Situé dans le sixième arrondissement de Libreville, le lieu est devenu l’une des zones de prédilection des braqueurs et voleurs à l’arrachée. Des actes de vandalisme dont les automobilistes et leurs occupants sont les principales victimes, au vu et au su de tous.

L’échangeur de Nzeng Ayong est le théâtre de braquages et vols à la tire. © Gabonreview

 

Si l’échangeur de Nzeng-Ayong fait beaucoup parler de lui ces derniers jours par la dégradation de son bas-côté droit, l’infrastructure s’est aussi forgée une autre réputation en matière d’insécurité, avec les braquages et vols à l’arrachée.

Des actes commis par de jeunes délinquants, à peine pubères pour la plupart. Ces derniers opèrent généralement au milieu des embouteillages, de jour comme de nuit. Les automobilistes et leurs occupants sont les principales victimes. En solo ou en groupe, ces voleurs sont très organisés. Se faufilant entre les véhicules, ils arrachent tout ce qu’ils peuvent : téléphones, sac à main, etc.

Ils vont même jusqu’à ouvrir les portières des véhicules non verrouillées, pour commettre leurs méfaits. Un mode opératoire généralement utilisé lorsque les vitres du véhicule sont montées. Si jusqu’ici ces délinquants ont toujours privilégié le vol à l’arrachée, ils semblent avoir élevé le niveau en commettant des braquages en bonne et due forme.

Le 12 février, un groupe de six à huit jeunes a délibérément posé, aux environs de 20 heures, un vieux matelas à ressort sur la chaussée dans le sens Rond-point de la Démocratie-Nzeng Ayong ; au niveau de la station-service Petro Gabon, à une centaine de mètres de l’échangeur.

L’effet recherché était de créer un embouteillage. Ce qui a bien marché : le «gang», qui surveillait visiblement le déroulement de l’opération sur le trottoir, s’est rué sur la chaussée à recherche d’une ou plusieurs victimes. Un véhicule à bord duquel se trouvaient un monsieur et une dame a été pris d’assaut.

Après avoir ouvert la portière côté conducteur, l’un des braqueurs a menacé le chauffeur avec un couteau, pendant que ses acolytes s’emparaient du «butin» sur la banquette arrière. «Ça s’est passé sous mes yeux ! Tout le monde était choqué par la scène à laquelle on venait d’assister», a déploré un témoin du braquage, dans un véhicule derrière celui qui a été pris d’assaut. Après leur acte, les délinquants ont détalé, sans être inquiétés, riant aux éclats et visiblement ravis de leur coup.

Comble de l’ironie, ils se sont enfuis en direction de l’échangeur, où sont positionnés des éléments des forces de l’ordre, avant de s’enfoncer dans le quartier. Cet énième braquage dans un axe pourtant surveillé par la police devrait interpeller les autorités compétentes. Si rien n’est fait, cet échangeur ou transitent des milliers de personnes par jour va devenir un véritable coupe gorge.

 
 

9 Commentaires

  1. Olsen dit :

    Il faut appliquer les anciennes méthodes lorsqu’on les attrappe emputer une main, casser les tendons ou les brûler vifs!

    • diogene dit :

      Retour à la barbarie… Pas d’analyse des causes comme le chômage, la démission des forces de l’ordre occupées à l’extorsion systématique des transporteurs, faillite du pouvoir fraudeur,etc…

    • LURON DE MAYE dit :

      M.Olsen dans une société qui se veut être civilisée les pratiques barbares ne sont pas admissibles.Il faut donc utiliser le cerveau pour trouver une solution pérenne a ce problème d’insecurité qui relève de la précarité, de l’abandon de responsabilités des gouvernants et des familles.Ne dit-on pas l’oisiveté est la mère de tous les vices!

  2. Maroga dit :

    On a encore lâché les loups? ????
    Ceux qui ont connu les fameux “cool mongers”(?) ne seront pas surpris de ce mode opératoire (au vu de tous) ni encore moins de la complicité passive des autorités en commençant par les policiers déployés aux différents carrefour et coins de rue!

    “Sauvez moi, Au secours” dixit Defunzu. …pour s’ en rappeler au douloureux passé! !!!!!

    Il aura suffit que ceux qui détiennent la force de l’Etat sonne le glas pour voir la disparition de ces “fouilles au corps ” faites en plein jours et en pleine foule par des gamins à peine adolescents! !! La traque à certe été féroce (ex: la mort du célèbre Fantomas) mais l’ordre a été rétabli.

    Qui est ce qui justifierait la recrudescence de ce phénomène? ? “Les loups ont ils été relâchés? ?? L’Etat à décider de laisser pourrir la situation? ? Serait-ce une stratégie malsaine de maintien dans la rue des forces de sécurité de 2ème et 3ème catégorie au moment où le kidnapping des activistes,membres de l’opposition est devenu courant? ? ……??? les interrogations sont multiples! !!

    Pour ma part, venant d’ un pouvoir qui n’a pas hésité à tirer sur le peuple pour se maintenir, rien ne me surprendra! !

    Que faire? ?

    la passivité du peuple, le manque de solidarité, d’assistance à personne en danger a toujours fait le lit de ces “petits voyous”. Je me souviendrai sans cesse de la première fois quand j’ai vu un homme habillé en “boubou” se faire detrousser en plein carrefour Rio, en plein midi. …les gens autour de lui s’ étaient juste écarter, l ‘ abandonnant à son propre sort? ? Il y avait “deux braqeurs” qui opérait au milieu d’une foule littéralement tétanisée car personne n’a osé lever le moindre doigt ni poussé même un cri

    . .. ça aurait pu être toi, ça aurait pu être moi! !! J’en suis encore traumatisé!

    Face à l’abandon et peut-être à la complicité active des tenants du pouvoir, la résistance et la solidarité des populations devient le seul rempart, la seule voie de sortie. Il faut agir et non abandonner l’autre à son triste sort! ! Si ça aurait été toi tu serais bien heureux que quelqu’un vienne à ton secours.

  3. […] au vu et au su de tous.   Si l’échangeur de Nzeng-Ayong fait beaucoup […] Cet article Insécurité : Le cas de l’échangeur de Nzeng-Ayong est apparu en premier sur Gabonreview.com | Actualité du Gabon | . ( function() { if […]

  4. diogene dit :

    BRAVO, vous qui nous réprimandez pour avoir écrit en MAJUSCULES, vous laissez un commentaire faisant l’apologie du meutre, de la torture, de la justice populaire dont on sait qu’elle s’en prend à des innocents la plupart du temps.

    • Angazouamane dit :

      Et d’après toi Diogene, la passivité, pour ne pas dire la complicité des tenants du pouvoir et leurs sicaires qu’on appelle abusivement forces de l’ordre ferait l’apologie de quoi ? Saches que les braquages et autres agressions n’arrivent pas qu’aux autres. Et le jour où il t’arrivera d’être braqué, tu comprendras que l’Etat de ce pays n’a strictement rien à foutre de toi. Tu penseras trouver du secours dans un commissariat mais un policier t’enverras paitre s’il ne cherche pas carrément à t’extorquer de l’argent à son tour. Alors tu apprendras que pour ta sécurité et celle de ta famille, tu ne devras compter que sur toi même.

  5. Le Très Respectable Frère dit :

    Si c’est Nouredine qui a été victime de ce braquage, les forces de l’ordre auraient tôt fait de découvrir ces petites frappes. Je crois savoir que la zone dans laquelle ces opérations ont été menées est quadrillée par une ribambelle de caméras. Si ceux qui sont censés assurer notre protection n’usent pas de ces outils pour retrouver le gang, c’est qu’ils sont d’une certaine façon complices.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW