Le «Roi Pelé» est arrivé le 7 février à Libreville où il doit assister à la finale de la 28e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Auparavant, il devrait jouer un match d’exhibition, avec des enfants et le président Ali Bongo avec lequel il a assisté au match Côte d’Ivoire-Mali.

 

Pelé et le Président Ali Bongo au Stade de l'Amitié lors du match Mali-Côte d'Ivoire

Éliminés de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), les Gabonais, du moins beaucoup d’entre eux, se sont résignés à ne plus «remettre les pieds» au Stade de l’Amitié, lieu de leur désillusion. Ils pourraient cependant très vite changer d’avis car le président Ali Bongo aurait trouvé le moyen de réconcilier les populations avec le chemin du stade.

La potion miracle : la présence, à la finale de la CAN, d’Edson Arantes do Nascimento, dit «Pelé». Selon des sources concordantes, le légendaire footballeur brésilien est arrivé le mardi 7 au soir à l’aéroport Léon Mba. Il a assisté le 8 février au match Côte d’Ivoire-Mali et sera également au stade de l’Amitié pour la finale de la CAN 2012.

Le président gabonais a ainsi tenu parole, lui qui avait annoncé à quelques jours du coup d’envoi de la compétition, qu’il y aurait une «surprise» de taille pour la finale. Un véritable cadeau de consolation pour les Gabonais qui ont rêvé de brandir la coupe au soir du 12 février avant leur élimination «cruelle» par le Mali.

Une rumeur persistante à Libreville indique que le «Roi Pelé» devrait se produire en petit match d’exhibition, avec des enfants et avec le président Ali Bongo, sur la plage du Lycée national Léon Mba de Libreville, sur l’espace aménagé pour le football de plage. Toutefois, le service de communication du Comité d’organisation de la CAN (Cocan Gabon), affirme qu’une réunion devrait se tenir le 9 février pour établir le programme officiel de la légende brésilienne à Libreville.

Il s’agit du second séjour de Pelé au Gabon après celui du 1967 avec son club, le FC Santos, qui avait étrillé la sélection gabonaise  par 4 buts à 1.

 
 

3 Commentaires

  1. Guy Massard dit :

    est-ce bien le rôle d’un président de jouer au foot ? Quelle plus-value la présence du Roi Pélé apoporte-t-elle ? Combien cela va -t-il coûter au contribuable ? Pourquoi dilapider l’argent du pays pour assouvir des rêves de gosse et en profiter pour rencontrer tous ceux dont on a rêvé ? La question définitive est : la Gabon est-il encore un Etat ou un jouet ? Le gabon est-il encore géré dans l’intérêt des Gabonais ou selon les caprices d’un enfant gâté ? Où tout cela mène le pays ? Triste pour un pays qui manque de’ tout ou presque….

  2. Pirate 241 dit :

    Bien parlé, M. Massard. Le Gabon n’est-il pas en effet devenu le jouet d’un enfant gâté? Le seul boulevard du pays est régulièrement bloqué à la circulation afin qu’un play-boy puisse y faire de la vitesse avec les bolides qu’il s’offre avec l’argent du pays, le jet présidentiel est utilisé pour passer des marchandises de plaisir, la palais présidentiel donne dans le bling-bling et offre sa façade à des guirlandes lumineuses dédiée à la CAN, les conseillers du président sont des jeunes gens à peine sortis de la puberté quant ce ne sont pas des musiciens au talent controversé ou des anciens agents immobiliers, la moindre rencontre internationale à l’occasion d’une villégiature royale. Ouais, on s’amuse beaucoup au sommet de cet Etat qui manque de tout ou presque, comme le f=dit Guy Massard.

  3. legabonais dit :

    je veux juste savoir combien ça coute contribuable gabonais ? R KELLY? PELE ? sachant que Pele il ne roule pas sur l’or il rentabilise au max chaque déplacement chaque interview
    Messieurs les journalistes parfois vous pouvez faire des investigations pour que l’info soit complète

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW