L’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) vient de déposer un préavis de grève sur la table des dirigeants d’Addax Gabon. Ces derniers ont jusqu’au 28 juillet pour satisfaire leurs employés, qui réclament essentiellement «l’application des engagements et des recommandations contenus dans le procès-verbal du 22 avril 2018».

Le personnel d’Addax Gabon menace de débrayer si la direction générale n’applique pas «les engagements et des recommandations contenus dans le procès-verbal du 22 avril 2018». © D.R.

 

Au nom du personnel des employés d’Addax Gabon, l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) a déposé, le 22 juillet, un préavis de grève sur la table de la direction générale de la société pétrolière. Une échéance d’une semaine a été accordée aux responsables de l’entreprise pour satisfaire les revendications des employés. Soit jusqu’au 28 juillet à minuit.

Passé ce délai, l’Onep s’est réservé «le droit de lancer une grève reconductible de cinq jours sur l’ensemble des sites de la compagnie», peut-on lire dans le préavis de grève publié par le journal La Loupe du 23 juillet. Selon le document, le puissant syndicat revendique essentiellement «l’application des engagements et des recommandations contenus dans le procès-verbal du 22 avril 2018», seul gage d’un retour à la sérénité à Addax.

Parmi ces recommandation et engagements figurent l’arrêt de l’utilisation «irrégulière et abusive» de la main d’œuvre étrangère, du personnel de mise à disposition et la valorisation des compétences nationales ; la mise en retraite des travailleurs ayant atteint l’âge prévu à cet effet, mais toujours en activités. A cela s’ajoutent la régularisation des situations socioprofessionnelles avec paiement restrictif des sommes dues ; la mise en place du comité permanent de concertation économique et sociale ainsi que le règlement du différend entre la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et Addax.

Depuis plus d’un an, Addax Gabon est régulièrement secoué par les mouvements d’humeur de ses employés. Comme en mai dernier, l’Onep a sollicité le gouvernement pour empêcher cet énième bras de fer entre les employés et leur direction générale.

 
 

1 Commentaire

  1. tchenko dit :

    L’Inspecteur Spécial Chargé du Secteur Pétrolier est attendu pour le règlement de ce énième conflit sur les points de discussion et sur les points de droit (l’utilisation de la main d’œuvre étrangère et l’utilisation du personnel mis à disposition) deux violations flagrantes de nos LOIS. Monsieur l’Inspecteur, veuillez lire la LOI et non faire la LOI des employeurs, comme cela a été fait pour les renouvellements des bureaux des délégués du personnel à PERENCO et à TOTAL GABON.

    QUE DIEU BENISSE LE GABON.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW