La Banque africaine de développement (BAD) a consenti, mercredi 3 octobre, a prêter au Gabon 74,5 millions d’euros pour lui permettre de réaliser son projet baptisé «Grand Libreville», visant à résorber le déficit en eau potable de la capitale gabonaise et des commune d’Akanda, Owendo et Ntoum.

La BAD va appuyer financièrement le projet «Grand Libreville». © ladepeche.pf

 

Jugeant «excellent et novateur» le projet baptisé «Grand Libreville» porté par l’Etat gabonais, visant à résorber le déficit en eau potable de 50 000 m3 par jour dans la capitale et les communes d’Akanda, d’Owendo et de Ntoum, le Conseil d’administration de la BAD a approuvé, le 3 octobre, un prêt de 75,4 millions d’euros au pays, soit 49,5 milliards de francs CFA.

D’un coût total de 117,4 millions d’euros, cofinancée avec le fonds chinois African Growing Together Fund (AGTF) pour 42 millions d’euros, la réalisation du «Grand Libreville», qui comprend le renouvellement de 149 km du réseau d’accès à l’eau potable, devrait permettre de faire passer le taux d’accès des populations à l’eau potable de 25 à 85 % en zone rurale et de 45 à 95 % en zone urbaine. Le taux d’assainissement passera quant à lui de 10 à 80 % en zone rurale et de 32 à 80 % en zone urbaine, indique la BAD, dont le président a dit tout l’intérêt d’accompagner le Gabon dans ce projet.

«Voilà le genre d’initiatives que notre Banque devrait prendre. Travailler à faire avancer les choses au Gabon. Nous devons féliciter le pays pour ce projet. Car donner l’accès à l’eau aux pauvres est fondamental», a déclaré Akinwumi Adesina.

Prévoyant également le renforcement et l’extension de 131 km du réseau d’accès à l’eau potable de Libreville et la réparation des fuites dans les bâtiments administratifs, la BAD annonce déjà que d’ici à 2025, pas moins de 920 000 habitants de la capitale gabonaise et de ses environs «bénéficieront d’un approvisionnement régulier en eau potable et en quantité suffisante». «En outre, ajoute-t-elle, les femmes devraient passer moins de temps à recueillir de l’eau, souvent obligées d’attendre des longues heures dans la nuit pour s’approvisionner. Enfin, les ménages feront des économies à la suite de la réduction des maladies d’origine hydrique et du paludisme.»

 
 

7 Commentaires

  1. Olsen dit :

    Vivement que la BAD fasse également des missions de controles pour vérifier l’usage qui sera fait de ces fonds par BOA.

  2. Eternité dit :

    Ppfff…un pret de plus pour enrichir les memes et appauvrir les memes…
    Tout est fait par les institutions internationales pour que ce pouvoir s’ancre encore plus malgré les mefaits

  3. Obiang claude dit :

    Enfin la bad ça contribuer à améliorer le réseau réduire l’impact sanitaire attention aux eaux usées.

  4. Shaka Loubedi dit :

    La BAD et l’Union Africaine n’oeuvrent pas pour le bien-etre des africains. Ces institutions prennent leurs agenda des institutions occidentales pour plus maintenir les africains dans la pauvrété.

  5. Akoma Mba dit :

    Eternel victimisme des noirs. C’est toujours la faute de l’Occident. Sommes- nous aussi bête que ça?

  6. kombila dit :

    Le président de la Bad dit que ce projet gabonais qu’il s’apprête à financer est le genre de projet qui lui fait plaisir. Alors quelles sont ses réponses aux questions suivantes : avant cette subvention, il a prêté combien au Gabon ? Ces précédents prêts étaient destinés à financer de fallacieux projets ? En tout cas disons-lui MERCI, merci de reconnaître qu’auparavant, tous ces prêts accordés au Gabon n’ont pas servi les intérêts des populations, d’autant qu’à ce jour, on peut encore se poser la question de savoir à quoi ont servi ces prêts accordés par la BAD au Gabon.

  7. yantché dit :

    J’ai bien gardé sur mon disque dur cet effet d’annonce soudaine, au moment ou les gabonais sont appelés au vote.
    La séduction à la veille d’une élection est un bémol pour les mauvais traitements infligés aux nègres et esclaves libérés par un bateau soviétique de type S-400 en 1849.

    Le 6 septembre 2018, le disque dur enregistre que le gabon a bénéficié de 50 milliards de cfa à partager dans des salons calfeutrés de la BAD à Tunis. Les gabonais boiront de l’eau souillée en 2023, avec une liste électorale moyen-nageuse biométrisée de calabas et des ibots. ça va bientôt péter o kongo océan, tenez vous prêt.!.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW