Huit jours après l’approbation de sa nomination en conseil des ministres, Jean Yves Otourou a été officiellement installé à la tête de l’École des mines et de la métallurgie de Moanda (E3MG), le 21 juin. Le nouveau directeur général a promis de relever les défis de la bonne gouvernance et de l’évolution des programmes de l’école.

Tony Ondo Mba procédant à l’installation de Jean Yves Otourou, le 21 juin 2019 à Moanda. © Gabonreview

 

Nommé le 2 mai dernier à la tête de l’École des mines et de la métallurgie de Moanda (E3MG), Jean Yves Otourou a pris les rênes de l’établissement, le 21 juin à Moanda. Âgé de 56 ans, ce natif de Franceville est un pur produit du Lycée technique Omar Bongo (LTNOB) et l’Université des sciences et techniques de Masuku (USTM), notamment.

Il a écrit sa légende professionnelle au sein de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog). Il y a cumulé plus de 30 ans d’expérience, où il a notamment fait l’unanimité en tant que chef de département de la maintenance et logistique. Son sérieux, son abnégation et son dynamisme ont certainement convaincu le conseil d’administration de lui confier les rênes de l’établissement, en remplacement d’Étienne Mvoula. Le 13 juin dernier, Jean Yves Otourou a ainsi été conforté  dans ses nouvelles fonctions par le conseil des ministres.

Installé à son poste par le ministre des Mines, Jean Yves Otourou a promis de relever le challenge. «Je suis conscient des enjeux et objectifs qui m’ont été fixés, à savoir la bonne gouvernance, faire évoluer les programmes de l’école vers beaucoup plus de spécialités en mines et traitement de minerai. Je peux vous rassurer que je ne vous décevrai pas», a affirmé l’ingénieur électromécanicien de formation.

Ce dernier va ainsi piloter, entre autres, la réforme d’adaptation de l’école aux réalités de l’heure. Il s’agira d’élargir les offres de formation de l’E3MG en recherchant de nouvelles opportunités adaptées aux besoins actuels des entreprises et l’administration gabonaise. Inaugurée en juin 2016, l’E3MG est le fruit d’un partenariat public-privé entre l’État gabonais et Eramet, à travers Comilog. L’école a déjà livré deux promotions de techniciens supérieurs en mines-métallurgie et prospection minière et ingénieurs en spécialités.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW