Sur sa page Facebook, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a démenti le 5 juillet, un post provenant d’un compte Twitter CNSS GABON. Selon ce post qu’elle qualifie de «fake news», les pensions de certains retraités «perturbant le fonctionnement de l’agence de Port-Gentil» pourraient être coupées.

Siège de la CNSS à Libreville. © Gabonreview

 

La polémique a vite enflé sur les réseaux sociaux avec les publication et partages sur Facebook, le 5 juillet, d’un tweet dont la paternité a été attribuée à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). L’entreprise public a vite fait de démentir cette publication.

La CNSS accuse cette publication d’être une fake news (capture d’écran). © Gabonreview

«La Cellule Communication et Relations Publiques constate depuis plusieurs mois que certains internautes utilisent le logo et le sigle de notre institution en divulguant des informations qui n’émanent pas de nos services», écrit la CNSS sur sa page Facebook, dans l’après-midi.

Plus tôt dans la journée, un post sur un compte Twitter «CNSS GABON» indiquait que «la direction générale porte à la connaissance des retraités perturbant le fonctionnement de l’agence de Port-Gentil qu’ils s’exposent à des poursuites judiciaires et ce, jusqu’à la suppression pure et simple de leurs pensions».

La CNSS accuse cette publication d’être une fake news, ajoutant qu’elle ne possède pas de compte Twitter, et qu’«à cet effet, toute publication provenant d’autres sites sont passibles de poursuites judiciaires».

Depuis plusieurs semaines, les retraités protestent contre le paiement au trimestre des pensions de retraite, dans les villes de Libreville et Port-Gentil essentiellement

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW