Les étudiants gabonais en Afrique du Sud, réunis au sein du collectif des “Premiers étudiants gabonais en Afrique du Sud” sont récemment montés au créneau pour dénoncer ce qu’ils qualifient de «scandale financier à la paierie de l’ambassade du Gabon en Afrique du sud sur la gestion du dossier assurance des étudiants gabonais boursier».

Dans un courrier adressé au président du conseil d’administration de l’Agence nationale des bourses et stages (ANBS), Jean François Tardin, le collège des Premiers étudiants Gabonais en Afrique du Sud, a tenu a mettre la lumière sur «la gestion illicite et désastreuse du dossier assurance au compte de l’année académique 2011 des étudiants boursiers gabonais par la paierie de l’Ambassade du Gabon en Afrique du Sud via son responsable Olivier Pandza».

«En effet, relativement à la décision prise par l’ancienne direction générale des bourses et stages en début d’Année 2011 qui caractérisait d’assurer les étudiants gabonais à distance via la Société d’assurance OGARVIE, les étudiants ont éprouvé plusieurs difficultés de s’enregistrer formellement auprès des différentes structures universitaires», déclare le collectif.

«Après plusieurs recours auprès de la hiérarchie de la direction des bourses et stages suite a cette décision peu confortable, les acteurs de cette décision rebroussaient chemin dans l’optique de satisfaire les attentes des étudiants», fait remarquer le même collectif.

Toute fois, après résolution du problème, cette direction générale prit l’engagement de couvrir chaque étudiant à hauteur de 500 000 Fcfa, soit 7 900 rands pour les 12 mois de l’année. Mais, à la grande surprise de ces étudiants, «les lettres d’assurance reçus par chaque étudiant stipulaient en des termes clairs et simples que chaque étudiant a été assuré non seulement à hauteur de 170 000 francs CFA, soit 2 664 rands à raison de 444 rands par mois en 6 mois, notamment de Juillet a Décembre 2011».

«Dès lors, pourquoi Olivier Pandza en collaboration avec le président sortant des étudiants gabonais de Johannesburg, Jean Armel Essiane Edzo, ont-ils de manière unanime et égoïste décidé d’assurer les étudiants pour 6 mois au lieu de 12 mois ? A hauteur de 170 000 FCFA au lieu de 500 000 FCFA. Où est passé le reste de l’argent ?», s’interrogent les étudiants gabonais boursiers de l’Afrique du sud.

Selon le collectif des étudiants qui estiment être lésés, les signes extérieurs de richesse des personnes citées plus haut, seraient dus au détournement des frais d’assurance des étudiants boursier gabonais d’Afrique du sud.  Ces signes d’opulence se caractérisent par des nouvelles possessions luxueuses. Notamment, pour Olivier Pandza, l’acquisition d’une Mercedes haut gamme dès son arrivée en Afrique du Sud, et pour Jean Armel Essiane Edzo l’achat d’une voiture de marque Volvo.

Cette situation suscite de nombreuses difficultés pour les étudiants, notamment au niveau des inscriptions au sein des universités sud africaines, qui conditionnent l’enregistrement dans leur structure à la garantie d’assurances des éventuels postulants. A l’effet de quoi, le collectif a sollicité de «manière rigoureuse et dans l’optique de la politique de l’émergence, qu’un audit soit fait dans un délai d’un mois afin que (les coupables) répondent de leurs actes devant la Loi».

 
 

8 Commentaires

  1. faye rene dit :

    Le détournement des cotisations d’Assurances n’est pas nouveau…
    Malheureusement.

  2. la revelation dit :

    j espere que cette affaire sera tiree au clair…

  3. xavier dit :

    c’est dommage qu’il existe encore des gens sans scrupules dans notre pays…

  4. lerois dit :

    hommes de frappe on vous connait aussi. Desole pour vs car il ns revient de gerer nos assurances. Plus de miettes pour vous. Car l trvail de l,autre est toujours mal juge

  5. etudiante de johannesburg dit :

    triste est de constater que dans ces accusation,I’ll ya de notament beaucoup d’exageration..la frappe de l’assurance medical existe depui l’epoque de l’ancien payeur Mr Jean-Pierre KenkE et la soi disante volvo de Jean Armel Essiane date de 2008-2009 apres sa frappe avec MR KenkE de protea(assurance medical)…

  6. Adjatou dit :

    Beaucoup de nos ainés,,diplômés d’Afrique du sud, n’ont jamais’ eu de job au pays à cause de notre manque de sérieux. Nous sommes différents des autres étudiants gabonais à l’étranger. on accuse toujours sans jamais rien comprendre. il y a les principes, les procédures et les lois. Ou en sommes nous? toujours dans le kongossa, la malfaçon ou autres?
    Olivier Pandza? je le déteste depuis que je l’ai vu. on dirait le frere de sa copine Daisy. Même couleur, démarche et odeurs.
    Mais accuser cet homme juste parce qu’il aurait payer ce qu’il aurait reçu, ce serait croire qu’il est dieu et peut tout décider. le problème d’assurance vient de plusieurs origines: la méconnaissance réelle de la situation de l’etudiant en Afrique du sud, non prise en compte des changes, insuffisance des fonds due à l’accroissement permanent des étudiants, arrangements des étudiants avec les assureurs. Rappellons nous que protea est le fruit des étudiants. les commissions? Pourquoi confondre nos problèmes avec la vie d’un payeur? n’a t_il pas le droit d’avoir une voiture de fonction?
    les gars, nous sommes mauvais . On n’a même pas de respect pour les autorités. Et Dieu n’aime pas ça.
    d’autre part, le problème de ce Pandzo est qu’il sort avec toutes les petites! même celle du compatriote , deja reperé, qui a écrit ce tract
    pourquoi alors mettre tout ça sur le dos de l’ambassade?

  7. Adjatou dit :

    j’ai oublié de noter que notre bourse est petite parceque le pays en a décidé ainsi. Et le boulot d’un payeur n’est pas uniquement lié aux bourses. J’ai appelé l’ambassade de France à Pretoria. Ils ont un payeur mais, même pas un étudiant français boursier en Afrique du sud.
    je reconnais le boulot de ces agents de l’ambassade. parfois un contre tous. rappelons nous des dernières grèves. parfois pitié. on insulte, On fabule, on détruit, on ment….Arrêtons ça! soyons des modèles. Accuser à tort est diffamatoire.Donc passible à une condamnation. Jean Armel, le pauvre, est il déjà devenu blanc avec sa Volvo? Arrêtons!
    Quand on parle d’étudier en Afrique du sud, c’est synonyme de merde à cause de ces comportements dégradants. Arrêtons!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW