Pour avoir traité ses collaborateurs de «pingouins», Gilbert Hubert, un ressortissant français de 41 ans, a comparu le 16 novembre devant le tribunal correctionnel de Port-Gentil qui a mis l’affaire en délibéré au 23 novembre prochain.

Le siège de Necotrans dont le directeur est actuellement en prison pour injures publiques. © Gabonreview/Louis Mbourou

Le siège de Necotrans dont le directeur est actuellement en prison pour injures publiques. © Gabonreview/Louis Mbourou

 

La procédure commence avec la plainte d’un employé de la société Necotrans auprès de l’antenne provinciale de la police judiciaire, le 11novembre dernier. John Mombo dénonce l’attitude méprisante du nouveau directeur, en poste depuis un peu plus d’un an. Il se trouve que lors d’une réunion tenue le même jour dans la matinée, ce dernier a lancé à ses collaborateurs : «vous êtes tous des pingouins». Présenté devant le procureur de la République le 13 novembre, Gilbert Hubert a été inculpé pour injures publiques puis placé en détention préventive à la prison centrale de Port-Gentil.

A la barre, le prévenu a reconnu les faits et justifié son attitude par le fait que ses collaborateurs font régulièrement fi des consignes de sécurité instaurées au sein de l’entreprise. Mais pour le plaignant dont les déclarations ont été corroborées par plusieurs témoins, le nouveau directeur serait coutumier du fait. «Un homme dont le champ lexical comprend essentiellement des mots injurieux rappelant l’époque des négriers», a avancé l’avocat de la partie civile, maître Chansel Guissiga. La présidente du tribunal a quant à elle vertement sermonné le prévenu, lui rappelant qu’il n’a pas le droit d’injurier «des pères et mères de familles» qui lui apportent leur force de travail. «Ce ne sont pas vos enfants ! Vous avez sans aucun doute un règlement intérieur qui prévoit des sanctions en cas de manquements, appliquez-le», lui a lancé Audrey Bogui Ekiba.

Dans sa plaidoirie, l’avocat de la défense a salué le courage de son client qui n’a pas cédé aux pressions de son employeur, faisant ainsi passer en premier son honneur et celui de ses collègues. Maître Chansel Guissiga a demandé que justice lui soit rendue afin que «Gilbert Hubert ne le traite plus de pingouin. Mieux, ne traite plus aucun employé gabonais ou étranger de pingouin». Il a ainsi sollicité une peine de prison ferme avant de réclamer 50 millions à titre des dommages et intérêts.

Le ministère public, après un sermon à l’endroit du directeur de Necotrans, a estimé qu’utiliser le terme «pingouin» pour designer des êtres humains relevait bien du mépris et que le délit d’injures publiques était bien constitué, au vu de l’article 286 du Code pénal. La procureure, Carole Badiate, a ainsi requis un mois de prison ferme et une amende de 300 000 francs CFA.

«Est-ce qu’il suffit qu’on vous traite de pingouin pour porter atteinte à votre considération ?» s’est insurgé l’avocat de la défense. Maître Lubin Ntoutoume s’est donc attelé à démontrer que le délit n’était pas constitué, sollicitant du tribunal la relaxe de son client, non sans prendre la précaution de demander le sursis au cas où le tribunal rentrerait tout de même en voie de condamnation.
Sa sollicitation d’un jugement sur le siège n’a malheureusement pas prospéré, le tribunal ayant décidé de rendre sa décision le 23 novembre prochain. Et pendant ce temps, son client, Gilbert Hubert devra garder prison.

 

 
 

12 Commentaires

  1. Venance Pambou dit :

    Mais, je ne comprends pas :les pingouins ce sont les supporteurs de Jean Ping non…. Quoi Ping a mouillé le tribunal de Port-Gentil ?

  2. Le maréchalat du Roi Dieu dit :

    Très bon exemple , on n’insulte pas ses collaborateurs meme si on est DG .Ils sont nombreux à le faire : vous etes prévenus .

  3. Anti-démagogie dit :

    Peines de prison ferme pour insulte. Justice arbitraire et inquiétante.

  4. au Total dit :

    On rackte, on découpe, on corromp ,on vôle, on immole Rien ! un patron pas content du travail rendu contre rémunération, trâite de pingouins ses collaborateurs, àlors, crime de lése majesté, un blanc en plus , fusillez le !…. à ce niveau de bêtise, ce n’est pas de pingouins que l’on devrait traiter nos fonctionaire de la justice mais de …..

    • Pas Possible dit :

      Trop bien dit… Comment une session de tribunal d’une ville peut statuer sur ce genre d’ânerie…
      Des véritable zozo, la justice dans ce pays!
      Je parie que le blanc a du se demandé que c’était une blague avec caméra caché…

  5. Alwahch dit :

    Merci pour l’article très grande info un vrai scoop!!! et dire qu’un revenant du Jihad en Syrie reste en résidence surveillée en Europe , en tout cas plus jamais j’appellerais ma petite fille l’escargot de peur de trouver la chaise électrique au gabon

  6. Ompatta dit :

    Juste un exemple pour ces “blancs” qui nous prennent de haut…..
    Par contre à quand de tels sanctions pour nos chefaillon gabs plus que coutumier du fait????

  7. Bien fait dit :

    Tres bien fait pour ce Directeur. Certains blancs se comprotent comme à l’epoque de la traite negriere. Ils sont souvent dotés d’un complexe de superiorité injustifié. Ils traitenet leurs collaborateurs sans respect, en disant que rien ne peut leur arriver, car ayant tous les bons avocats que l’employé avac ses modestes moyens ne peut se permettre de de prendre.
    Au Gabon ils sont au dessus des lois car ils disent que la justice n’existe pas.

    Je crois que de toute sa vie, cet directeur saura maintenant comment parler à ses employés et ce cas fera ecole au sein du patronat gabonais.

  8. Jon dit :

    A lire certains commentaires j’ai l’impression que certains ne connaissent pas le droit à l’image et que l’atteinte à ce droit notamment par injures publiques est condamnable. C’est dans le code civil gabonais je pense. Bref! Bon ben vous êtes des PINGOUINS hein!

  9. justice dit :

    c’est un peu bizarre cette decision de justice. ça veut donc dire qu’a chaque fois que quelqu’un insulte ou se moque d’autruis en public au gabon, c’est direction prison!!!! Il va falloir en construire d’urgence!!!
    (Je suis français, ma femme est gabonaise, ma belle famille aussi)
    Nous sommes tous intellectuels, et il m’est arrivé lors de l’élaboration de business plan par exemple de m’exclamer en famille, “mais putain de merde, on est pas plus cons que les autres!!!!”
    Bien sur que ce n’est pas une jolie phrase, mais c’est du deuxieme, voir troisieme degres!!!!
    Heureusement qu’ils ne porte pas plainte contre moi à chaque fois que je veux que nous soyons les meilleurs dans notre domaine, une entreprise gabonaise.!!!!

    • Inch'allah dit :

      @justice ….
      <>
      Ci-joint l’article du code pénal gabonais, d’ailleurs bien calqué sur le code français, car nous (gabonais) n’allons pas réinventé la roue…
      Evitons de voir une sorte de xénophonie dans cette histoire, car ce qu’il faut déplorer c’est que personne, et surtout pas les expatriés au gabon, ne respecte nullement la loi! Mais nous reston d’accord pour ne pas leur jeter la pierre.
      C’est une loi, qui a été appliqué, arretons de voir cela comme une chasse aux sorcière par ceque l’accusé ici serai français ou expat !
      J’espère un jour, qu’on pourra au Gabon bénéficie d’une justice qui sévit et qui protège, comme en France par exemple. Car voir trop de détournement de mineurs au Gabon, d’importation et consommation de produit illicite,la corruption,etc….ça fend le cœur, et comme on dit “””nul n’est sensé ignorer la loi”””” .C’est nullement une cabale !!!
      ci joint un URL pour le code pénale gabonais et à télécharger d’ailleurs …file:///C:/Users/FIEDRICH/Downloads/Gabon%20Code%20Penal%201963.pdf

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW