEWAÏ oui ali bongo peut même avoir 100% dans le Haut-Ogoouée mais cette victoire ramenée à la moyenne nationale du taux de participation lui donnerait au maximum 40 mille voix donc il ne rattraperait jamais les 60 mille voix de jean PING donc que la France de HOLLANDE qui est du parti socialiste nous prouve qu’elle ne veut plus de la Françafrique qui a soutenu tous les dictateurs en faisant en sorte que la volonté du peuple Gabonais exprimée le 27 août 2016 soit respectée SINON COMME TU LE PRECONISES ON REPREND L’ELECTION AU ET AU SU DE TOUS!

  12. jean bille dit :

    l’ua, avec deby, au chevet du gabon? de qui se moque t-on?du gabon ou de l’ua? un dictateur donnant des conseils de fair-play à un autre dictateur, celà a quel effet? rien de bon.le report à une date indéterminée de cette mission dit bien l’hypocrisie d’une telle médiation. non, le mal gabonais est un d’abord un mal africain propre aux congos, au cameroun, au tchad, à la guinée equatoriale, etc…où sévissent des dictatures sans foi ni loi. ce refus des règles démocratiques a contaminé les organisations sous-régionales. ce qui explique les nombreuses tergiversations. ce qui est sûr c’est que la démocratie paraît incompatible avec le gène de la négritude (en afrique centrale notamment): trop crépu et égocentriste pour être démocrate?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW