Annoncé du temps d’Ali Akbar Onanga Y’Obegue, le dialogue social souhaité par Ali Bongo en août 2018 pourrait avoir lieu la semaine prochaine autour du Premier ministre. La ministre de la Fonction publique a échangé, lundi, avec les représentants d’organisations syndicales du secteur privé et public en vue de préparer ces assises.

Madeleine Edmée Berre (micro), lors des échanges avec les syndicalistes, le 15 avril 2019, à Libreville. © D.R.

 

Moments de la rencontre. © D.R.

Au Gabon, l’on s’achemine inexorablement vers un nouveau dialogue social. C’est tout le sens de la réunion organisée, lundi 15 avril, à l’auditorium du ministère de la Fonction publique. Madeleine Edmée Berre a, en effet, réuni les représentants des confédérations et structures syndicales des travailleurs du secteur public et privé. L’objectif était de se mettre d’accord sur les différents points à aborder lors de ces futures assises que Julien Nkoghe Bekale devrait présider. Peu après sa nomination, en janvier dernier, le chef du gouvernement avait lui-même dit son intention de discuter avec les partenaires sociaux plutôt que d’avoir à subir des contestations dans la rue.

Or, depuis l’annonce des réformes dites d’austérité auxquelles se sont ajoutées les mesures prises lors du Conseil des ministres du 29 mars, le climat social est tendu. Aussi, les futures assises autour du Premier ministre seront-ils axés essentiellement «sur les réformes du gouvernement», annonce déjà le ministère de la Fonction publique, qui informe que «la réunion a porté sur la nécessité pour les partenaires sociaux de pouvoir apporter des contributions constructives dans un climat serein, positif et de respect réciproque».

La ministre de la Fonction publique a invité les partenaires sociaux à s’inscrire sur la liste des participants au futur dialogue social. Suspendue d’activités depuis plus d’un an, la Conasysed a eu le quitus de Madeleine Berre pour s’inscrire sur cette liste.

C’est à la faveur du discours à la nation d’Ali Bongo, en août 2018, que l’idée d’un nouveau dialogue social est née. Tout en promettant de mener «jusqu’au bout (les) réformes, quand bien même une infime minorité tente d’en perturber la mise en œuvre», le président de la République avait invité les contempteurs à faire «assaut de meilleures propositions pour améliorer et réformer».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW