L’Association des sourds-muets du Gabon (ASMG) souhaite être intégrée dans la gestion de l’Ecole nationale pour les enfants déficients auditifs (Eneda). Pour l’organisation, les sourds-muets sont les mieux placés pour aider les enfants de cette école dans leur apprentissage.

Des élèves de l’Ecole nationale pour les enfants déficients auditifs (Eneda). © D.R.

 

L’Ecole nationale pour les enfants déficients auditifs (Eneda) n’a toujours pas débuté les cours pour l’année scolaire 2019-2020. Si le directeur général de l’école signalait déjà des problèmes de trésorerie à l’origine du retard accusé, les parents d’élèves continuent de s’inquiéter tandis l’Association des sourds-muets du Gabon (ASMG) accuse le directeur d’être coupable des dysfonctionnements que connaît cette établissement placé sous la tutelle du ministère des Solidarités nationales.

L’ASMG se plaint de ne pas être intégrée dans la gestion de la structure et estime que cette situation est à l’origine d’une inadaptation observée, des enseignements au statut des apprenants. «Ce sont les sourds-muets qui connaissent bien le problème des enfants sourds-muets, qui peuvent bien orienter l’école des sourds-muets», a déclaré Landry Nguéma Mvé, membre de l’ASMG et ancien élève de l’Eneda. Pour lui, les sourds-muets doivent contribuer aux programmes de l’Eneda pour un meilleur apprentissage de leurs semblables encore enfants. Or, «le directeur refuse de travailler en partenariat avec les sourds-muets». «Voilà pourquoi l’école ne fonctionne pas», a-t-il tranché expliquant que les élèves ont besoin de travailler avec ceux qui les comprennent mieux. «Les élèves viennent même chez les grands sourds-muets pour qu’on les aide à bien parler le langage gestuel», a-t-il fait savoir affirmant qu’à l’Eneda, «les enseignants n’enseignent pas la langue des sourds-muets. Ils enseignent plus l’oral».

Créée il y a 37 ans par Dr Fauster, pasteur américain sourd, en collaboration avec l’église évangélique du Gabon, l’Eneda est placée sous la tutelle du ministère en charge des affaires sociales depuis 1985. Sa mission est d’assurer l’enseignement des enfants déficients auditifs, les prendre en charge sur le plan psychologique et assurer leur réinsertion mais, elle a du mal à remplir ses missions.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW