Critiqué sur les réseaux sociaux pour avoir participé à l’élaboration du rapport sur l’impact économique et social du groupe Olam au Gabon, le Secrétaire exécutif de Brainforest a réagi, jeudi 31 mai, assurant que seule son expertise a été sollicitée. Il s’est défendu d’avoir été corrompu par le groupe singapourien.

Marc Ona Essangui, le Secrétaire exécutif de Brainforest. © D.R.

 

Pour avoir participé à l’élaboration de l’étude sur l’impact économique et social du groupe Olam depuis la réorientation stratégique opérée au Gabon en 2010, Marc Ona Essangui est victime d’attaques sur les réseaux sociaux depuis la présentation officielle dudit rapport, le 29 mai dernier à Libreville. Acteur de la société civile, réputé proche de l’aile dure de l’opposition gabonaise, est accusé par certains de s’être vendu au pouvoir. Sur sa page Facebook, jeudi 31 mai, le Secrétaire exécutif de Brainforest s’en est vivement défendu. «Nous n’avons pas été sollicités parce qu’on veut nous corrompre. D’ailleurs, personne ne peut nous corrompre», a-t-il déclaré.

Pour le Prix Goldman 2009, seule son expertise dans le domaine de la protection de l’environnement a été sollicitée dans le cadre de cette étude. Aussi, a-t-il tenu à rappeler : «Quand un cabinet sollicite notre expertise, on l’a lui apporte parce qu’on l’a.» Le patron de Brainforest n’aurait d’ailleurs vu aucun mal à apporter son expertise au pouvoir en place, si celle-ci avait été sollicitée. Pour lui, la science est différente de la politique. «Je ne suis pas de ceux qui pensent que faire de la politique, rien que la politique, est utile pour le Gabon», s’est-il défendu.

Si Marc Ona Essangui a dit mal comprendre les critiques portées contre lui ces derniers jours, c’est parce qu’il perçoit le rapport récemment présenté comme «une aubaine pour le Gabon». Aussi, a-t-il estimé que l’étude réalisée par le cabinet Mays Mouissi Consulting est «du pain béni pour ceux qui s’interrogent sur les activités d’Olam au Gabon». Ce travail, a-t-il indiqué, «permet aux Gabonais de voir si les actions menées par l’opérateur économique satisfont les populations».

Le Secrétaire exécutif de Brainforest a également estimé que ce rapport, comme d’autres que son ONG a pu réaliser ces dernières années, «est un outil d’aide à la décision», aussi bien pour la structure qui la sollicite que pour les autorités gouvernementales. L’objectif, selon Marc Ona Essangui, est d’en finir avec la «spéculation».

«Il y a trop de spéculations. Or, le siècle dans lequel nous vivons les spéculations n’ont plus droit de cité. Ce sont les faits et l’expertise qui comptent. Et lorsqu’on a des faits, on les analyse», s’est-il plaint, assurant ne pas être devenu un intime du patron d’Olam par le biais de sa participation à l’élaboration de l’étude. Il en a voulu pour preuve que le projet Graine a été arrêté en raison de «la pression» exercée par Brainforest sur le même groupe singapourien, il y a quelques temps. «Nous avons publié trois rapports contre cet opérateur économique», a-t-il tenu à rappeler, non sans se réjouir du fait que l’expertise gabonaise ait été sollicitée pour le dernier rapport.

Pour Marc Ona Essangui, «l’avenir du Gabon réside sur la prise de conscience de ce que personne ne viendra faire le Gabon à notre place, comme le disait Grégorie Ngbwa Mintsa».

 
 

15 Commentaires

  1. Gabomama dit :

    Soutien Marc One, ton patriotisme et ton amour pour le pays ne sont plus à démontrer. “L’émotion est nègre”, il y en a qui ne savent pourquoi il veulent de départ de Ibubu. C’est à cause de ces comportements de sauvage que la résistance n’est plus prise au sérieux.

  2. serge obiang obame dit :

    Tres bien dit.

  3. Equilibre dit :

    L’émotion est “nègre”est une bêtise sortie de l’esprit de senghor encore ignorant en ce temps là des exploits réalisés par ces ancètres. Heureusement,Cheikh Anta Diop viendra le contredire par ses travaux ô combien puisants!!!

    • Paul Bismuth dit :

      Vous avez raison. Senghor était un pur produit de la “colonisation positive”… Un vrai vendu en somme. Cheik Anta Diop était un grand homme. Et sa mémoire doit être saluée par toutes les générations d’Africains.
      Pour revenir au sujet de l’article, il ne faut pas que le combat pour la démocratie conduise les opposants au sectarisme. On est dans une situation ou beaucoup mélangent absolument tout. On a souvent dénoncé l’opacité de la gestion publique dans notre pays. Or voici un document (produit par des gabonais à la critique acerbe vis à vis du régime) qui lève le voile et dissipe les équivoques sur certains aspects de notre économie… mais certains trouvent quand même à redire. Je pense que le véritable problème des contempteurs de ce rapport et de Marc Ona Essangui est que ce document ne présente pas Olam (comme tout ce qui est issu de la présidence Ali Bongo) comme le mal absolu.
      Le général de gaulle (l’emploi de minuscules ici est volontaire car c’était à bien des égards un petit homme)disait que la France avait la droite la plus bête d’Europe. Je lui aurais bien répondu que nous, au Gabon, avons l’opposition la plus bête et la plus cupide du monde. Que la France soit donc satisfaite de son sort.

  4. OKALIMAMBO dit :

    Très cher Gabomama, je ne sais pas d’où tu sors ta citation, car l’homme blanc aussi sait faire part de ses émotions, donc tu dis n’importe quoi. Les gabonais qui critiquent Marc ONA sont tout simplement ignorants, ils ne prennent pas le temps d’étudier le dossier mais préfèrent prendre leurs désirs pour la réalité. Ce sont les mêmes qui veulent boycotter les législatives, parce qu’ils pensent y arriver en restant chez eux. Utilisons les élections pour rameuter les troupes, un candidat commun partout, mettre la pression sur le pdg, car ils savent qu’ils ne peuvent pas gagner dans la transparence. La tricherie? qu’ils essaient nous serons vigilants.

    • Shaka Loubedi dit :

      Bonjour,

      Quoi en Aout 2016 on n’a pas été vigilant? Vous-meme vous dites que le PDG sait qu’il ne peut pas gagner dans la transparence, donc il va encore tricher pour etre sure de gagner. Puis il mettra les policiers dans la rue pour matter ceux qui oseront protester contre les faux resultats. C’est ca la realité.

      • Okoss dit :

        Shaka
        Oui,En 2016,nous n avons pas été vigilants, dans le HO.
        Les représentants de Ping dans les bureaux de vote ont été corrompus
        Dans certains bureaux, ils n y étaient meme pas
        Cher ami, pn apprend toujours de nos erreurs.depuis la pseudo démocratie, l opposition a toujours été trompée, cette fois, nous avons des raisons d’ être confiants car nous avons bcp appris
        1-Avoir des représentants des bureaux de vote incorruptibles
        2-assister au dépouillement des bulletins jusqu a proclamation
        Plus important, s inscrire massivement dans les listes et lutter contre les bœufs votants

    • L'Illettré du Littré dit :

      Fait Rationnel, vérifié et avéré, surtout dans le cas d’espece du Gabon : une Dictature n’organise pas des élections pour les perdre. Faut-il vous faire un dessin ?

    • carter dit :

      Soutien total à MOE! C’est dommage de critiquer en toute aise une personnalité tel que MOE avec une légèreté inouïe. Et j’ose espérer que son explication vient ici taire le débat!

      • carter dit :

        Franchement! Et comme argument,ils utilisent l’expression comme quoi ” les législatives sont différente de la présidentielle”,ma question est de savoir quelle est la différence?

        • Okoss dit :

          La présidentielle cher ami
          Les résultats des votes étaient envoyés a la Cenap pour centraliser et proclamation après.
          Aux législatives on proclame le meme jour , tripatouillage difficile
          Il faut seulement être rigoureux pdt le vote en ayant des représentants surs
          Mais aussi s assurer que tous les partisanes sont bien inscrits
          Voilà la difference

  5. okazaki dit :

    Ona essangui est bien drole! personne ne vous commandera un rapport de ce genre s’il ne sait pas à l’avance les conclusions auxquelles il faudra aboutir! C’est aujourd’hui que olam est devenu un allié du developpement économique du Gabon avec les salaires de misère qu’ils reversent aux pauvres manoeuvres qui se tuent à la tache? Tu peux affirmer aux Gabonais ici que tu n’as pas tes entrées à Olam? arretez de prendre les gens pour des idiots mange ton argent tranquille mais de grace n’insultez pas notre intelligence! le gabon est une maison de verre tout se sait ici

  6. Jones dit :

    Les singapouriens arrosent toute la presse gabonaise pour qu’elle la ferme, les hommes politiques et la société civile. On connaît parfaitement leur mode opératoire. Si Marc Ona n’en fait pas parti, alors il a de la chance encore !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW