Présenté par les autorités judiciaires gabonaises qui le disent en cavale, comme la tête pensante du réseau de trafic de Kevazingo au port d’Owendo, l’entrepreneur chinois n’est pas un novice dans le secteur de l’exploitation forestière au Gabon. Il a bénéficié un temps de quelques amitiés haut placées et parfois joué le rôle de caution pour ses compatriotes installés dans le pays.

François-Jufeng Wu, ancien patron de Plyrosol. © D.R.

 

François Wu. Un nom dont plusieurs Gabonais ont pris connaissance ces derniers jours à la suite de la dernière communication du procureur de la République Olivier N’Zahou. De son vrai nom Wu Jufeng, l’entrepreneur chinois est présenté par l’autorité judiciaire comme «la pièce maîtresse du réseau de trafiquants de Kevazingo au port d’Owendo». Soupçonné d’être l’instigateur de la disparition de 353 containers de ce bois précieux, dont 200 ont été retrouvés, il serait activement recherché.

De Pogab, Leroy Gabon à 3C Transit

Officiellement, François Wu exerçait ces dernières années comme le représentant local de la société 3C Transit. C’est sur le site d’entreposage de cette société que plusieurs containers de bois précieux avaient été découverts par les autorités douanières, en mars dernier. Ils s’apprêtaient à être exportés illégalement vraisemblablement vers l’Asie, et particulièrement la Chine où, selon RFI, 18 des containers disparus ont été retrouvés.

Peu connu du public, l’entrepreneur chinois n’est pourtant pas novice dans le secteur de l’exploitation du bois au Gabon. Son nom est apparu pour la première fois dans la presse nationale avec l’affaire ayant opposé dès 2009 l’entreprise française de contre-plaqué Plyrosol à l’industriel Ghassan Bitar pour le contrôle de deux usines de placage d’Okoumé installées à Owendo, Pogab S.A. et Leroy Gabon S.A. Avant d’en perdre la gestion par décision de justice en janvier 2011, François Wu était le directeur général de Plyrosol Europe SAS. Il faut dire que le groupe français reposait sur un potentiel énorme au Gabon : 600 000 hectares de forêts.

C’est donc à la suite de la reprise de ces deux filiales gabonaises de Plyrosol que François Wu quitte une première fois le pays pour s’installer en France, pour revenir quelque temps après comme le représentant local de 3C Transit, dont le site est situé à l’ancien entrepôt de Satram à Owendo.

Négociateur, conseiller et… lobbyiste

Plyrosol racheté, François Wu n’a pas cessé de fréquenter le Gabon pour autant. D’autant plus qu’il y occupe une fonction officielle. Seulement, en parallèle, l’homme d’affaires chinois a su user de ses relations souvent haut placées dans le pays. Ces dernières années, il a notamment servi de conseiller pour plusieurs entrepreneurs chinois installés au Gabon et exerçant dans le secteur forestier. C’est d’ailleurs en cette qualité qu’il siégeait au bureau du syndicat des exploitants forestiers chinois au Gabon.

«Au sein de la communauté, M. Wu était la personne indiquée pour traiter des questions juridiques et contractuelles pour les Chinois qui ne s’étaient pas encore fait un tissu relationnel assez fort dans le pays. Il était, en réalité, l’équivalent d’un lobbyiste», raconte un patron de PME spécialisée dans le ramassage du bois. Le Chinois était établi au Gabon depuis une douzaine d’années. Il s’exprime parfaitement en français.

 
 

1 Commentaire

  1. Mebiame Claude dit :

    On appelle cela une MAFIA. Et les autorités gabonaises ne sont pas en dehors de cette mafia.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW