La capitale gambienne accueille depuis ce 18 octobre la Consultation régionale sur la liberté d’expression et l’accès à l’information pour l’Afrique de l’Ouest et du Nord francophone. Le Gabon est représenté à ces assises censées aboutir à une sensibilisation accrue aux droits à la liberté d’expression et à l’accès à l’information pour les populations.

Moment de la réunion, le 18 octobre 2019, à Banjul (Gamibe). © Gabonreview

 

Représenté par une collaboratrice du ministre de la Communication et Boursier Tchibinda, jeune journaliste/bloggeur, le Gabon prend part depuis ce vendredi 18 octobre à la Consultation régionale sur la liberté d’expression et l’accès à l’information pour l’Afrique de l’Ouest et du Nord francophone. Prévues jusqu’au 19 octobre, ces assises organisées par la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP), un organe de l’Union africaine (UA), sont censées aboutir à «une sensibilisation accrue aux droits à la liberté d’expression et à l’accès à l’information», informent les organisateurs.

Selon la CADHP, ces travaux ont trois objectifs spécifiques : «discuter des stratégies visant à garantir le plein exercice de l’accès à l’information ; explorer les voies et moyens d’utiliser l’accès à l’information pour créer un environnement électoral libre et démocratique ; et établir des stratégies sur les voies et moyens de garantir la liberté d’expression».

Les échanges des participants à cette réunion qui se veut «interactive et participative» devraient également contribuer à la finalisation de la Déclaration de principes sur la liberté d’expression en Afrique, adoptée en 2002. Il s’agit notamment, précise la CADHP, «d’y inclure les questions relatives à la liberté d’expression, à l’accès à l’information et aux droits numériques qui n’ont peut-être été que partiellement ou pas du tout incluses dans la Déclaration de 2002».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW