À l’abandon depuis plusieurs mois, les travaux d’aménagement des bassins versants de Libreville, et particulièrement celui de Nzeng-Ayong, devraient être relancés. C’est du moins ce que promet le ministre en charge des Infrastructures

A l’arrêt depuis plusieurs mois, les travaux devraient reprendre pour le bassin versant de Nzeng-Ayong, en 2019. © Gabonreview

 

De Gué-gué à Plaine-Orety en passant par Batavéa, PK8, Nzeng-Ayong et bien d’autres, la capitale gabonaise compte un certain nombre de bassins versants. Devenus pour la plupart des poubelles à ciel ouvert, le gouvernement gabonais, soutenu par ses bailleurs de fonds, a décidé de les réaménager. En 2012, l’Union européenne (UE) et le Gabon ont de fait signé un protocole d’accord portant sur l’aménagement des bassins versants de la capitale gabonaise. En 2014, avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD) et le Fond africain de l’eau (FAE), l’intérêt avait été porté sur des bassins versants de Terre-Nouvelle, dans la zone du marché du PK8, Nzeng-Ayong, Gué-Gué et Sainte-Marie/Awondo (Plaine Orèty).

Christian Magnagna, ministre en charge de l’Equipement et des infrastructures ©D.R.

En 2015, les travaux du bassin de Nzeng-Ayong ont été lancés par l’entreprise Conduril pour une durée de 29 mois, mais le chantier a très vite été abandonné. Certaines indiscrétions assurent que l’entreprise qui attendait un versement de 734 millions de francs CFA de la part du gouvernement, n’a pas eu gain de cause. Une situation qui a, entre autres, amené l’UE à envisager en avril dernier, la suspension de son financement. Les travaux n’ont pas été relancés au grand dam des habitants de Nzeng-Ayong qui subissent encore le contrecoup de l’arrêt des travaux avec, en prime, les inondations et la densité des embouteillages.

Dans une interview accordée au journal L’Union ce 26 décembre, Christian Magnagna, ministre de l’Equipement et des infrastructures, a indiqué concernant l’aménagement des bassins versants de la capitale gabonaise, que «le gouvernement s’emploie à relancer ces chantiers avec tous les partenaires concernés». Selon lui, «une rencontre avec les bailleurs de fonds est en préparation dans les prochains jours, afin de réfléchir, ensemble, à des solutions pour la reprise très prochaine desdits chantiers».

Les populations importunées par les bassins et particulièrement ceux de Nzeng-Ayong qui, depuis l’arrêt du chantier, lancent un appel au gouvernement pour l’achèvement totale des travaux, devront donc encore prendre leur mal en patience. «Concernant par exemple les bassins versants de Nzeng-Ayong, leur niveau de réalisation actuel est de 78%» a déclaré Christian Magnagna pour qui le projet n’a pas été jeté aux oubliettes.

Auteur : Alix-Ida Mussavu

.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW