Pour répondre à la demande croissante des entreprises et des particuliers, la filiale gabonaise du Groupe Ciments de l’Afrique (Cimaf) annonce pour les prochaines semaines le démarrage de l’usine de traitement de clinker de Ntoum, qui permettra l’augmentation de la production de ciment.

La Cimaf envisage de multiplier sa production de ciment au Gabon avant la fin de l’année 2019. © nanakgyasi.com

 

Malik Sefrioui (vice-président du Groupe), Salim Kaddouri (DG Régional) et Alain Ayouné Origuinowet (DGA Pays) ont été reçu, le 18 avril 2019 par le Premier ministre. © Primature-Gabon

100 millions d’euros, soit plus de 65,6 milliards de francs CFA. C’est la somme que Cimaf Gabon entend investir dans la mise en activité prochaine de sa nouvelle usine de traitement de clinker de Ntoum. L’annonce a été faite, jeudi, par les responsables du groupe marocain à la faveur d’une audience avec le Premier ministre. Cet investissement, affirment-ils, permettra d’augmenter de 850 000 tonnes la production de ciment dans le pays, pour répondre à la demande sans cesse croissante exprimée ces dernières années.

Implantée au Gabon depuis 2016, Cimaf Gabon a, en effet, éprouvé des difficultés à satisfaire la demande nationale, aussi pour les entreprises exerçant dans le bâtiment que pour les particuliers. Le pays avait d’ailleurs eu quelques fois recours à l’importation. C’est donc pour se prémunir de nouvelles pénuries sur le marché que l’entreprise mise sur un nouvel investissement qui, selon ses responsables, permettra d’aboutir à une offre d’un million de tonnes de ciment d’ici au mois de novembre prochain. Actuellement, le marché national n’offre que 600 000 à 650 000 tonnes environ.

À en croire Cimaf Gabon, les activités au sein de la nouvelle usine de traitement de clinker de Ntoum, notamment avec la construction d’un broyeur de 250 000 tonnes, devraient pouvoir générer plus de 500 emplois directs. L’entreprise assure que la majorité des employés seront des nationaux.

 
 

3 Commentaires

  1. Plantain dit :

    Drôle d’histoire ! Je ne vois que des chantiers à l’arrêt @&”§!?
    Je ne comprend pas ou va tout ce ciment ?
    Les bons terrains n’arrivent plus à se vendre et son bradés à 20 fois moins que le prix d’il y a trois ans ?
    Les grands travaux = ya pas.
    La zone d’Nkock = personne ne se bouscule là bas
    Port gentil et son pétrole = faillite générale
    Les maisons au quartier = 95% des maçons sont au chômage
    Qui donc utilise tout ce ciment ????
    Si quelqu’un à une idée merci de le faire savoir ………. Ou bien, c’est encore juste une annonce pour faire croire que tout va bien ?

  2. Bikoro Ndemezo'o Albert Diddy dit :

    La pénurie du ciment ainsi que le prix de la tonne qui a presque doublé en 15, a a permis aux chercheurs locaux en physique appliquée de valoriser de plus en plus les matériaux locaux en matière de construction des habitations de standing ; ainsi, un duplex dit “allégé” coûte deux fois moins cher construit en matériaux locaux qu’en béton.le différentiel va du simple au double ; on se pose donc la question de savoir pour avoir formé des ingénieurs en structures de matériaux modernes alors que nous des matériaux naturels plus fiables qu’il convient seulement d’apprendre à mettre en valeur et on dotera nos peuples des infrastructures de qualité à des coûts accessibles à tous.

  3. […] Click here to view original web page at Ciment : C’est bientôt fini, les pénuries ! […]

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW