La Société des brasseries du Gabon (Sobraga) fait de la protection de l’environnement l’une de ses priorités. Le 3 mai, elle a fait à R.C Entreprise  le don d’un camion de six roues et d’un Beggie, en récompense de ses efforts dans la collecte d’ordures. Ce matériel permettrait à la structure de passer de 300 kilogrammes à une tonne d’ordures collectées par jour.

Le directeur assistant au démarrage du Beggie par Paulin Abessolo Obame manager de R.C Entreprise, le 3 mai 2019. © Gabonreview

 

Très active dans la protection de l’environnement, le recyclage et la collecte entreprise vient de voir ses efforts récompensés : l’entreprise de droit gabonais a reçu le 3 mai à Owendo de la Société des brasseries du Gabon (Sobraga), un don d’un camion de six roues de type Canter ainsi qu’un Beggie automatique avec remorque.

La dotation vient concrétiser le partenariat liant Sobraga à R.C Entreprise depuis 4 ans, dans la mutualisation des efforts contribuant à la protection de l’environnement, à travers la lutte contre la prolifération des bouteilles plastiques et les boites de conserve. Pour le manager de R.C Entreprise, le matériel de Sobraga est d’un apport considérable. «D’autant qu’elle permettrait à notre structure d’augmenter considérablement la quantité d’ordures collectées, passant ainsi de 300 kilogrammes à 1 tonne d’ordures collectées par jour dans les rues et sur les plages d’Owendo, Libreville et Akanda», s’est réjoui Paulin Abessolo Obame.

Société de droit gabonais créée en février 2016, R.C Entreprise est basée à Okala dans la commune d’Akanda. Avec un personnel de 10 agents, la structure  est spécialisée dans la collecte, le tri, le compactage et le recyclage des bouteilles plastiques et boites de conserve.

Procédant à la remise des clés des véhicules au manager de RC Entreprise, le directeur général de la Sobraga a estimé que la dotation cadre parfaitement avec la vision de la société de devenir «la société préférée des Gabonais et un acteur régional de référence dans le management de la qualité, la capacité d’innovation et l’engagement citoyen de ses valeurs bâties autour de trois grands piliers que sont la qualité, l’esprit d’équipe et la responsabilité», a expliqué Fabrice Bonatti.

Plus qu’un simple geste, la dotation s’inscrit dans le cadre du pilier de la responsabilité. À effet, a relevé Fabrice Bonatti, «Sobraga essaie autant qu’elle peut d’aider toutes les initiatives visant à éradiquer le fléau de la prolifération des bouteilles plastiques».

S’il relève que Sobraga n’est ni coupable ni responsable de cette situation préoccupante, Fabrice Bonatti reconnait toutefois, qu’elle le fabricant de ces bouteilles. À ce titre, «elle a le devoir dans le cadre de sa responsabilité sociétale, de soutenir des initiatives dans le domaine d’assainissement, parce qu’en matière d’environnement, il n’y a pas de petit geste quand nous sommes des millions à le faire», a conclu le directeur général de Sobraga.

 
 

3 Commentaires

  1. l'observateur dit :

    Lorsque je lis cet article, je constate que la société Sobraga cherche à se dédouaner des déchets plastiques et autres (bouteilles, canettes) qui se retrouve sur notre littoral présentant une image insalubre.

    J’ajouterais aussi, la destruction marine de toutes espèces qui parfois se retrouve victime de cette pollution en ingurgitant chaque jour que Dieu fait ses saletés.

    A quand les vraies mesures sanctionnant sévèrement cette entreprise, je site “préféré des gabonais”.

    J’aimerais savoir combien de tonnes produite par celle-ci se retrouve dans la nature et sur nos plages ?
    N’est-ce pas le malheur des uns fait le bonheur des autres ? j’encourage nos Autorités à se pencher reelement sur la question en prenant des sanctions sévères à l’encontre de cette société irresponsable.

    La holding de se groupe “CASTEL” est tellement puissante qu’elle est intouchable au Gabon.
    Dans un autre pays, elle ne se permettrai jamais d’avoir un tel comportement irresponsable.

    La Direction Générale de l’Environnement devra se pencher sur cette situation en grande partie occasionnée par se Groupe installé au Gabon depuis tant d’années par Amour pour le Gabon et les gabonais premier consommateur de Sobraga.

    Concernant cette dotation, j’encourage se compatriote à travailler mais cela ne règlera pas le problème.

    Il est temps que le Directeur Général de Sobraga, par amour pour notre si cher pays qui leur a tout donner, puisse mettre en place une vraie politique environnementale au sein de son Groupe, en posant des actes concret sur le terrain.

    Des budgets colossaux sont dégagés pour la communication de son Groupe, l’heure n’est plus au blablabla, mais au travail, aux actions posées sur le terrain. Prenez des vraies initiatives environnementales au lieu de payer des millions pour protéger votre image.

    Cela fait des années que nous assistons à un crime contre l’environnement, que font nos Autorités?

    J’encourage tous les médias du Gabon, à sillonner les l’embouchure des bassins versant, en particulier celui du Pont de la CNSS, ils pourront constater l’ampleur des dégâts et se feront une idée de se crime contre l’environnement auquel nous assistons tous les jours.

    Des comptes devront être demandé à cette société, suivi des sanctions depuis tant d’années et qui sont resté impunis.

    Je ne fais que passer.

    A bon entendeur.

    Slt.

    • le pecheur dit :

      Bonjour,
      a vous entendre parler sobraga serait la seule responsible de la pollution par dechets plastiques. Les populations qui consomment le contenu des dites bouteilles ou l etat qui ne met pas en place un systeme de collecte d ordure viable ne seraient ils pas un peu responsible?

  2. L’observateur dit :

    La société Sobraga, n’est pas au dessus de tout soupçon concernant les tonnes de bouteilles et de canettes qui se retrouve sur notre littoral.

    Il serait plus que jamais nécessaire qu’une véritable politique environnementale se mette en place.
    Le directeur général de Sobraga, je site , cherche à se dédouaner de cette cause à effet dont son Groupe CASTEL, on largement contribuer à cette pollution.

    Nos Autorités, devrons sanctionner les Responsables, mais sachez que Sobraga, ne fait rien pour rien,

    Pour notre part, nous condamnons et encourageons les Administrations concernées à faire leur devoir pour préserver notre éco-système marine et protéger les populations de toutes contaminations, nous pensons aux enfants qui se baigne sur les plages en face du pont de la CNSS et sur le littoral.

    j’encourage Les médias d’investigation à frapper très fort là dessus et à nuire ce qui cherche à protéger les coupables.

    L’avenir nous en dira plus.

    A bon entendeur.

    Slt.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW