Au cours d’une très récente rencontre avec les acteurs culturels, artistes et écrivains, le président de la République a promis de mettre en œuvre ou d’accélérer des mesures censées dynamiser leur activité.

Ali Bongo avec quelques artistes Gabonais, le 27 mai 2016 à Libreville. © DCP-Gabon

Ali Bongo avec quelques artistes Gabonais, le 27 mai 2016 à Libreville. © DCP-Gabon

 

Comme laissée pour compte depuis plusieurs années, la culture bénéficie toujours d’une faible attention. Pourtant, ses principaux acteurs n’ont cessé de déplorer une situation bien connue des pouvoirs publics. Le 27 mai dernier, le président de la République a rencontré les acteurs culturels, artistes et écrivains, leur promettant davantage de soutien.

© DCP-Gabon

© DCP-Gabon

Pour Ali Bongo, il s’agit d’«assurer à l’artiste les conditions de son épanouissement basé sur son travail, son mérite, et partant la reconnaissance du public et de la nation». Alors que les droits d’auteur, institués depuis 1987, ne sont toujours pas effectifs, en dépit de la création en janvier 2013 du Bureau gabonais des droits d’auteur et droits voisins (Bugada), le président de la République n’a pas manqué de faire de nouvelles promesses.

Reconnaissant le non-aboutissement des réformes dans le domaine de la culture et des arts, tout au long du mandat finissant, il a promis accélérer l’adoption de celles encore dans le circuit. Il s’agit notamment de la loi portant statut de l’artiste ainsi que du nouveau code de la communication, qui institue les quotas de diffusion et le paiement des droits d’auteur à travers une redevance audiovisuelle. Au-delà, Ali Bongo a promis apporter un soutien personnel au fonctionnement du Bugada. Selon lui, cette «contribution» devrait être effective dans les tout prochains jours.

Annonçant la création prochaine de l’Ordre national des arts et lettres, le président de la République, que d’aucuns disent en campagne électorale, a envisagé de remédier à l’absence d’espaces d’expression culturelle à Libreville. «Non seulement, nous allons réhabiliter la salle de spectacle du ministère de la Culture, mais également, nous allons mettre à votre disposition, dans le cadre d’un partenariat public-privé, la salle de cinéma Le Komo. Toutes choses qui permettront de soutenir la création et l’expression artistique dans notre pays», a-t-il lancé à ses hôtes.

Parmi les autres promesses faites par Ali Bongo : le retour de la grande nuit de la musique, avec le soutien de l’Etat, l’organisation en août prochain d’une semaine culturelle gabonaise, et l’introduction de davantage d’ouvrages d’auteurs gabonais dans les manuels scolaires. Reste donc à passer de la parole aux actes.

 

 
 

9 Commentaires

  1. Kem Wr dit :

    La suspicion face à ces nouvelles promesses, que d’aucuns qualifient de énièmes promesses électorales, est compréhensible. On peut aussi comprendre l’impatience et la lassitude qui gagnent les uns et les autres relativement à la mise en application des droits d’auteur et droits voisins. Cependant, cette suspicion ne doit pas paralyser l’espérance d’un avenir meilleur pour le monde artistique et culturel gabonais. Après avoir objectivement reconnu les nombreux manquements en ce domaine, le Chef de l’Etat manifeste là sa volonté de corriger les choses. Notamment le problème du manque d’espaces culturels digne de ce nom et l’introduction d’ouvrages d’auteurs gabonais dans les manuels scolaires. A noter aussi la création de l’ordre national des arts et lettres. Comme l’exprime la chute de cet article, gardons vive l’espérance qu’on passe de la parole à l’acte dans un avenir très proche. C’est le Gabon qui gagne.

  2. Emeka Ali dit :

    Le guignol d’Emeka avec sa soi disant maman font quoi quand Acrombessi prend controle de tout au Gabon. Ali ben se plaint que Ping l’a appelle Cafard
    Mais après son coup de force en 2009 un monsieur fang lui avait donne le nom de cafard et on a tous suivi sur france 24
    Il n’a jamais montre un acte de naissance valuable. Il en a trois alors qu’un home ne doit en avoir que un seul.
    Pourquoi il porte plainte contre Chantal?
    Laisser un peu la justice aux orders et ce jour la Ali Ben nous dira reelement quand et ou il est ne.

  3. TARAMEK dit :

    Et lorsque PCA nous a valablement représenté à New-York (ONU), qu’a-t-il fait (ABO)? Même pas une reconnaissance de la République. Et pourtant, c’est un vrai ambassadeur de la music non seulement gabonaise, mais africaine. Je ne manquerais pas de respect aux illustres qui sont sur la photo, la chimère de la mama est allé chercher ses vieux copains pour les présenter à son fils adoptif. Comme quoi, en cette période électorale, tout est permis du côté des émergents.

  4. KIEM dit :

    N’en déplaise à Kem, pourquoi maintenant ? Il me semble qu’avant d’être en politique, il a chanté avec Hubert (Jimmy Ondo), sa “soit disant maman” est artiste depuis longtemps,gravitant tous les 2 autour du SOLEIL depuis 1967 (voire avant car Léon Mba a été malade pendant longtemps et c’est son vice-président qui gérait la maison sous la tutelle de la France, pourquoi n’ont-ils pas fait bouger les choses depuis tout ce temps?

  5. mapouya dit :

    c’est vrai il fallait attendre 7 ans après, sinon la fin du mandat pour s’occuper des artistes. Drôle de Président!

  6. Adrien Mba dit :

    Reconnaître les manquements et prendre des dispositions pour avancer c’est cela un President . On comprends qu’avant 2009 notre pays souffrait de maux qui réquieraient chacun une attention particulière . La volonté d’action d’Ali Bongo est donc à encourager

  7. Obalango dit :

    ET hop!!!

    une plaisanterie de plus!!!! franchement en temps et en heure …. voici 7 ans qu’il n’ont rien fait pour ces artistes et là comme par opération du Saint esprit on reçoit les artistes gabonais au palais présidentiel…durant 7 ce sont les brésiliennes(oups pardon!!!!),les travesti brésilien les R Kelly qui ont été mis à l’honneur leur distribuant en une seule fois ce qui aurait permis de nourrir durant 7 ans les artistes gabonais …
    Si parmi les artistes Gabonais il y a suffisamment de maboule pour oublier que seule deux ou trois parmi les artistes rappeurs qui avaient soutenus Ali 9 qui ont eu a bénéficié des retombés de ce soutien … hé bien tan-pis
    Je dis chiche!!! les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent et la culture est un bon indicateur de ce dont est capable une nation

  8. amaya mokini dit :

    Amaya Mokini Au moment où le Président de la République Gabonaise prône le développement de la culture par une semaine culturelle. Vive la culture gabonaise dans toute sa diversité.
    1ère édition du FESTIFOLK GABON (festival international de danses folkloriques bientôt au Gabon. vous rendre sur la page facebook amaya mokini

  9. Rtg1 dit :

    La jeunesse suivra qui en Août 2016 ? Suivez mon regard… LooooL !

    LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE DE TECHNOCRATE ARRIVE A GRAND PAS !!

    https://www.youtube.com/watch?v=LG51UGz8vpY

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW