Bill Tchato, Willy Aubameyang et Daniel Cousin sont payés en centaines de millions de francs CFA par an, au Gabon, par l’équipe de football FC Sapins. Un embryon de football professionnel dans le pays. Mais le ministre des Sports, Séraphin Moundounga, voudrait accélérer cette gestation pour amener le ballon rond gabonais à l’accouchement du professionnalisme dès l’année prochaine. 

Foot pro au Gabon

Séraphin Moundounga, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement Supérieur et Technique et de la Formation Professionnelle, Chargé de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, a demandé un budget de 12 milliards de francs CFA pour le lancement d’un championnat national de football professionnel dès la prochaine saison, indique l’hebdomadaire gabonais Le Temps dans sa livraison du 16 mai dernier.

Le journal indique que le ministre des Sports a fait venir des Espagnols au Gabon en vue de peaufiner les modalités de la mise en œuvre de cette professionnalisation du football gabonais. Or, poursuit Le Temps, «aux dires des techniciens du ministère, on ne peut pas passer au professionnalisme sans une période de transition. Car, les équipes devraient d’abord s’imprégner de cette nouvelle donne qui impose un certain nombre d’exigences liées, entre autres, aux infrastructures des équipes engagées en D1. Car, les équipes devraient passer du statut d’association, comme c’est actuellement le cas, au statut d’entreprise. Un processus qui demande des études sérieuses et du temps

L’hebdomadaire pense que Séraphin Moundounga doit avoir une autre idée derrière la tête et qu’il est obnubilé par l’inscription de son nom dans l’histoire du football gabonais, s’il réussi à y introduire le professionnalisme. C’est sans doute pourquoi «M. Moundounga n’écoute personne», conclu Le Temps. Peut-être Séraphin Moundounga veut-il introduire au Gabon un professionnalisme à l’image de celui des Émirats arabes : un football de prestige dont les résultats ne sont nullement retentissants. La Etisalat Pro League (Ligue 1 des Émirats arabes unis) attire de bons footballeurs, du fait de l’argent mis en jeu, mais ne parvient pas à des résultats internationaux remarquables. Malgré tout l’argent du monde, la seule phase finale de coupe du monde à laquelle les Émirats arabes unis ont participé fut celle de 1990 en Italie.

Ce type de football professionnel a d’ailleurs déjà dépassé le stade embryonnaire au Gabon et on en voit les résultats. 7e au classement national, FC Sapins est le club de foot qui paye le mieux au Gabon également l’équipe la plus riche du pays. En septembre dernier, Gernot Rohr avait indiqué que Catalina Aubameyang avait signé pour cette formation qui a acquis, lors du dernier Mercato, l’international Bill Tchato (58 sélections avec les Lions Indomptables). Le club compte également Willy Aubameyang et Daniel Cousin. Ce dernier y touche 498 000 euros (323,7 millions de francs CFA) par an, soit 26,9 millions de francs CFA/mois. FC Sapins a récemment fait passer la prime des joueurs de 70 000 francs CFA à 140 000 francs CFA. Ce que ne peuvent se permettre la plupart des autres équipes de l’échiquier footballistique gabonais.

Toutes choses qui font jaser le microcosme du football local qui se demande où ce club trouve tout cet argent ? On conclut alors que FC Sapins est le club de football de la présidence de la République. L’équipe a été fondée et est présidée par Frédéric Gassita, également joueur. Celui-ci est un proche du président Ali Bongo dont il est par ailleurs conseiller.

Est-ce donc pour amener toutes les autres équipes à se mettre aux normes de FC Sapins que Séraphin Moundounga est-il si pressé ? Cela mettra certainement tous les clubs sur le même palier d’égalité, cela attirera également vers le Gabon de nombreux talents, mais cela amenuisera assurément le nombre de clubs de football du pays et donc la qualité de son football. Les débats sont ouverts.

 
 

10 Commentaires

  1. Herve dit :

    Que fait ce club pour engranger autant d’argent? D’aucuns n’en reviennent pas?

  2. John Tampis dit :

    Pffffff! Pauvre Gabon, Depuis que ses incantations bouitistes ont fait de Mondounga un ministre, il croit tout réaliser par incantations. Il croit pouvoir nous convaincre avec ça? 12 milliards lui et son mentor Nzouba Ndama n’ont plus que cet unité monétaire à la bouche, depuis qu’ils ont tous les deux distrait le 7 milliards qui ont été libérés pour la construction de l’annexe de l’assemblée Nationale et qu’il n’ont jamais été inquieté par Ali Bongo , le Doungourou qu’ils nous ont imposé.
    “Quelque soit la durée de la nuit , le jour fini toujours par se lever” dixit OmarBongo Ondimba

  3. eh la presse franchement vos arguments sont bien mieux frappants que convaincants. A vous lire, vous misez sur la satire pour emouvoir les ames senblibles en quete d’emotions fortes. Est ce ps normal que des joueurs cme cousin and co soient paye’s a ce montant la? C des pros, ki savent k’avoir des skills se marchandent a prix d’or. Ensuite, vs mm a leur place e’changeriez vs, l’europe pour l’afrique pour des clopinettes. Sachant tres bien ke vs monaierez vtre talent ailleurs a prix d’or. Messieurs, un peu de serieux, c le foot mm en europe ki sait forcement d’ou vient les gros sous? Hum, donc si on veut fustiger, fustigeons bien.

    • Rank dit :

      Vous dites n’importe quoi et vous ne pigez que dalle, sieur Douillet. Même l’or se déprécie. Il n’est pas question de demander aux joueurs de se brader mais de montrer que sans foot pro au Gabon, des gens comme Ali Bongo et son pote musicien conseiller Gassita, payent des joueurs comme en Europe. Avec quel argent et pour quels résultats ? 7ème au classement national dit l’article.

       Quand un produit change de gamme, il change de prix. Une veste de marque Cartier ou Ralph Lauren ne coûte pas aux Champs Elysées comme au moutouki ou à la friperie.C’est un principe simple. On ne peut pas toucher à Batterie 4 Libreville le même salaire qu’à Glasgow. Si ces gars ont encore de la valeur qu’ils se trouvent de vrais clubs dans le foot pro en Europe. 

      Si Ali le faroteur n’existait pas aux cotés de Gassita, FC Sapins aurait cet argent où. Faut pas fatiguer le peuple avec vos faux débats. Vous prenez l’argent public pour faire plaisir à vos copains-coquins et pour des résultats nuls. 7ème avec tout cet argent ? Faut mériter son traitement dis-donc !

    • MANAGAT dit :

      Les Cousin et Tchato sont des pros. Ils devraient donc être en Europe à se défoncer pour prouver qu’ils sont à la Hauteur des autres africains comme Drogba ou Samuel Eto’o. Ils viennent se fondre dans une foule de vrais amateurs qui se cherchent et joue sur leur passé pour s’enrichir. S’ils étaient si bon, en réalité il ne monnaieraient pas leur talent au FC Sapin qui n’est même pas parmis les cinq premiers de la Classe. C’est vraiment ça le Gabon.
      En plus on ne professionnalise pas du tic au tac un championnat. On n’a même pas encore le semi-professionnel et on parle de professionnel. D’ici le lancement de cette professionnalisation, préparons également sa fin définitive comme de nombreux autres projets morts dans l’oeuf bien pondu au Gabon.

  4. SVP les compatriotes, l’europe n’est pas la seule voie du salut pour offrir à l’Afrique les grands joueurs ou un des titres de champions, à preuve la Zambie qui vient de remporter la can 2012 n’avait pas à son sein les drogba, samuel Etho, et autres noms qui font la une des médias occidentaux.Donc arrêtons des débats qui ne tiennent pas avec la réalité, pourquoi ce n’est qu’aujourd’hui que cousin n’est plus important? ce même joueur qui aux côtés d’autres a fait rêvé les gabonais lors de la can 2012, et puis vous parlez du peleton de tête de notre championnat, cousin a livré combien de matchs et inscrit combien de buts ? quelles sont les performances des équipes de tête, hormis cf mounana nouvellement arrivé,en coupes africaines des clubs???

    • Pirate 241 dit :

      En tous cas, FC Sapins ne s’est non plus en compétition, malgré vos Dieux arrivés en 1/4 de finale de la CAN 2012 avec une préqualification en tant que pays organisateur et en jouant de plus devant son public. Bref. N’importe quoi. On ne met pas la charrue avant les bœufs. Les conditions ne sont pas remplies pour un foot professionnel au Gabon. Une étude menée par des experts internationaux existe à ce sujet à la Fégafoot et un club paye ses joueurs avec des ristournent provenants d’un foot-business qui n’est pas en place au Gabon. 

      Le sujet n’est pourtant pas dirigé contre les joueurs cités, mais il montre comment l’argent public est utilisé pour faire plaisir à des copains en panne de travail. Faut pas oublier que D. Cousin est quand même parti à Glasgow, avant d’en revenir. Et c’est pas son patriotisme qui l’a ramené au pays, mais le chômage.

  5. Nguema dit :

    Arrêtez un peu avec vos inepties qui traduisent à suffisance vos complexes d’infériorités. est ce que en allant faire sa carrière en Afrique, précisément au Sénégal, Cheik Anta Diop devait démériter son titre de chercheur et être payer à moindre coût? Owono notre tocard gardien est pourtant pro en Europe et quel a été le classement de son club? pourquoi toujours voir la politique quand il est temps de redonner à l’Afrique ses attributs? l’Afrique est riche en tout (même en pieds d’or). il faut maintenant que l’on pose les jalons qui permettraient à nos pieds d’or de faire carrière à domicile et d’arrêter cette prostitution «immigration choisis (traduit en esclavage choisi) ou les européens privatisent tout… cerveaux, mains d’œuvre, pied d’or etc…
    C’est une honte qu’en France par exemple, le championnat est assuré par des Africains alors qu’il n’y a pas de championnat considérable en Afrique.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW