Sur les 353 containers, dont la disparition a été révélée récemment par le procureur de la République à Libreville, 200 ont été «localisés» au port d’Owendo. La tête du réseau de trafiquants, un Chinois, a été identifiée et certains de ses complices interpelés, dont des agents de l’administration publique.

Olivier N’Zahou, le procureur de la République, le 13 mai 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

L’enquête relative à la disparition des 353 containers contenant du Kevazingo au port d’Owendo commence à révéler quelques détails. Près d’une semaine après sa première sortie sur l’affaire, le procureur de la République a informé, ce lundi soir, que 200 de ces containers ont été «localisés» par les officiers de police judiciaire chargés de l’enquête. Ils se trouveraient encore sur le territoire gabonais, non loin du lieu où ils ont été dérobés à la vue de la justice qui les avait saisis puis placés sous scellé en mars dernier, alors qu’ils s’apprêtaient à être illégalement exportés en Chine vraisemblablement.

Selon Olivier N’Zahou, 71 de ces containers sont actuellement sur le site d’entreposage de la Société de transport du Gabon (Sotrasgab), et 129 ont été retrouvés sur le site de la société Owendo Containers Terminal. Les deux sites sont au port Owendo.

La tête du «Réseau Kevazingo» aurait également été identifiée. Il s’agit d’un entrepreneur de nationalité chinoise connu sous le nom de François Wu. De son vrai nom Wu Jufeng, le présumé commanditaire de la distraction des containers est le représentant de la société 3C Transit au Gabon. Une société que les autorités judiciaires gabonaises présentent comme «la pièce maîtresse du réseau de trafic du Kevazingo au port d’Owendo». François Wu est «activement recherché» par la justice.

Ses complices présumés parmi lesquels Zhu Kongfu et Amy Zang ont quant à eux été appréhendés par les OPJ. Mais Olivier N’Zahou assure que d’autres suivront. Dans le viseur du procureur : des agents de l’administration publique. D’autant que, informe-t-il, «des fonctionnaires publics des Eaux et Forêts et des Douanes ont activement et passivement favorisé la disparition desdits containers».

 
 

8 Commentaires

  1. ENGOANG NGUEMA dit :

    Voici un communiqué de presse de M. Le Procureur qui vient dénouer… Je dirais même “déconstiper” l’opinion nationale et internationale sur ce scandale….

  2. Sophie dit :

    Les vrais responsables de ce coup sont bien dans la sphère du pouvoir. Le reste c’est de la poudre aux yeux comme ils font si souvent.

  3. Léon Nkogue dit :

    Si c’était Jean Ping, le ministre, qu’est ce qu’on aurait pas dit…

  4. Le Chat dit :

    Mais enfin ! On ne peut dissimuler 200 containers comme ça?

    Le directeur des opérations sur le port d’Owendo qui compartimente ces containers marchandise par marchandise, doit être entendu.

    Les Sénateurs Gabonais doivent le problème à bras le corps en interpellant le directeur général de l’OPRAG. MÊME le 1er ministre, le ministre des Transports.

    Sinon, quelle est l’utilité de ces parlementaires, si ce n’est de contrôler l’action de l’État Gabonais.

  5. Un gabonais averti dit :

    On cite les noms des chinois pas des complices gabonais pour faire croire a l’opinions qu’on fait quelque chose peu temps apres on entendra plus parler c est ca le monde de la mafia

  6. Nemo dit :

    C’est très juste cher Gabonais Averti. Un chinois ne peut pas être à la tête d’une mafia au Gabon. C’est invraisemblable et tellement gros comme un éléphant dans un couloir. C’est comme si, la Chine nous annonce que, le chef de la Triade est un gabonais.

  7. Encouragements, Monsieur le Procureur. Vous nous montrez que le ver est dans le fruit.

  8. Genesis dit :

    Encouragements, également de ma part à monsieur le procureur pour cette chasse aux sorcières . Cependant , une telle investigation ne peut être achever que lorsque tout les auteurs ont été arrêté et par conséquent tout les containers retrouvés.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW