Spécialisée dans la production d’informations entrepreneuriales, la start-up Webzine a lancé ses activités le 6 mars à Libreville.

Jofrid Mayossa lors de sa présentation. © Gabonreview

 

Photo de famille avec des étudiants d’ESM. © Gabonreview

Censée couvrir un domaine encore en friche, la star-up Yira webzine a démarré ses activités le 6 mars à Owendo. Ce projet comporte deux volets, la production des informations sur l’actualité entrepreneuriale et la promotion des projets d’entreprise.

Tirée de la langue Nzébi, une ethnie du Gabon, Yira désigne le fait d’entreprendre. Ce projet est porté par des jeunes gabonais qui ont choisi de s’investir dans l’entrepreneuriat. Selon Jofrid Mayossa, fondateur et directeur d’exploitation de Yira webzine, cette start-up se présente comme une «plateforme e-marketing» qui à terme, devrait permettre «d’apporter un plus au niveau du paysage entrepreneurial de notre pays» parce que, dit-il, «il faut comprendre que la Fonction publique ne répondra pas à tous nos besoins». À travers cette start-up créée en octobre 2018, ils articulent leur démarche autour de la production d’informations relatives à l’actualité entrepreneuriale.

À côté de Yira webzine, une branche entrepreneuriale dénommée Yira Entrepreneurs. Celle-ci se consacre à l’organisation des conférences pour promouvoir et valoriser l’entrepreneuriat. Cette branche a lancé un programme dénommé Parcours des lycées, universités, grandes écoles et centres de formations professionnels (Plugec). C’est dans ce cadre que l’École supérieure de la mer (ESM) a reçu le 6 mars Jofrid Mayossa et ses collaborateurs.

L’objectif de ce programme est de faire le tour des établissements afin «d’implanter une graine entrepreneuriale dans l’esprit des écoliers et des étudiants et même des professionnels». Ce programme sera sanctionné par la 1re édition du Libreville forum of youth entrepreneurship (LFYE) annoncé entre novembre et décembre 2019. Selon les organisateurs, cet événement permettra, entre autres, de débattre sur les problèmes autour de l’entrepreneuriat au Gabon. «Nous attendons 700 à 1000 entrepreneurs locaux et internationaux. Nous voulons apporter une nouvelle touche, un nouveau souffle, de nouvelles idées au niveau de l’entrepreneuriat», a déclaré Jofrid Mayossa.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW