En grève depuis 7 mois, le personnel de la Commission nationale d’organisation et de gestion des évènements et manifestations à caractère national et international (CNOGEMCNI) et de l’Agence nationale de gestion et d’exploitation des infrastructures sportives et culturelles (ANAGEISC), a observé un sit-in, le 5 juillet, au ministère des Sports. Une opération visant à attirer l’attention du gouvernement sur le calvaire qu’il endure.

Moment d’échange entre le ministre des Sport et de la Culture, Franck Nguéma, et le Secrétaire du collectif, Sorel Saint-Etienne Abessolo, devant ses collègues, le 5 juillet 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Face au silence de la tutelle qui est censé être leur interlocuteur, le personnel de la CNOGEMCNI et de l’ANAGEISC a engagé un sit-in devant le ministère des Sports. Désemparés, assis dans un coin du ministère avec des banderoles revendiquant leur droit, ces agents au chômage ont dénoncé «une situation d’impayés de salaires de plus de 7 mois, de décembre 2018  à juillet 2019 à la suite de la suppression de la CNOGEMCNI». Ils attendent également la liquidation de leurs droits légaux et donc du solde de tout compte.

© Gabonreview

«Ce qui nous amène aujourd’hui à venir manifester, à venir faire un piquet de grève ici c’est une histoire d’attirer l’attention des plus hautes autorités. C’est le fait du silence de la tutelle qui est censé être notre interlocuteur», a expliqué Secrétaire général du bureau du Collectif des Agents de la CNOGEMCNI, Sorel Saint-Etienne Abessolo.

Interpellé par de leur brouhaha, le ministre des Sports, Franck Nguéma,  est descendu de son bureau pour venir à leur rencontre. «Le ministre actuel vient trouver une situation qui a été mal managé par les précédentes équipes. Le ministre nous a rassuré. Il nous a dit qu’il était au courant de notre situation et il a mis en place une Commission pilotée par son directeur de cabinet afin de trouver des solutions aux impayées de 7 mois de salaires et la liquidation de nos droits légaux et donc de solde de tout compte», a déclaré le Secrétaire général du bureau du Collectif, précisant qu’ils reconnaissaient la dure situation actuelle du pays.  «Maintenant, la balle est dans le camp du ministère dont le ministre a manifesté une oreille attentive à notre situation», ont soutenu les grévistes avant de lever le sit-in.

Dissoutes par le Conseil des ministres du 16 novembre 2018, l’ANAGEISC et la CNOGEMCNI ont été remplacées par l’Office national de développement du sport et de la culture. Mais pour les anciens agents en poste dans ces services, rien n’a jusque-là été fait comme annoncé par le gouvernement. Et depuis 7 mois, le personnel, sans emploi, vit dans la précarité.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW